A trois kilomètres de l'Arena Corinthians, les sans-toit jouent aussi leur Coupe du monde - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2014 à 15h23 par Exo007.


A TROIS KILOMÈTRES DE L'ARENA CORINTHIANS, LES SANS-TOIT JOUENT AUSSI LEUR COUPE DU MONDE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
A trois kilomètres de l'Arena Corinthians, les sans-toit jouent aussi leur Coupe du monde

Le terrain occupé par des travailleurs sans toit,
à 3km de l'Arena Corinthians,
le 12 juin 2014, à Sao Paulo

 

Titre Initial => Mondial 2014 : A trois kilomètres de l'Arena Corinthians, les sans-toit jouent aussi leur Coupe du monde

 

FOOTBALL - Celle des 15.000 travailleurs pauvres entassés dans des cabanes en toile à flanc de colline...

De notre envoyé spécial à Sao Paulo

 

D'en haut, la vue est imprenable.

Et en plissant même un peu les yeux, on peut apercevoir la scintillante Arena Corinthians qui accueille le match d'ouverture.

A vos pieds, le décor est pourtant beaucoup moins luxueux : une mer de baraques en bois et en toile de plastique, 5.000 au total, abritant pas moins de 15.000 personnes. C'est là que depuis un mois, le Mouvement des Travailleurs sans Toit (MTST) s'est installé de force.

>> Retrouvez nos articles sur la Coupe du monde 2014

On est encore un cran en dessous de la favela : pas d'électricité, et l'eau courante est branchée sauvagement sur le réseau de Sao Paulo. Et sur la seule surface plane de ce campement sauvage... un tournoi de foot.

«On veut montrer qu'on n'est pas contre la Coupe du monde, mais contre la façon dont la Fifa surpasse les lois de ce pays pour l'organiser», explique Josué Rocha, t-shirt forcément rouge du MTST sur le dos.

 

«On est en lutte mais on reste des Brésiliens»

 

Les équipes en lice?

Celle des chauffeurs de bus, des éboueurs, et même des professeurs, autant de travailleurs expulsés à l'extrême-Est de la ville par la flambée des loyers.

Avant d'attaquer cette «Copa do Povo» (Coupe du peuple), Josué prend le micro et chauffe la foule. Qui à chaque pause lui répond d'un féroce «A luta par valer!» («Ca vaut la peine de lutter!»).

 

>> Retrouvez nos articles sur la Coupe du monde 2014

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Antoine Maes, publié par 20minutes.fr et relayé par SOS-planete

 

L'Association défend la Vie, toutes ses espèces et bien évidemment l'Homme avant tout ! Elle est politique, dans le sens du mot grec "politeia" et non du mot grec "politike". En réalité, mis à part les ermites, nous sommes tous des zommes politiques ;o)

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle Newsletter bimestrielle gratuite

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT !
Merci de contribuer au financement participatif

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Antoine Maes

Source : www.20minutes.fr