1er Congrès sur les alternatives à l'expérimentation animale - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/05/2011 à 20h21 par Tanka.


1ER CONGRÈS SUR LES ALTERNATIVES À L'EXPÉRIMENTATION ANIMALE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
1er Congrès sur les alternatives à l'expérimentation animale

 
Les 26, 27 et 28 avril, le Dr. Bart De Wever, président d'Altexa Development, à l'occasion d'un premier congrès auquel participaient 4 organisations internationales, a présenté la nouvelle association monégasque baptisée « Alexandra », dédiée aux recherches sur les alternatives à l'expérimentation animale.

Ce 1er congrès international a réuni au Novotel Monaco la Plateforme industrielle des tests in vitro (IVTIP), la Société européenne de toxicologie in vitro (ESTIV), le Centre américain des alternatives à l'expérimentation animale (CAAT), la Commission européenne des approches alternatives (EPAA).

Ce congrès visait à informer le grand public sur les différentes techniques d'avenir en cours de développement – « prometteuses » préciseront les Dr. Bart de Weveren et Constantin Turchina, cardiologue exerçant en Principauté. Les deux fondateurs de l'association Alexandra ont présenté les raisons, les objectifs et les enjeux de leur démarche. Créée le 4 mars 2011, elle déclare trois objectifs : le soutien financier de projets de recherche et de développement ; l'éducation et l'échange d'informations ; la création d'un centre de recherche à Monaco prévu en 2012.

Pourquoi des alternatives aux tests pratiqués sur les animaux ?

La plupart des tests sur les animaux manquent de prédictibilité et beaucoup de composants pharmaceutiques échouent aux tests cliniques à cause de résultats d'expérimentation animale non concordants et non prédictifs des réactions sur les humains. Les tests sont coûteux en temps et en argent : depuis 2007, la Commission européenne exige de tester à nouveau 100 000 produits chimiques, ce qui suppose l'utilisation de millions d'animaux avec un coût estimé entre 3 et 5 milliards d'euros !

Troisième objectif et non des moindres par les temps qui courent : ces tests sont jugés éthiquement inacceptables. Dans l'industrie cosmétique, la réglementation impose déjà le remplacement complet à court terme de l'expérimentation animale...

Les raisons de développer de meilleures méthodes scientifiques

Première raison : selon les deux praticiens, le nombre de maladies inconnues augmenterait, le cancer du sein, de la prostate, l'autisme seraient potentiellement liés aux produits chimiques omniprésents. Autre raison, à titre d'exemple les résultats de tests infructueux comme la Pénicilline : résultats peu concluants des tests réalisés sur des animaux...

Par ailleurs, il n'existe pas assez d'informations claires sur les produits chimiques dans les médias pour permettre au consommateur de prendre sa propre décision quant à l'utilisation de ces produits.

Renseignements : info@alexandraproject.org

 

Un article de V.L.R., publié par lepetitnicois

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : V.L.R.

Source : www.lepetitnicois.fr