hLe 19 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.

TOUT EN BAS! Ascenseur express

L'uranium: les gisements exploitables à un cout admissible seront épuisés en 2040

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

Dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation


TERRIBLE ECHEANCIER

2012 : fin du terbium

2018 : fin du hafnium

2021 : fin de l'argent

2022 : fin de l'antimoine

2023 : fin du palladium

2025 : fin de l'or

Fin du zinc

Fin de l'indium

2028 : fin de l'étain

2030 : fin du plomb

2038 : fin du tantale

2039 : fin du cuivre

2040 : fin de l'uranium

2048 : fin du nickel

2050 : fin du pétrole

2064 : fin du platine

2072 : fin du gaz naturel

2087 : fin du fer

2120 : fin du cobalt

2139 : fin de l'aluminium

2158 : fin du charbon

A quand la fin des haricots?



A ajouter bien sûr à cet échéancier la fin des ressources végétales primaires (70% des espèces d'arbres vont par exemple disparaitre avant la fin du siècle) et la fin de la biodiversité.



environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre


Reconstituer le soleil : la fusion nucléaire

Hanoverschen Allgemeinen Zeitung du 06.10.07 - Ce sont des dimensions gigantesques: un seul gramme du nouveau combustible est théoriquement en mesure de fournir 50 000 KWh d'énergie - autant que 6 tonnes de charbon. Cette matière qui a une teneur énergétique très élevée, s'appelle deutérium et on la trouve pratiquement partout. Dans l'eau, le deutérium est une forme d'hydrogène qui est en fait un peu plus lourde que le gaz normal. Si on pouvait prélever de l'eau ou de la terre le deutérium à grande échelle comme source énergétique, on pourrait produire autant d'énergie avec par exemple un km3 d'eau de mer qu'avec toutes les réserves de pétrole connues au monde.

Mais pour cela, il faudrait faire fusionner deux noyaux d'hydrogène en un noyau d'hélium, ce qui nécessite dans un premier temps une grande quantité d'énergie: 100 millions de degrés Celsius. Le problème n'est pas de produire cette température, mais de la maintenir. Car tout est décomposé sous de telles températures, même l'atome lui-même. On appelle fusion nucléaire ce processus qui se produit en permanence dans le soleil, où les noyaux d'hydrogène sont fusionnés en noyaux d'hélium. L'énergie catapultée alors dans l'espace est ce que nous ressentons sur terre comme chaleur ou canicule. Un réacteur de fusion serait en quelque sorte une reproduction du soleil.

Le risque de la fusion nucléaire est minime, contrairement au risque que représente la fission nucléaire dans les centrales. Au cas où le plasma sortirait des champs magnétiques pendant la fusion et atteindrait les parois du réacteur, cette paroi se mettrait à fondre, mais une faible partie seulement car le processus serait alors immédiatement interrompu, comme si on fermait le gaz au dessous d'un fourneau. Lors de la fusion nucléaire, il n'y a pas de réaction en chaine incontrôlable, comme pour la fission nucléaire.

Certes, la fusion produirait également quelques déchets radioactifs qui devraient être stockés pendant quelques centaines d'années, ce qui est beaucoup moins longtemps que les produits de fission à haute activité qui sont créés dans les centrales nucléaires traditionnelles, dont la demi-.période s'élève à plusieurs milliers d'années.

Pour savoir si et comment la fusion nucléaire peut fonctionner, un réacteur expérimental doit être construit à Cadarache en France, l'ITER, et pour que les couts estimés à 10 GEUR soient supportables, l'Union Européenne, les Etats Unis, le Japon, l'Inde, la Russie, la Corée du Sud et la Chine se sont regroupés pour le construire.

Personne ne peut dire aujourd'hui combien coutera l'électricité produite par la fusion nucléaire. On ne sait pas non plus si elle peut fonctionner. Les critiques parlent d'une constante de 50 ans: les scientifiques répondent toujours la même chose, quand on leur demande combien de temps il faut encore attendre que de l'énergie puisse être produite par la fusion nucléaire: "encore 50 ans". C'est la même réponse aujourd'hui qu'il y a dix ans. 

