À mort les multinationales ! Vivent les abeilles ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/01/2013 à 20h57 par Fred.


À MORT LES MULTINATIONALES ! VIVENT LES ABEILLES !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
À mort les multinationales ! Vivent les abeilles !

 

L'Autorité européenne de sécurité des aliments vient de publier un avis scientifique (en termes moins pesés, un rapport accablant) pour trois pesticides dont les abeilles sont les premières victimes. Une bonne nouvelle pour tous ceux qui, depuis des années, ne cessent d'accuser ces produits – des néonicotinoïdes — d'être la cause ou, du moins, l'une des causes du déclin de nos ruchers.

Il en aura fallu du temps ! Et des pétitions ! Et des manifestations ! Mais que voulez-vous, les fabricants d'insecticides sont maîtres dans l'art du lobbying. Ces substances, commercialisées sous les jolis noms de Gaucho, Cruiser, Poncho... et mises sur le marché au début des années 90, sont parmi les plus utilisées en agriculture... On imagine les profits à la clé !

Pourtant, il y a plus de dix ans, un groupe d'experts mis en place par Jean Glavany, le ministre de l'Agriculture de l'époque, était parvenu aux mêmes conclusions pour l'un des produits montrés du doigt aujourd'hui.

Déjà, un rapport également commandé par la Commission européenne avait conclu que les tests auxquels sont soumis ces pesticides n'étaient pas « adaptés », qu'ils étaient « lacunaires », et les essais en plein champ bien incapables de déceler les effets de ces substances... Mais on n'allait pas chercher des poux à ces multinationales pour si peu.

Les abeilles ont continué à mourir. Et les apiculteurs à disparaître. Stéphane Le Foll, le nouveau ministre de l'Agriculture, a bien interdit le Cruiser sur le colza... mais pas sur le maïs. Il aurait fallu prévenir les abeilles de ne pas butiner n'importe où.

Parions que si nos producteurs de miel étaient plus nombreux et plus agressifs – on ne les a jamais vus introduire des essaims dans les préfectures — nous n'en serions pas là. Alors, à quand une interdiction totale de ces saloperies ? Ou, au moins, tout de suite, un moratoire sur leur utilisation ?

Et surtout ne vous croyez pas à l'abri : l'imidaclopride, le nom barbare d'une de ces molécules, est utilisé pour les endives, les laitues et même les radis. Bon appétit !

 

Un article de Robert Ménard, publié par bvoltaire.fr et relayé par SOS-planete

 

Afficher la Source

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Robert Ménard

Source : www.bvoltaire.fr