2012: «Le danger, c'est l'homme» - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/11/2009 à 14h25 par Jacques.


2012: «LE DANGER, C'EST L'HOMME»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
2012: «Le danger, c'est l'homme»

Information sélectionnée par Jacques

SCIENCE ET FICTION | Projeté dès aujourd'hui, le film catastrophe d'Emmerich pronostique l'apocalypse. Gilbert Burki, directeur de l'Observatoire astronomique de l'Université de Genève, se penche sur nos peurs.

Faut-il avoir peur d'une fin du monde imminente? La sortie du film 2012, qui imagine une catastrophe planétaire, réanime toutes sortes d'angoisses. Elles rappellent les peurs du millénaire et réveillent les théories du complot. Le net fourmille de spéculations plus ou moins fumeuses. Ces prédictions avancent souvent des arguments scientifiques pour prédire l'apocalypse.

Astrophysicien, directeur de l'Observatoire astronomique de l'Université de Genève, Gilbert Burki n'en perd pas le sourire: «Du point de vue sociologique, c'est très intéressant, ces grandes peurs. Elles possèdent une base réelle, mais rare et imprévisible, comme la chute d'une grosse météorite. La plupart des gens vivent avec, certains s'angoissent.»

Au niveau scientifique, faut-il avoir peur d'un positionnement particulier de planètes, comme le prétend 2012? Gilbert Burki ne le pense pas: «Actuellement, il n'y a pas d'alignement particulier. Et même dans le cas d'un alignement parfait, cela ne provoquerait pas de catastrophe sur notre planète.

Sur le plan gravitationnel, la Lune et le Soleil ont une influence bien plus importante sur la Terre que les autres planètes. Mais toutes ces interactions provoquent des variations à long terme, pas des catastrophes soudaines.» Autre angoisse que le professeur Burki balaie, celle d'une surchauffe du soleil. «Là encore, on sait bien qu'il y a des cycles d'activités plus ou moins importantes, liés au champ magnétique solaire, mais leurs conséquences n'ont rien à voir avec une catastrophe brutale.»

Autre rumeur débattue en long et en large sur le web, et sur laquelle la NASA a tenu à publier une mise au point (*), celle d'une mystérieuse planète ou d'un astéroïde fonçant sur la Terre. Ça, c'est du sérieux? «Le risque le plus grand, ce sont les impacts météoritiques.

Sur la Terre, les traces se sont effacées, mais il suffit de regarder la Lune pour constater ce que la planète bleue a subi par le passé! Là encore, pour provoquer une catastrophe planétaire, il faut un choc avec un objet d'un diamètre supérieur à 10 km. Et c'est un événement plus que rare, qui n'arrive qu'une fois tous les 100 millions d'années. Non, le plus grand danger, ce sont les actions humaines qui, elles, risquent de menacer la vie sur terre.»

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........