Résumé d'un article du Hannoversche Allgemeine Zeitung.

énergies renouvelables



Zones irradiées

Daniel Green

19/10/2008

Un Jean Charest tout fier vient d'annoncer la protection de la grande rivière George, l'une des dernières sans barrage au Québec. Problème : les claims miniers d'uranium ont préséance sur la protection.

La zone de protection annoncée sur la rivière George équivaut à dix-neuf fois l'île de Montréal. Notre premier ministre se déclare "heureux que nous protégions notamment un de nos joyaux [...] qui a valeur de symbole pour les populations qui y vivent". Mais de quelle protection parle-t-on dans la vraie vie?

D'après le plan d'action sur les aires protégées, le gouvernement doit "prendre en compte les préoccupations des divers acteurs concernés par l'expansion du réseau d'aires protégées." En clair, ça signifie que si une compagnie minière veut sortir de l'uranium autour de la George, même protégée, elle a parfaitement le droit.

J'ai comparé les cartes des claims et du territoire supposé protégé de la George. Il est truffé de claims miniers pour l'uranium. Résultat ? Protégée ou pas, la rivière risque d'être un jour radioactive.

PRISONNIERE DES MINIERES

Aux états-Unis, McCain dit vouloir implanter 45 centrales nucléaires. Les lobbies du nucléaire sont très puissants. Les ventes d'uranium pourraient exploser.

Alors, la pauvre George, gorgée d'uranium, est prisonnière des minières. Quest Uranium Corporation, par exemple, possède des claims pour l'uranium. Et si la compagnie, gentille, décidait de ne pas exploiter sa mine, les contribuables, gentils aussi, devraient la compenser par millions de dollars. Merci M. Charest !

à propos, si vous voulez un claim minier, un simple clic de souris en ligne et un ridicule 41 dollars suffisent. Les minières ne se gênent pas. ça "claime" ces jours-ci au Québec, je vous le dis!

Donc la George repose sur de l'uranium, toxique et radioactif. Et une fois l'uranium extrait du minerai, les résidus radioactifs restent à gérer pour des milliers d'années.

à Elliot Lake en Ontario, les mines d'uranium ont laissé 170 millions de tonnes -57 000 piscines olympiques -de déchets radioactifs, contaminant le bassin de la rivière Serpent. Les poissons sont morts.

Les déchets de l'uranium produisent des éléments radioactifs : le thorium, le radium et le radon gazeux, qui causent des masses cancéreuses dans les poumons. Et la radioactivité dure très longtemps -760 000 ans pour le thorium. Vous voyez ?

Les 385 000 caribous de la rivière George seraient irradiés. Bonne nouvelle pour le Père Noël, ces rennes-caribous brilleront la nuit. Les Innus et les Inuits aussi.

L'organisation Mines Alertes demande un moratoire sur toute nouvelle mine d'uranium au Canada tant que la contamination des déchets des mines d'uranium existantes ne sera pas résolue. Il faut ce moratoire au Québec. Le radon tue.

Rappelons que, selon l'Institut Fraser, le Québec offre le meilleur "environnement d'investissement" pour les mines dans le monde !

On a cru à une bonne nouvelle de Jean Charest : la George serait protégée d'un barrage. En réalité, il nous a eus, en pire. Il l'a donnée aux minières radioactives, plus importantes, au Québec, que nos rivières, nos caribous, les Inuits et les Innus.

* * *

Coprésident de la Société pour vaincre la pollution et conseiller scientifique du Sierra Club du Canada.

green_commentaire@journalmtl.com

Source :
http://www.canoe.com

 

Le bimestriel américain Mother Jones cite une étude publiée début 2008 qui indique que les réserves d'uranium exploitables dans le monde déclinent rapidement et que, évidemment, “si la filière est amenée à se développer, ce déclin n'en sera qu'accéléré”.

