Abeilles: le large usage de pesticides aurait pollué durablement les ruches - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/04/2010 à 20h16 par frederic.


ABEILLES: LE LARGE USAGE DE PESTICIDES AURAIT POLLUÉ DURABLEMENT LES RUCHES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Abeilles: le large usage de pesticides aurait pollué durablement les ruches

Une étude américaine sur les effets possibles de la combinaison de résidus de pesticides sur les abeilles justifie la demande des chercheurs de recherches nouvelles.

Le large usage de pesticides pourrait avoir pollué durablement les ruches avec des effets non évalués.

Est-ce que ces négligences justifient la mise en danger des pollinisateurs qui rendent des services évalués à 14 milliards de dollars pour l'agriculture américaine ?

C'est la question posée par des chercheurs qui ont montré la présence de 98 pesticides dans le pollen.

L' étude publiée par la revue PLOS One ( article téléchargeable en anglais sur Enviscope) a été réalisée par des chercheurs du département d'Entomologie l'Université d'Etat de Pennsylvanie, du Laboratoire National de science du Département de l'Agriculture des Etats Unis, par des chercheurs du Département de l'Agriculture de l'Etat de Pennsylvanie, et du Laboratoire de recherche du Département de l'Agriculture des Etats Unis.

L'article publié dans la revue PLOS One conclut que les effets de ces molécules et leurs combinaisons avec les « syndromes d'effondrement massifs » ou le déclin sanitaire des populations d'abeilles doit être étudié.

L'étude a été réalisée à la suite du constat du déclin des abeilles mellifères qui menace la production de fruits, de noix, de légumes et de graines aux Etats Unis d'Amérique.

L'étude sur les résidus de pesticides repose sur une large enquête menée sur des échantillons prélevés sur des ruches fixes ou transhumantes, dans 23 états des Etats Unis, une province du Canada et plusieurs exploitations agricoles, pendant les saisons 2007 et 2008.

L'étude a été motivée par des travaux menés en France sur le lien entre la présence de pesticides systémiques noenicotinoïdes comme l'imidaclopride et des troubles sur la mémoire et les capacités d'apprentissage des abeilles.

Mais les données sont contradictoires entre ce qui concerne le lien entre la présence de ces produits et les pertes d'abeilles. L'étude vise à établir un lien éventuel entre la présence de résidus de molécules et des troubles qui ont été constatés sur d'autres espèces.

Les chercheurs ont détecté la présence de 121 pesticides différents dans 887 échantillons de cire, de pollen, d'abeilles.

Au moins 60% des 259 échantillons de cire et des 350 échantillons de pollen contenaient au moins un pesticide systémique et plus de 47% contenaient deux produits parmi lesquels des produits utilisés pour protéger les abeilles elles-mêmes, le Fluvalinate et le Coumaphos (acaricide) le chlorothalonil (fongicides).

La conclusion finale est la suivante. La large répartition de la présence de multiples résidus, quelques-uns à des niveaux toxiques, et l'absence de littérature scientifique sur les conséquences biologiques de la combinaison de ces pesticides justifient fortement un changement dans les politiques règlementaires en ce qui concerne l'enregistrement des pesticides et les procédures de surveillance en ce qui concerne leur innocuité par rapport aux pollinisateurs.

Cela justifie, estiment les chercheurs, l'octroi urgent de financements afin de combler les innombrables lacunes des connaissances scientifiques en ce qui concerne les effets des pesticides sur les pollinisateurs.

La sous-estimation de l'impact des combinaisons de pesticides systémiques sur la santé des abeilles lors de la procédure d'enregistrement pourrait avoir contribué à l'expansion de la contamination des pollens, nourriture primaire essentielle des principaux pollinisateurs.

« Est-ce que la contribution estimée à 14 milliards de dollars de ces pollinisateurs à notre alimentation justifie réellement cette absence de prise en compte ? »

Source : enviscope.com

Information recueillie par Frédéric

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........