Vous allez être redirigé automatiquement.

Sinon cliquer ici.

Accueil - Buts - Actions - Petit journal - Les news - Liens amis - Bulletin d'adhésion

Ascenseur express

COMMUNIQUE DE PRESSE

GRANDE PREMIERE EN FRANCE, DEPUIS PLUS DE CINQUANTE ANS : UNE PROPOSITION DE LOI EST DEPOSEE A L’ASSEMBLEE NATIONALE POUR L’ABOLITION DES CORRIDAS !

Le mercredi 7 juillet 2004, les responsables de l’ACMA (Association Contre la Maltraitance Animale), du CRAC (Comité Radicalement Anti Corrida), du CVA (Comité de Vigilance et d’Action pour le bien-être animal) et du GRAAL (Groupe de Réflexion et d’Action Animal Libération) ont été reçus par Madame Muriel Marland-Militello à l’Assemblée Nationale.

Rappelons que cette courageuse députée, soutenue par 35 parlementaires de la majorité, a déposé le 8 juin 2004 une proposition de loi (numéro d’enregistrement 1652) visant à supprimer le troisième alinéa de l’article 521-1 du code pénal. Ceci reviendrait à ne plus tolérer les corridas et les combats de coqs. Car la torture tauromachique, ne l’oublions pas, n’est qu’une simple tolérance à la loi. A Nantes, Lyon ou Strasbourg, le torero est un délinquant qui risque 30 000 euros d’amende et deux ans de prison pour actes de cruauté et sévices graves…

            Il ne semble pas inutile non plus de rappeler la différence entre une proposition de loi et un projet de loi. Le projet de loi émane du gouvernement et sous la cinquième république, c’est la principale source de lois nouvelles ou de modification de lois existantes. La proposition de loi provient quant à elle des parlementaires (députés et sénateurs). L’ordre du jour des assemblées relève du gouvernement et le parcours d’une proposition de loi est long et difficile. Seules quelques séances sont consacrées à leur étude.

            Nous avons donc remis à Mme Marland-Militello et à son attachée parlementaire Amandine Arnaud un dossier présentant, preuves à l’appui, les différents aspects de la mafia tauromachique (le prosélytisme en direction de la jeunesse, l’économie de la corrida, les corridas de « bienfaisance », les personnalités pour et contre la torture tauromachique, la preuve par l’image, le comportement variable de la presse, le groupe « tauromachie » à l’Assemblée Nationale…). Mme Marland a été particulièrement sensible à notre dossier sur les « écoles du crime » dans lesquelles on apprend à des enfants de 10 à 12 ans (parfois moins) à torturer des veaux et des vachettes. Elle fut également surprise d’apprendre que la très grande majorité des toreros doivent payer pour toréer ! En effet, il n’y a pas « d’économie de la corrida » dans la mesure où les individus qui se remplissent les poches en torturant des animaux sont très peu nombreux : les fameux apoderados et autres directeurs d’arènes ainsi qu’une douzaine de toreros ! N’oublions surtout pas que la feria ce n’est pas la corrida ! Plus de 95% des personnes qui viennent se divertir et consommer lors des ferias ne mettent pas les pieds dans les arènes. Par ailleurs des tours operators étrangers commencent à boycotter les villes de sang et d’agonie !

            Une autre tolérance scandaleuse doit aussi cesser : celle des combats de coqs, implantés dans le nord de la métropole et dans les Antilles Françaises. Beaucoup moins tapageurs que les taurins, les coqueleurs du nord, regroupés en fédération, cultivent la discrétion sur leur "tradition".

A la différence de la corrida les combattants sont semblables. Il n'en reste pas moins que la souffrance et la mort d'animaux font l'objet de tractations financières (paris) et que l'issue du combat, provoqué, n'est autre que la mort d'un des adversaires, contrairement à ce qu'il se passe dans la nature. Là encore, on retrouve pratiquement le même fonctionnement (sélection impitoyable, mutilations : crête, oreillons et barbillons coupés, cruauté des préparations des combats avec les ergots métalliques…) et les mêmes arguments fallacieux "d'amour des animaux" et "d'art". Là encore, l'apprentissage des enfants à la cruauté commence dès 8 ans

            Mme Marland-Militello souhaite que la réalité de ces pratiques barbares soit enfin dévoilée au plus grand nombre. C’est la raison pour laquelle elle va demander qu’une mission d’information parlementaire soit mise en place avant la fin de cette année

exprimer devant les députés, montrer les images de cette barbarie (films et photos) et dénoncer tous les aspects de cette pratique infâme (sévices aux animaux avant l’entrée dans les arènes, enfants-tortionnaires, enfants-victimes, déficit quasi-systématique d’un spectacle maintenu à grands renforts de subventions – tous les contribuables financent la corrida sans le savoir ! Et l’Europe également ! -)

            Pour la première fois, nous aurons enfin l’occasion de débattre avec les amateurs de torture organisée. Les arguments des taurins ne tiennent pas face à une analyse détaillée de cette pratique barbare et ils refusent systématiquement d’être confrontés à des « spécialistes » du sujet. Ainsi, lors de la campagne d’affichage du CRAC et de ses partenaires, les rédactions de France 3 Bordeaux d’une part, et de TV 7 d’autre part, souhaitaient organiser un débat sur le sujet. Les responsables locaux de la mafia tauromachique ont tous refusé ! Ces deux chaînes de télévision nous ont envoyé un document écrit relatant cette situation étonnante… Que feront les défenseurs de la barbarie des arènes lors de cette mission d’information ?

            Il se trouve que Mme Marland-Militello appartient au parti majoritaire, l’UMP. Cependant, il est évident que ce combat est déjà en train de devenir totalement transversal et transcende les clivages habituels. Le député-maire UMP de Bayonne, Jean Grenet a créé le groupe d’étude sur la tauromachie à l’Assemblée Nationale, il est soutenu par 55 députés tous partis confondus, et organise déjà activement l’obstruction à la mise en place de ce projet courageux

            Il y a fort heureusement des députés du PS qui se sont déjà exprimés contre cette barbarie, à commencer par Mme Geneviève Perrin-Gaillard, député des Deux-Sèvres et présidente du groupe de réflexion sur la protection animale à l’assemblée nationale.

            Le combat parlementaire va commencer à la rentrée et nous suivrons très attentivement les débats. Il est à espérer que nos élus soient aussi courageux que les conseillers municipaux de Barcelone (l’Espagne n’est –elle pas le berceau de la tauromachie ?) qui déclarèrent le 6 avril dernier la ville anti-taurine.

            Dans la mesure où nous disposons de nombreuses preuves sur les agissements du « milieu » taurin qui mettent en évidence que la corrida, c’est le mensonge permanent, le renversement systématique des valeurs, il va être de plus en plus difficile pour les amateurs de torture codifiée de défendre l’indéfendable…

                                                        A Alès, le 20 juillet 2004

                                                    Pour l’ACMA, le CRAC, le CVA et le GRAAL,

Jean-Pierre Garrigues

                                                Président du CRAC

CRAC

BP 51244

30105 Alès Cedex

Tél. 06 75 90 11 93 ou 04 67 01 23 29 ou 06 16 08 08 28

Fax : 04 67 01 23 29

Mail : anticorrida.crac@tiscali.fr

 

Retour en haut de la pageDossier Corrida

 

Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme