190 ans après sa découverte, quels trésors recèle encore l'Antarctique ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/01/2010 à 18h01 par Jacques.


190 ANS APRÈS SA DÉCOUVERTE, QUELS TRÉSORS RECÈLE ENCORE L'ANTARCTIQUE ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
190 ans après sa découverte, quels trésors recèle encore l'Antarctique ?

Info sélectionnée par Jacques

Le 28 janvier 1820 eut lieu un événement historique lorsque l'expédition de la flotte russe sous la direction de Faddeï (Fabian) Bellingshausen et de Mikhaïl Lazarev découvrit le dernier continent inexploré : l'Antarctique.

Les marins russes furent les troisièmes et derniers (après la découverte de l'Amérique par les Espagnols et celle de l'Australie par les Hollandais) à avoir découvert un continent jusqu'alors inconnu.

Aujourd'hui, l'Antarctique n'appartient juridiquement à personne, elle n'est pas divisée en zones ou secteurs précis et tous ont y accès. La seule question est de savoir combien de temps durera cet état de choses.

L'Antarctique est aujourd'hui la dernière mine aux trésors inexplorée. Ses glaces et son plateau continental recèlent d'immenses réserves en ressources minérales et les mers qui l'entourent sont particulièrement riches en ressources biologiques. Les glaciers de l'Antarctique détiennent 90% des réserves mondiales d'eau douce dont le déficit se fait de plus en plus sentir en raison de l'augmentation de la population de notre planète, ce qui retient l'attention de façon croissante.

Ce continent est longtemps resté introuvable, ensuite longtemps personne ne voulut y vivre. Le voyage à bord des navires Vostok et Mirny fut la première expédition sous hautes latitudes à être envoyée dans les mers du Sud après l'échec de la tentative du célèbre navigateur britannique James Cook de découvrir le continent austral. Au cours de ses expéditions de 1768-1771 et de 1772-1775, Cook réussit à franchir le Cercle Antarctique (66°33'39" de latitude Sud), mais il conclut à l'impossibilité de poursuivre les navigations plus loin vers le Sud.

L'expédition russe avait pour tâche, dès le début, de pénétrer plus profondément dans le Sud en vue de donner une réponse nette quant à l'existence ou l'absence d'un continent austral. La côte de l'Antarctique fut aperçue pour la première fois le 28 janvier, au point de coordonnées de 69°21'28" de latitude Sud et de 2°14'50" de longitude Ouest. Puis les navires russes effectuèrent une navigation autour de l'Antarctique, découvrant au passage plusieurs îles environnantes et traçant son littoral sur la carte dans plusieurs points.

L'Antarctique suscita vraiment une grande attention au XXème siècle après une série d'expéditions menées à l'intérieur du continent et au cours desquelles l'homme mit le pied pour la première fois sur le pôle Sud (expédition d'Amundsen, 1911-1912) et indiqua sur la carte les régions intérieures du continent.

Au milieu du XXème siècle, des expéditions scientifiques permanentes s'installèrent dans l'Antarctique. Le traité en vigueur depuis 1961 prévoit la démilitarisation de l'Antarctique et son utilisation à des fins exclusivement pacifiques. Dans ce traité, les pays signataires renoncent aux revendications territoriales sur ce continent.

Cependant, ce renoncement ne signifiait nullement la fin de l'élaboration de plans d'exploitation des richesses naturelles de l'Antarctique et les revendications territoriales furent tout simplement reportées à plus tard. Avec le temps, les ressources des mers du Sud et du continent le plus méridional de la Terre commencèrent à présenter un intérêt de plus en plus grand pour de nombreux pays du monde. Certains spécialistes estiment que le Traité sur l'Antarctique, tel qu'il se présente actuellement, vit ses dernières années malgré sa récente prorogation de 50 ans.

Bien que l'Antarctique soit une zone démilitarisée, des conflits armés ont déjà éclaté autour d'elle. On peut citer le long conflit qui a duré entre le Chili et l'Argentine pour les îles situées dans la région du cap Horn ainsi que des pénétrations réciproques de la part de ces deux pays dans les régions de revendications territoriales de l'Antarctique où les deux parties renforcent activement leur présence en passant à l'installation de villages permanents.

Souvenons-nous surtout du conflit opposant l'Argentine et la Grande-Bretagne pour les îles Malouines (Falklands). Ne présentant pas un grand intérêt en soi, les Malouines permettent un contrôle sur les richissimes ressources des régions de l'océan. En outre, elles constituent, en fait, avec d'autres îles voisines contrôlées par la Grande-Bretagne, une porte vers l'Antarctique, ce qui explique l'opiniâtreté avec laquelle Londres tient à maintenir sa souveraineté sur les Malouines, ainsi que sur d'autres îles comme l'île de la Géorgie du Sud et les Îles Sandwich du Sud, sans parler des revendications territoriales sur les Shetlands du Sud et les Orkneys du Sud mentionnées dans le traité sur l'Antarctique.

L'Argentine continue, de son côté, d'insister sur ses .../...

Pour lire la suite, cliquer sur "lien utile"

Source : notre-planète-info

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........