En fait, relève le bimestriel américain, “l'accès à un minerai d'uranium d'une qualité suffisante pour alimenter des réacteurs nucléaires est de plus en plus difficile : il faut creuser toujours plus profond, l'extraction est toujours plus complexe, la qualité toujours moins bonne”. Avec un effet collatéral : plus l'accès à l'uranium est difficile, plus il faut employer d'engins émettant des gaz à effet de serre. “La filière nucléaire, prise de bout en bout”, remarque ironiquement un ingénieur australien, “va finir par dégager autant de ces gaz qu'une centrale à gaz classique.”

Publié par Courrier International n° 956, 4 mars 2009

L'uranium est un élément chimique de symbole U et de numéro atomique 92.

C'est la treizième ressource non renouvelable amenée à disparaitre du fait de l'exploitation humaine intensive.

Les réserves énergétiques mondiales d'uranium sont estimées à 3,93 millions de tonnes . Ce chiffre correspond au minerai exploitable à un cout admissible.

Juin 2008 : il reste 32 années de réserve, au rythme actuel de production qui est de 64 000 tonnes par an.

L'épuisement de ce métal lourd radioactif sera donc définitif en 2040. (Source AIEA)

Cette date est contestée par d'autres études. Ainsi se situe-t-elle dans une fourchette qui va en fait de 2025 à 2060.

Par exemple, les chiffres qui suivent proviennent de "Uranium Resources and Nuclear Energy" du Energy Watch Group (2006-12) :
* Une pénurie d'uranium se produira dès 2015.
* La production  atteindra son maximum en 2025.

Voir la source :

http://www.futura-sciences.com

D'autres estiment au contraire les réserves mondiales d'uranium à plus de 5,5 millions de tonnes, ce qui pourrait alimenter les 435 réacteurs actuels pendant un siècle.

Selon le ministère fédéral allemand de l'environnement, les réserves connues d'uranium suffiraient même pour 200 ans, si la consommation actuelle de 64 000 tonnes d'uranium par an est maintenue.

Même si ces derniers chiffres se vérifiaient, ce serait sans compter sur les nouvelles centrales nucléaires qui sont en train de proliférer partout dans le monde. 36 nouveaux réacteurs sont déjà en construction en 2008, sans compter 311 projets de centrales qui devraient doubler le parc nucléaire mondial.

On se sert de l'uranium uniquement dans les centrales nucléaires pour fabriquer de l'électricité et du plutonium.

Une trentaine de pays dans le monde maitrise cette haute technologie. Mais combien d'autres rêvent de s'en payer les moyens? La vente de centrales nucléaires est en effet devenue le business de certains chefs d'états inconscients.

Les problèmes engendrés par la disparition de l'uranium interviendront bien avant la date fatidique, quelle qu'elle soit. Voir à ce sujet le pic de Hubbert : http://fr.wikipedia.org/

Bien sûr, l'uranium sera encore présent dans le sous-sol granitique et sédimentaire, et même dans l'eau de mer et des rivières, mais sous forme extrêmement diluée.

Des japonais ont démontré récemment qu'il était possible d'extraire de l'uranium de l'eau de mer (3 mg/tonne) à l'aide d'un absorbant convenablement texturé. Mais le procédé coute énormément plus en énergie qu'il n'en fournit. Autant demander à un papillon de tracter un Boeing 747.

http://www.nanoquebec.ca/

Même si, grâce à des technologies avancées, nous découvrions de nouveaux gisements au cours d'explorations plus poussées de la croute terrestre, cela ne ferait que repousser l'échéance de quelques années et ne modifierait pas grand chose à la donne.

L'uranium provient de l'explosion de l'étoile dont les débris ont donné naissance au Soleil et à la Terre, il y a plus de cinq milliards d'années.

On ne peut pas synthétiser l'uranium et il n'existe aucun substitut.

Cependant le Thorium pourrait prendre la relève.

 

En effet, il y aurait des réserves de Thorium radioactif pour des centaines d'années.

 

Le Thorium est fertile mais pas fissible. On est donc dans un 
fonctionnement comparable à Superphénix ou autressurgénérateurs. Une filière qui est péniblement expérimentée depuis 50 ans par divers pays (USA, Russie, Japon, France) et qui n'a jamais pu être développée (problèmes techniques et industriels insolubles).

