Vous allez être redirigé automatiquement.

Sinon cliquer ici.

N°1 - N°2 - N°3

Ascenseur expressSommaire du N°2 : Un petit mot entre nous - L'abandon une autre forme de maltraitance - Le silence des pauvres

Le N°3 est paru

UN PETIT MOT ENTRE NOUS

Tout d’abord, l’équipe de l’ACMA vous prie de l’excuser pour le retard apporté dans la parution du deuxième numéro de son petit bulletin.

L’ACMA, comme toute jeune association, démarre doucement.

Comme vous le savez, L’ACMA avait décidé de s’occuper uniquement des cas de maltraitance, mais c’était sans compter les abandons, sans cesse de plus en plus nombreux, qui sont des cas de maltraitance devant lesquels on ne peut fermer les yeux.

Ces abandons, je les constate tous les jours. Auparavant, ils étaient surtout nombreux à l’approche des vacances, mais maintenant, c’est tous les jours, tout le temps, à n’importe quelle saison.

C’est un flot continuel que les associations ne peuvent malheureusement endiguer, elles qui sont en première ligne, comme elles l’ont toujours été. Elles à qui l’on demande tout et trop. A qui l’on reproche tout aussi.

Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour saluer tous les bénévoles, toutes celles et ceux qui oeuvrent dans l’ombre, qui donnent tout leur force et leur temps dans un combat qu’ils savent souvent perdu d’avance, dont ils connaissent l’issue, mais qu’ils n’éviteraient pour rien au monde, car c’est le plus beau des combats, c’est celui de la vie.

Rien n’égalera jamais cette satisfaction immense, ni ne vous donnera cette joie qui étreint le cœur, que celle que vous éprouverez lorsque vos yeux plongeront dans ceux de l’animal qui viendra d’être sauvé.

Merci de votre fidélité et de votre soutien.

                                         Brigitte DONY

                                      Sommaire de la page

 

L’ABANDON :

UNE AUTRE FORME DE MALTRAITANCE

Peut-on imaginer la détresse d’un être passant d’une vie à laquelle il est accoutumé, la sécurité, la tranquillité, parfois l’affection à laquelle il répond par un don total de lui-même, brusquement jeté dans la peur de la solitude, de l’abandon, où il ne retrouve plus aucun repère que le froid, la faim, la nuit, l’indifférence.

Comment un être dit humain peut -il à ce point renoncer à toute responsabilité et… le cœur léger, aller vers le plaisir, les vacances, sans se soucier du sort dramatique de celui qui a fait partie de sa vie.

C’est le cas de cette petite chienne York trouvée ce dimanche froid et pluvieux de janvier dans un hall d’immeuble, apeurée, craintive, que des gens compatissants ont recueillie et mise en pension ou elle trouve sécurité et affection dans l’attente d’une bonne maison.

L’histoire de cette petite chienne (que nous appellerons « Biscotte ») n’est qu’un cas parmi tellement d’autres,

d’abandons inqualifiables de la part de gens égoïstes et cruels pour lesquels l’animal n’est qu’un objet que l’on peut apprécier ou rejeter à volonté.

C’est un des signes évidents de notre société de consommation.

Vous qui adoptez un animal le cœur rempli de générosité, soyez pleinement conscient que celui que vous accueillez va faire partie de votre famille pendant 15 ou 20 ans, mais qu’il faudra faire face parfois à des difficultés qui ne pourront être assumées que par amour.

Ils attendent tout de nous, nous avons tout pouvoir sur leur vie et la tendresse qu’ils nous témoignent.

Soyons toujours dignes de la confiance qu’ils nous accordent et de leurs sentiments.

                                         Laurence SOUBEAUX

Sommaire de la page

LE SILENCE DES PAUVRES.

Après l’avoir roué de coups, après avoir écrasé sa cigarette sur lui, il l’écartela entre quatre chaises, l’attacha, fit chauffer à blanc un couteau de boucher et lui trancha le sexe. Pourquoi ?… Parce que son chien avait uriné.

Son verdict : 15 jours avec sursis dont 1 franc symbolique. Le franc de la honte, justice de merde…

Toi le petit bâtard tu n’as pas de droit… si tu tombes bien, tant mieux… si tu tombes mal, on s’en fout ! Par contre beaucoup vont te plaindre, ça fait bien, ça fait « humain » devant les autres… mais ils ne viendront pas sauver tes frères. Ça s’appelle l’indifférence, c’est plus facile que d’affronter ses propres peurs… et c’est surtout la meilleure alliée des tortionnaires.

Voilà petit bâtard… tu n’as ni le fric, ni la parole… alors tu es de la merde, un sous produit, un objet pour faire plaisir aux gosses. Mais toi tu vas les aimer… et eux vont t’abandonner.

Les chiens et les chats nous les aimons… je les aime.

Mais n’oublions jamais aussi ceux qui souffrent sous ces mots : vivisection, abattoir, corrida, chasse, élevage, pêche, cirque, zoo… argent.

Ils ont été condamnés par la race des "saigneurs" pour un crime qu’ils n’ont pas commis… condamnés à perpétuité ou enfermés dans le couloir de la mort, ils attendent d’être emmenés pour être torturés, humiliés, suppliciés, traqués et tués.

Maintenant nous vivons dans cette bouillasse de merde et de sang dans laquelle patauge l’humanité… et j’ignore quand tout cela va cesser.

On dit que l’argent ne fait pas le bonheur, moi je ne le crois pas…

                                                Jérôme Lescure

Comédien, auteur et militant pour la libération animale.

Retour en haut de la pageSommaire de la page

Lire le petit journal N°3

Accueil - Buts - Actions en cours et à venir Petit journal - Les news - Liens amis - Bulletin d'adhésion

 

Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme