2029 : l'Année des Robots - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/02/2014 à 11h02 par Exo007.


2029 : L'ANNÉE DES ROBOTS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
2029 : l'Année des Robots

Les films Terminator envisagent un avenir dans lequel les robots sont devenus sensibles et sont en guerre avec l'humanité. Ray Kurzweil pense que les machines pourraient devenir «conscientes» d'ici à 2029, mais est optimiste quant aux conséquences pour l'homme

 

Titre Initial : L'ANNÉE OÙ LES ROBOTS DOMINERONT LE MONDE

 

L'ère des robots est-elle imminente ? C'est la conviction de Ray Kurzweil, inventeur du concept de « singularité », ce moment de l'histoire de la civilisation où l'intelligence artificielle doit surpasser l'intelligence humaine.

 

 

Selon ce futurologue américain, Ray Kurzweil, tête pensante de projets fous de Google, nous y sommes ou presque. Dans une interview accordée au Guardian, il prédit que ce basculement sera accompli en 2029.

 

 

Et cette prophétie ne repose pas sur une illumination mystique mais bien plutôt sur les énormes investissements de Google dans ce domaine : le géant du Web est en train de mettre sur pied le plus important labo dédié à l'intelligence artificiel du monde.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Carole Cadwalladr, publié par theguardian.com et relayé par SOS-planete

 

Sur le même sujet :

OÙ COMMENCE LA SCIENCE ET OU S'ARRÊTE LA SCIENCE-FICTION ?

Google et les robots, un amour qui grandit de jour en jour...

Les ordinateurs, plus intelligents que les hommes d'ici 15 ans

 

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants, c'est l'indifférence des bons. Martin Luther King

 

Deux nouveaux modules d'actualité : Les JO de Poutine - Méditerranée et gaz sarin

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Carole Cadwalladr

Source : www.theguardian.com