30 avril 2010, Journée mondiale de la grenouille - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/04/2010 à 21h25 par Jacques.


30 AVRIL 2010, JOURNÉE MONDIALE DE LA GRENOUILLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
30 avril 2010, Journée mondiale de la grenouille

Le 30 avril 2010, qu'il fasse beau ou qu'il mouille, c'est la fête à la grenouille : aux Etats-Unis, où cette initiative en faveur de la biodiversité a vu le jour, on l'appelle le "Save the Frogs Day".

"Seule une petite proportion du grand public a pris conscience que les amphibiens sont en train de disparaître, et les efforts menés pour leur conservation ne peuvent pas réussir si la population n'est pas informée.

Afin de mieux faire connaître cette situation critique, la communauté scientifique a fixé au 30 avril 2010 la Journée pour le sauvetage des grenouilles", peut-on lire sur le site Internet californien de l'ONG Save the frogs, qui espère donner à ce rendez-vous annuel une envergure internationale.

Et de fait : à consulter le programme, l'opération, lancée en 2009 et prévue pour se dérouler cette année en différents lieux des Etats-Unis, du Brésil, de Grande-Bretagne ou d'Afrique du Sud (mais pas en France), prend doucement son essor.

Pourquoi voler au secours des grenouilles, quand tant d'autres espèces sont menacées ? Parce que la classe des amphibiens, qu'elles représentent avec crapauds, salamandres et tritons, figure parmi les plus fragilisées par l'érosion de la biodiversité.

Selon la liste rouge publiée en novembre 2009 par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 30 % des amphibiens connus sur Terre courent actuellement un risque d'extinction.

Une autre étude, publiée par la Commission européenne en mai 2009, montre que plus de la moitié des amphibiens d'Europe sont en déclin, soit plus que les mammifères et les oiseaux. Principalement du fait de la destruction de leurs habitats naturels par l'homme, à quoi s'ajoutent les changements climatiques, la pollution et la présence d'espèces envahissantes.

"La plupart des grenouilles évoluent dans un double habitat, terrestre et aquatique. De plus, leur peau perméable absorbe facilement les produits chimiques toxiques, ce qui les rend particulièrement sensibles aux perturbations de l'environnement", rappelle Kerry Kriger, fondateur et directeur de l'association Save the frogs.

Les amphibiens sont considérés comme des bio-indicateurs fiables : si leur santé va, celle de la biosphère va aussi.

"Les grenouilles ont survécu plus ou moins sous leur forme actuelle pendant 250 millions d'années et ont résisté à d'innombrables perturbations. Si aujourd'hui près d'un tiers des espèces d'amphibiens est en voie d'extinction, c'est le signal qu'il y a quelque chose de radicalement mauvais dans notre environnement", poursuit M. Kriger, en précisant que plus de 200 espèces ont d'ores et déjà disparu au cours des dernières années.

Source : Journal "Le Monde"

Pour en revenir à la France, qui ne participe pas à cette journée mondiale de la grenouille, et pour cause elle importe entre 3000 à 4000 tonnes de grenouilles par an pour en consommer les cuisses. Un appétit féroce et particulier qui nous vaut d'ailleurs d'être appelé affectueusement (j'en doute !) "Froogys" par les Britanniques.

En France où l'UICN-France indique dans sa liste rouge des espèces de batraciens que 7 espèces sur 34 sont menacées, on ne protège pas les grenouilles, on les pêche ! En effet l'article R436-11 du code de l'environnement stipule que "

La pêche de la grenouille verte et de la grenouille rousse est autorisée pendant une période maximum de dix mois fixée par le préfet.". Il serait intéressant de connaître la durée de cette période pour ce qui concerne le Territoire de Belfort. Je ne sais pas non plus qui est habilité à pêcher la grenouille pendant cette période légale (tout le monde ?), puis à vendre le fruit de leur pêche aux restaurateurs. Apparemment cela n'empêche pas le braconnage comme le prouve cet article du "Pays" du 06 avril 2010.

L'utilisation de ces nasses n'étant pas sélective, l'on y retrouve parfois la grenouille agile qui ressemble beaucoup à la grenouille rousse mais qui n'est pas autorisée à la pêche. Je doute d'ailleurs que même les pêcheurs légaux prennent le temps de différencier ses 2 espèces pour peu qu'ils sachent le faire.

On estime que 180 millions à 1 milliard de grenouilles sont prélevées par an dans la nature pour alimenter les estomacs des consommateurs dans le monde, ce qui constitue une menace supplémentaire pesant sur l'avenir des batraciens.

Que faire pour protéger les grenouilles en France ?

La première des choses c'est de protéger les milieux dans lesquels elles vivent. Protéger leurs habitats de la destruction et des pollutions pouvant l'atteindre.

La deuxième chose, plus douloureuse pour certaines personnes, c'est d'arrêter ou au moins de limiter la consommation de cuisses de grenouilles.

Pour lire la suite, cliquer sur "lien utile"

Source : abpn90.over-blog.com

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........