26 pays somment l'Islande de mettre un terme à la chasse à la baleine - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/10/2009 à 23h11 par Phil.


26 PAYS SOMMENT L'ISLANDE DE METTRE UN TERME À LA CHASSE À LA BALEINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
26 pays somment l'Islande de mettre un terme à la chasse à la baleine

Information recueillie par Phil'

Islande - Dans une déclaration commune, 26 pays dont les États-Unis, l'Australie, l'Allemagne, la France ou le Mexique, ont sommé l'Islande d'arrêter la pêche commerciale à la baleine. Alors que le nouveau gouvernement islandais s'était opposé à l'autorisation de cette chasse, il a décidé de la renouveler pour un an au lieu de cinq tout en revoyant les quotas à la hausse.

Se disant "profondément déçus" par la décision du précédent gouvernement d'autoriser la chasse commerciale pour cinq ans, les 26 pays signataires rappellent dans leur déclaration commune que le nouveau gouvernement s'est opposé à la chasse à la baleine, et expriment "leur soutien à la décision du gouvernement islandais de revoir et de réévaluer sa position".

Condamnant une "chasse cruelle et inutile, au cours de cette saison, de plus de 200 rorquals communs et petits rorquals, des espèces en danger", ces pays dont onze font partie de l'Union européenne, déplorent la décision du ministre des Pêches et de l'Agriculture sortant. Ce dernier a en effet alloué des quotas annuels pour la chasse commerciale à la baleine de 150 rorquals communs et 100 petits rorquals pour les cinq prochaines années.

Si le nouveau gouvernement a décidé de ne maintenir l'autorisation de la chasse que pour un an au lieu de cinq, les quotas ont été revus à la hausse, passant à 200 rorquals communs et 200 petits rorquals pour l'année 2009.

"Nous encourageons le gouvernement islandais à adhérer au moratoire international sur la pêche commerciale à la baleine et à réexaminer sa décision d'augmenter ses quotas de pêche aux baleines de Minke (Balaenoptera acutorostrata) et rorquals (Balaenoptera physalus), deux espèces inscrites sur la liste internationale des espèces en danger (CITES)" lit-on dans la déclaration commune des 26 pays signataires.

Selon l'Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN), la population mondiale de rorquals communs a chuté de plus de 70 % depuis 1927.