L'Inde travaille aussi, depuis longtemps, sur des réacteurs au thorium dont elle possède de grandes réserves.

Mais elle souhaite aujourd'hui acheter des réacteurs tout à fait ordinaires (EPR, AP1000).

Un aveu évident de l'échec de la filière thorium.
 

Stéphane Lhomme

Porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire"



 

La Lune et les astéroïdes ne contiennent pas d'uranium sous une forme exploitable. Et vous vous rendez compte de la dépense d'énergie qu'il faudrait pour en ramener de Mars ou de Vénus!

Les crayons d'uranium frais irradiés dans les centrales nucléaires, quand ils sont retraités à la Hague, par exemple, sont de nouveau séparés par procédure chimique en uranium et plutonium, matières retravaillées dans les MOX ou combustibles à oxydes mixtes, qui peuvent être recyclés dans les centrales nucléaires pour reproduire de l'électricité.

Le prix de l'uranium a été multiplié par dix en quatre ans.

Les environnementalistes ne sont pas très favorables au nucléaire. Malgré le fait qu'il s'agisse d'une manière de produire de l'électricité sans gaz à effet de serre.

Le gros problème en effet avec l'uranium c'est l'extraction du minerai, la gestion des déchets nucléaires, radioactifs pendant des milliers d'années, les accidents de réacteurs ou de circuits et la multiplication des ogives nucléaires, malgré les traités de non prolifération. Il y a actuellement 26 720 de ces armes meurtrières dans le monde, de quoi raser toute vie sur Terre en l'espace de quelques minutes.

Pendant l'étape de broyage de l'uranium, presque tout l'uranium est extrait de la roche écrasée, mais les produits de désintégration sont laissés dans les résidus. Ces résidus conservent 85% de la radioactivité du minerai d'origine. Les tas de résidus miniers contiennent également des matières chimiques toxiques: acides, arsenic, nitrates et métaux lourds. Or, le problème de l'élimination de ces déchets radioactifs est très complexe, et n'a jamais été réellement abordé. D'immenses tas de résidus ont été abandonnés lors de fermetures de mines. En France, on évalue le stock de résidus à environ 50 millions de tonnes.

La fission civile de l'uranium crée un résidu hautement radioactif, le plutonium, synthétisé en 1940, qui n'existe pas à l'état naturel, et qu'on utilise actuellement pour fabriquer des armes de plus en plus dévastatrices.

Le retraitement chimique des combustibles usés permet de séparer le plutonium. Lorsqu'il est emprisonné dans les crayons irradiés après la fission, il n'est pas utilisable pour la fabrication de bombes atomiques.

Le parc français de réacteurs nucléaires civils produit environ 10 tonnes de plutonium par an, et le parc mondial environ 200 tonnes  le stock mondial actuel de plutonium "civil " dépasse les 1000 tonnes (sous forme séparée ou au sein des déchets non traités). Si nous multiplions ces chiffres mondiaux par 4 ou 5 (scénario SUNBURN), outre le legs mortel pour les générations futures, il deviendra impossible de gérer la sûreté de ces stocks.

Notons quand même que le plutonium pourrait alimenter une nouvelle génération de centrales nucléaires et ainsi repousser l'échéance de quelques années.

Mais, on le voit, l'industrie atomique, même maitrisée, n'est pas une solution durable. Elle restera de toutes façons  extrêmement marginale à l'échelle mondiale.

 

En savoir plus sur l'uranium : http://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium

http://travail-chomage.site.voila.fr/

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

Dernier avatar: la centrale nucléaire portable

Une centrale nucléaire dans votre jardin Certaines informations fleurent bon le canular. Et pourtant... La société américaine Hyperion Power Generation s'apprête à développer des centrales nucléaires de petite taille. Portatives même puisqu'elles seront aisément transportables en train, par les voies navigables et même les routes. D'une hauteur moyenne de 1,5 mètre et d'une capacité de 25 MW électriques à 70 MW selon les modèles, elles seront destinées à alimenter l'équivalent d'environ 20000 maisons américaines.

 

 

uraniumDéchets nucléaires : il ne faut pas les enfouir!

