A partir d'aujourd'hui, la France mange du poisson étranger - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2011 à 16h49 par Tanka.


A PARTIR D'AUJOURD'HUI, LA FRANCE MANGE DU POISSON ÉTRANGER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
A partir d'aujourd'hui, la France mange du poisson étranger

 
Nous consommons plus de poissons que les mers ne peuvent en fournir. A tel point qu'à partir de ce lundi 13 juin, la France ne mangera plus que du poisson venant des eaux étrangères, des côtes africaines, du Pacifique ou de Chine, du fait d'avoir épuisé ses réserves pêchées dans les eaux de l'Union européenne.

Problème : cette date, appelée le "Fish dependence day", intervient de plus en plus tôt dans l'année, selon une étude intitulée Dépendance croissante de l'UE par rapport aux poissons venus d'ailleurs publiée le 9 juin par la New economics foundation et Ocean2012, une ONG européenne luttant contre la surpêche.

Ainsi, les ressources halieutiques pêchées dans les eaux européennes ont permis d'assouvir les besoins des Français jusqu'au 20 juin l'an dernier contre le 25 juillet en 2000 et le 6 septembre en 1990. Même constat à l'échelle européenne : si l'Union devait consommer les ressources provenant uniquement de ses propres eaux, elle manquerait de poisson dès le 2 juillet, contre le 9 juillet pour 2010, soit une diminution des ressources européennes de près de 200 000 tonnes sur douze mois.

D'autres pays dont le secteur de la pêche est moins développé que la France commencent bien plus tôt à dépendre des importations : pour l'Autriche, c'est à partir du 15 janvier, l'Allemagne le 27 avril, l'Italie le 30 avril. Au final, seuls trois pays, l'Estonie, l'Irlande et les Pays-Bas, sont autosuffisants en produits de la mer, c'est-à-dire que leur offre nationale (production) excède la demande nationale (consommation).

Les causes de cette situation ? La surpêche, des quotas inappropriés, des méthodes peu sélectives ainsi qu'une consommation qui augmente constamment, de 2 % chaque année, dans les pays européens. Les Français consomment ainsi deux fois plus de poissons (34,2 kilos par personne et par an) que la moyenne mondiale (17,1 kilos) selon les chiffres de 2008 de la FAO et d'Eurostat. La moyenne européenne s'élève à 22,1 kilos.
 

 
Selon Stéphan Beaucher, conseiller en politique de pêche pour Ocean2012 et co-auteur de l'étude, le problème vient aussi d'une "conception surannée de la politique commune de la pêche (PCP) de l'Union européenne" : "Elle a été calqué sur la PAC (politique agricole commune) avec des principes productivistes mais la pêche, elle, s'exerce sur un stock sauvage où l'on ne maîtrise rien, ni les dynamiques de populations, ni la reproduction." Selon ses calculs, 72 % de la pêche européenne s'opère sur des stocks déjà en limite maximale d'exploitation, dont 20 % en cours d'effondrement ou déjà effondrés.

La surpêche se traduit aussi par une diminution de la taille des prises.

L'aquaculture pourrait-elle contribuer à une pêche plus responsable ? "Le problème c'est que le poisson mange du poisson", fait-il remarquer précisant qu'il faut 2,5 kilos de poissons sauvages pour faire un kilo de chair de poisson d'élevage.

Ocean2012 réclame ainsi, dans le cadre de la réforme de la PCP l'an prochain, une révision des quotas, "encore en moyenne 34 % au-dessus des recommandations scientifiques", et le conditionnement des droits de pêche à une pratique durable.
 

Un article publié par Ecologie.blog.lemonde

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Source : ecologie.blog.lemonde.fr