A Lyon, L'Oréal teste ses produits sur des peaux reconstruites - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/04/2011 à 18h29 par Tanka.


A LYON, L'ORÉAL TESTE SES PRODUITS SUR DES PEAUX RECONSTRUITES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
A Lyon, L'Oréal teste ses produits sur des peaux reconstruites

 
L'Oréal a inauguré à Lyon le premier centre mondial d'évaluation prédictive de l'industrie cosmétique, qui permet de tester la sécurité de ses produits sur des peaux humaines reconstruites et non des êtres vivants. Lire la suite l'article

Le géant français des produits de beauté prépare ainsi l'entrée en vigueur de la loi française tirée d'une directive européenne, qui interdira à partir de 2013 les tests sur les animaux, une pratique décriée longtemps jugée nécessaire pour découvrir des contre-indications, comme les allergies.

Le centre d'évaluation prédictive, pilier de la recherche du groupe, est désormais en mesure de produire 130.000 unités de peau humaine reconstruite par an, reproduisant neuf modèles de peaux différentes utilisés pour les tests réalisés en France mais aussi commercialisés dans le monde entier auprès de l'industrie cosmétique, pharmaceutique ou des universités.

Les tissus humains mis en culture proviennent de déchets d'interventions de chirurgie esthétique, essentiellement issus des seins et de l'abdomen, et permettent d'obtenir des épidermes de toutes sortes - cornée, poumon, vagin ou gencives -, mais aussi des peaux complètes avec derme et épiderme.

Jacques Leclaire, le directeur du centre de recherche de Lyon, qui ne travaille que sur les peaux caucasiennes, explique que le groupe entend "mondialiser" ses recherches.

"L'Oréal a également ouvert cette année un centre à Shanghai qui travaille sur la peau asiatique", précise-t-il.

PEAUX DE TOUTES LES ORIGINES

La recherche, dans le centre du groupe à Chicago, s'intéresse aussi aux particularités des peaux et cheveux africains sans qu'un centre similaire ne soit encore prêt à être ouvert.

"Notre ambition est de mettre au point des peaux reconstruites de toutes les origines, de répondre à l'immense diversité des individus et d'offrir la beauté pour tous", explique Jean-Paul Agon, PDG du groupe.

Outre sa dimension, le centre de Lyon offre la particularité de se dispenser de recherche sur l'animal.

"Ces techniques de reconstitution de peaux humaines nous permettent de ne plus avoir recours à l'animal", explique le docteur Laurent Attal, directeur général de la recherche et du développement chez L'Oréal, et ceci bien avant 2013.

"Aujourd'hui, les tests des ingrédients sont réalisés à plus de 99% sans les animaux", a-t-il ajouté.

A la demande des autorités, quelques cas exceptionnels de tests de sécurité de ce type sont encore réalisés.

L'ingénierie tissulaire représente un énorme gain en productivité pour L'Oréal.

"Nous gagnons en coût, en délai et en compétitivité", souligne Jacques Leclaire. "Nos filtres solaires ont pu être commercialisés au terme de huit ans de recherche au lieu de 12 ou 14 ans avec des tests sur animaux".

Le centre mondial d'évaluation de L'Oréal emploie aujourd'hui 56 personnes, pour la plupart des scientifiques. Il devrait passer à 80 dans les trois ans.

L'Oréal, premier groupe de cosmétique mondial, a réalisé un chiffre d'affaires de 19,5 milliards d'euros en 2010 et emploie 66.000 personnes dans le monde. Il est implanté dans 130 pays. Le groupe consacre 665 millions d'euros par an à la recherche et à l'innovation. Il a déposé en 2010 612 brevets.

 

Un article de Yves Clarisse, publié par news.yahoo

 

Votre aide ? Olala ! C'est pas de refus !

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Yves Clarisse

Source : fr.news.yahoo.com