Signez la pétition : http://www.dechets-nucleaires-ne-pas-enfouir.org/

 

uranium16 janvier 2009

Uranium : relance de la prospection minière : http://www.frequenceterre.com/

16 octobre 2008 :

La capacité de production de l'électricité d'origine nucléaire pourrait presque quadrupler d'ici 2050 sous réserve de l'adhésion des responsables politiques et de la société, indique l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

"En 2050, la capacité nucléaire mondiale pourrait croitre d'un facteur compris entre 1,5 et 3,8", a estimé l'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN) de l'OCDE dans sa première édition des "Perspectives de l'énergie nucléaire".

Si la capacité mondiale était multipliée par 3,8, la part du nucléaire dans la production d'électricité atteindrait 22% en 2050 contre 16% actuellement et 1.400 réacteurs d'une puissance du même ordre que celle des installations actuelles pourraient être exploités en 2050, a ajouté l'AEN.

En juin 2008, 439 réacteurs étaient en fonctionnement dans 30 pays pour une puissance installée totale de 372.000 mégawatts.

En tenant compte des programmes nationaux de développement du nucléaire et des déclarations d'intention, les pays qui auront le plus de puissance installée en 2020 seront les Etats-Unis, la France, le Japon, la Russie, la Chine et la Corée. La Chine et les Etats-Unis sont les deux pays qui prévoient d'augmenter le plus leurs capacités.

La France, le Japon et les Etats-Unis totalisent à eux trois 57% de la puissance nucléaire installée dans le monde.

Les pays qui ne possèdent actuellement aucun réacteur nucléaire et qui projettent d'en construire ne contribueront qu'à hauteur de 5% à l'accroissement de la capacité totale en 2020, a encore précisé l'agence.

ADHESION NECESSAIRE DES POLITIQUES ET DE LA SOCIETE

L'adhésion des pouvoirs politiques et de la société sera néanmoins vitale pour pouvoir développer la filière nucléaire, a également expliqué l'AEN.

"Il importera de plus en plus que s'instaure une relation régulière entre les décideurs, l'industrie nucléaire et la société, qui soit propice au développement des connaissances et à la participation du public."

Les gouvernements auront comme responsabilité la réglementation en matière de sûreté nucléaire, l'amélioration des efforts pour mettre au point des solutions de stockage des déchets radioactifs et le renforcement du régime international sur la non-prolifération, a encore précisé l'AEN.

"Jusque-là, le retard et l'échec de certains programmes de stockage des déchets fortement radioactifs continuent d'avoir un impact significatif sur l'image de l'énergie nucléaire", a dit l'agence, ajoutant que les gouvernements et l'industrie nucléaire devaient travailler ensemble.

Les ressources en uranium sont suffisantes pour permettre la croissance du nucléaire, sans avoir besoin de le retraiter, au moins jusqu'en 2050, a estimé l'agence.

Les ressources géologiques prévisionnelles sont également suffisantes pour assurer l'approvisionnement en uranium pendant encore plusieurs centaines d'années, a-t-elle ajouté.

Version française Mathilde Cru, édité par Benjamin Mallet

http://www.lepoint.fr/

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

Le nucléaire est dépendant de... l'uranium


20/10/2008

Le nucléaire pourrait bien suivre les même turbulences que le pétrole.

Le nucléaire est souvent cité comme étant une source d'énergie qui est sure et qui peut nous permettre de surmonter la crise du pétrole (Investissements futurs en inde, Chine, Italie...). Il n'est pas inutile de rappeler tout de même ceci:

- le nucléaire est une énergie non renouvelable: il faut de l'uranium qui est un extrait d'un minerai comme le cuivre ou le tungstène. Les réserves avoisinent les 70 ans à l'heure de la consommation actuelle. Si on intégre dans le raisonnement les consommations futures prévisibles des centrales asiatiques et indiennes ce chiffre pourrait tomber à 40 ans. Ce qui place l'uranium dans le même état que le pétrole!

- l'uranium se trouve dans des pays à géopolitique instable ainsi son prix a été multiplié par 10 depuis 2003! