Tout en bas! Ascenseur express SOLIDARITE AVEC LES MILITANTS DE GAUDIES

Nous venons d'apprendre la mise en examen de 3 militants "Verts" et
de la Confédération Paysanne, suite à l'action de destruction d'un
champ de colza transgénique produit par le CETIOM à Gaudies en
Ariège, le 2 juin 1999. Nous nous étonnons de cette procédure tardive
qui cherche peut être à éviter les feux de l'actualité brulante de
"l'été anti-transgénique". Nous regrettons la décision du CETIOM de
poursuivre ainsi 3 militants à un moment où tous les sondages
confirment qu'une majorité de la population refuse l'alimentation
transgénique. Une telle décision ne facilite pas les amorces de
dialogue que nous cherchons à développer avec les promoteurs des OGM
pour faire entendre la raison citoyenne au regard des intérêts
économiques des firmes biotechnologiques.

Nous engageons tous les militants et les citoyens à rester actifs et
vigilants quant à l'application scrupuleuse des articles de la loi de
juillet 1992 relative à l'information préalable des citoyens avant
toute mise en culture expérimentale, dont le non respect invaliderait
les décisions de mise en culture. Nous dénonçons à nouveau l'attitude
des autorités qui consiste à réserver l'information sur les lieux de
culture qui au nom de la loi, ne saurait pourtant constituer une
information confidentielle. Une telle position ne fait que renforcer
la nature suspecte des essais transgéniques. Dans de telles
conditions nous pouvons comprendre les réactions de défense légitime
qui sont ainsi provoquées.

Nous rappelons aussi que la récente décision de mise en oeuvre
prochaine d'une nouvelle réglementation sur l'étiquetage autorisant
la présence dans les produits alimentaires 1 % d'OGM sans obligation
de signalement, ne constitue pas une solution. Cette décision
reconnait explicitement qu'il n'est plus possible désormais du fait de l'existence de cultures
transgéniques de garantir 0 % d'OGM. Nous contestons la valeur
juridique d'une telle disposition contraire à la décision européenne
antérieure de juillet 99 relative à l'obligation pour les producteurs "bio" de garantir leur
produit sans OGM.

Nous rappelons pour finir que dans un tel contexte,  la destruction
de cultures de colza transgénique par des citoyens est cohérente avec
la décision du gouvernement français de juillet 1998 qui a mis en
oeuvre la clause de sauvegarde de la directive 90/220 pour suspendre
la commercialisation des colzas transgéniques sur le territoire
national compte tenu de l'avis des experts de risques importants de
contamination génétique des variétés normales de colzas. Quelle serait la cohérence de
condamner l'action de citoyens à l'encontre detelles cultures de colzas transgéniques   alors
que la position offficielle de la France est d'en interdire la commercialisation ?

 

Sur la liste OGM-Danger, le samedi 11 décembre 1999 de Frederic.Prat(at)wanadoo.fr

Pour diverses raisons, je propose un projet de communiqué alternatif à celui
de Thierry. L'idée est de l'envoyer à la presse avec des signatures, mais
aussi au forum transgénèse des chercheurs (INRA, CNRS, INSERM, CIRAD...), et
bien sûr au CETIOM. J'ignore l'urgence de la démarche : quand doit avoir lieu le procès ?



Projet de communiqué

Le 2 juin1999, plusieurs personnes ont participé à la "décontamination préventive"
(que d'autres nomment plus prosaïquement "destruction") d'un champ de colza
génétiquement modifié à Gaudies (Ariège) en le récoltant avant maturation.
Suite à cette action, plusieurs centaines de chercheurs ont protesté
publiquement et un dialogue s'est engagé entre les citoyens alarmés par ses
essais et les chercheurs.

Aujourd'hui, 3 des militants qui ont participé à cette action sont poursuivis
par le CETIOM (Centre Technique des Oléagineux) et mis en examen.

Nous, citoyens dont la liste suit... nous déclarons solidaires de l'action menée
par ces militants. Nous pensons en effet que la commercialisation et la mise
en culture des plantes transgéniques est arrivée bien trop tôt, sans aucun
recul scientifique, ni évaluation d'impact économique ou social, sans parler
de l'aspect éthique du droit de manipuler les génomes...
Quatre variétés de colza en Europe bénéficient d'une décision communautaire
d'autorisation de mise sur le marché. Pourtant, aucune d'entre elles n'est
cultivée car la France a appliqué la clause de sauvegarde de la directive
européenne 90/220. En toute logique, les chercheurs procèdent à des essais
pour évaluer l'innocuité de ces variétés : pourquoi donc détruire ces
parcelles expérimentales, s'insurgent les chercheurs dont deux équipes (INRA
et CNRS) ont déjà mis en évidence les croisements possibles entre le colza et
la ravenelle?

C'est que les citoyens sont inquiets, et le seront d'autant plus que la
transparence, pourtant prônée par tous les acteurs, n'est pas appliquée sur le
terrain : à quoi servent les essais en cours ? Quels sont les risques encourus
? Est-ce bien utile de prendre de tels risques ? Pourquoi ces essais n'ont-ils
pas lieu en milieu fermé ? Ne peut-on simuler la diffusion des transgènes par
d'autres méthodes ? Les recherches en biotechnologie laissent-elles encore la
place à d'autres solutions alternatives moins risquées ?
Toutes ces questions, mises au grand jour par ces militants inquiets et
persévérants, impliquent qu'un moratoire total soit décrété sur la
commercialisation et la mise en culture des plantes transgéniques. Et côté
recherche, si les scientifiques ne souhaitent pas être obligés de travailler

sous la protection rapprochée et permanente d'une compagnie de CRS, un dialogue clair sur les objectifs poursuivis, les risques encourus, et les alternatives possibles doit s'engager avec la société civile dont ils font aussi partie. Les conditions d'expérimentation acceptables par le public
doivent être discutées et définies.

Lorsqu'un Mac Do est illégalement démonté, la société civile du monde entier est capable de reconnaître la légitimité d'une telle action. Lorsque la Commission européenne impose de lever l'embargo sur le boeuf britannique, les politiques français unanimement, et courageusement, osent s'opposer à cette décision, en mettant en avant le principe de précaution. Nous savons que le fameux "bon sens" des citoyens, souligné par Guy Paillotin, ex président de l'INRA, est partagé par certains politiques et chercheurs. Puisse-t-il s'exprimer chez les responsables du CETIOM, pour qu'ils retirent leur plainte et engagent, avec leurs collègues des autres instituts techniques et de recherche, et avec la société dans son ensemble, une véritable réflexion sur les objectifs et les conditions de telles expériences. Aujourd'hui injustement mis en examen, ces militants visionnaires recevront demain de vives félicitations. Nous renouvelons pour notre part notre solidarité totale avec leur démarche «préventive et non violente» et
demandons, si leur mise en examen est maintenue, à être co-inculpés.

Frederic Prat - GEYSER Rue haute - F- 34270 Claret - FRANCE
Tel +33 (0) 4 67 02 82 09 - Fax +33 (0) 4 67 02 81 59

Retour au sommet de la pageL'association terresacree.org, solidaire de ces trois militants visionnaires, signe ce communiqué.

 

     " OGM : La guerre du troisième millénaire! - Jardin

environnement, nature, écologique, bio    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Accès aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC