90 ans d'électricité garantie sans CO2 - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/06/2010 à 22h12 par Tanka.


90 ANS D'ÉLECTRICITÉ GARANTIE SANS CO2

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
90 ans d'électricité garantie sans CO2

La centrale hydroélectrique d'éget, en vallée d'Aure, fête son 90e anniversaire. La SHEM, qui veut continuer à l'exploiter, modernise les installations.

« Cela fait près d'un siècle qu'on fait de l'électricité sans CO2... Sur les 16 % d'énergies renouvelables, l'hydroélectricité en assure 15 % ! » Le ton est donné. La voix de Claude Girard se perd dans le silence de cathédrale de l'immense usine d'éget, en vallée d'Aure.

Au milieu du hall, sous le magnifique plafond lambrissé planté 20 m plus haut, trône la machine. Inerte. L'ensemble turbine-alternateur est capable de produire jusqu'à 38 MW d'électricité. De quoi répondre aux besoins d'une ville comme Tarbes. Et cela fait 90 ans que ça dure.

« Nous avons la particularité de produire une électricité sans CO2 et renouvelable, ce qui n'est pas le cas du nucléaire », insiste le directeur général de la Société hydroélectrique du Midi (SHEM) en couvant du regard la machine en cours de rénovation. Le chantier de modernisation de la centrale hydroélectrique doit s'achever d'ici deux semaines. Premiers tours de la roue de la turbine prévus vers le 20 juin, après l'ouverture de la vanne de la conduite forcée où l'eau arrive du barrage de l'Oule après 700 m de chute, à une pression de 70 bars !

« Nous avons investi 2 millions d'euros sur ce chantier pour rendre la centrale plus efficace et plus fiable encore », précise Claude Girard.

Un petit groupe d'une puissance de 4 MW, en cours d'installation, va permettre à la centrale de fonctionner avec un meilleur rendement lorsque le débit d'eau baisse. « Et on va doubler l'eau rendue dans le cadre du débit réservé », détaille Claude Girard. Des investissements plutôt bienvenus, alors que la concession d'exploitation du barrage de l'Oule et de la centrale d'éget est remise en jeu en 2010 (lire ci-dessous).

La SHEM devrait poursuivre l'exploitation et même reprendre la gestion du barrage d'Oredon, selon Claude Girard, plutôt confiant : « La SHEM fait référence depuis longtemps dans la gestion et l'exploitation des barrages et centrales ».

Un homme casqué s'extrait des entrailles de la machine : avec ses collègues, il prépare l'installation de la roue de turbine positionnée sous l'alternateur de plusieurs mètres de haut.

Cette machine unique avait pris le relais, en 1968, des sept groupes horizontaux hérités de l'usine originelle. Modernisée, plus efficace, plus fiable, elle est repartie pour 50 ans de service et de cueillette d'eau.

Les curieux pourront visiter les installations le 10 juillet prochain : de 8 h 30 à 12 heures, usine éget ; de 14 heures à 16 heures, accueil au barrage de l'Oule.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Source : www.ladepeche.fr