Vous allez être redirigé automatiquement.

Sinon cliquer ici.

N°1 - N°2 - N°3

UN PETIT MOT ENTRE NOUS

L’ASSOCIATION CONTRE LA MALTRAITANCE ANIMALE (ACMA) est née de la volonté de quelques personnes à voir bouger les choses qui nous touchent souvent de près.

La maltraitance animale est si courante qu’elle en est presque banalisée. Bref, un animal qui souffre, cela peut être acceptable, à la limite pourquoi pas ! Combien de fois des animaux sont battus dans la rue au vu et au sus de tous. Sans que personne ne bouge… surtout ne nous mêlons pas de ce qui ne nous regarde pas…

L’ACMA a décidé de se « mêler » de ce qui ne la regarde pas. Elle a décidé de dire non à l’inacceptable. Elle tentera de lutter à son niveau contre la maltraitance, d’abord urbaine, puis pourquoi pas, plus tard, étendre ses actions à une plus grande échelle.

Pour tout cela, nous avons besoin de vous et nous vous remercions d’avoir répondu « présents ».

Brigitte DONY

Sommaire de la page

A ma tendre Amie

Je dédies ce premier journal à une princesse
nommée TARAH.
 
Petite chatte aux yeux si doux qui m’a accompagnée durant 16 ans.

 
Petite boule d’amour et de tendresse.
 
La maladie l’a emportée. Elle si forte et si fière était devenue si fragile. Quand elle m’a quittée elle était une petite plume d’ange.
 
Je lui ai fait la promesse de continuer à me battre pour ses frères et sœurs que l’on maltraite et que l’on persécute, petits être faibles de chair et de sang, esclaves d’une humanité qui n’a plus rien d’humain. Elle m’a emportée dans son dernier regard et je la garde à jamais en moi.
 
Un ami a trouvé une phrase pour elle qui lui va si bien et que je vous cite ici :
 
« Pour tes yeux... mêlés de métal et d'agate».                                                                                                                                                   
 

Brigitte DONY

Sommaire de la page

LES COMMUNES ET LES ANIMAUX, CE N’EST PAS UNE HISTOIRE D’AMOUR

J’ai décidé de vous parler de ce problème car j’y ai été confrontée cet été.

En effet, avec nous, en vacances, les chiens suivent le rythme. Où nous allons, ils vont.

Nous voilà donc parti  à côté de CAEN et là… surprise.. les plages sont interdites animaux , sauf .. une mini plage sale, non surveillée, baignades de toutes façons dangereuses donc interdites. Bref une horreur.

DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Les animaux font travailler vétérinaires,

toiletteurs, industrie agroalimentaire, industrie pharmaceutiques, et j’en passe.. en somme plein de gens.

Tout cela pour être mis à l’écart.

Les municipalités devraient faire un  effort, car en pénalisant les chiens, elles pénalisent par là-même leurs maîtres.

Et puis au fond ceux qui salissent le plus les plages, ce ne sont pas les chiens.. Ils ne jettent pas eux, bouteilles vides, sac plastiques (non dégradables), etc.

Retour en haut de la pageSommaire de la page

Lire le petit journal N°2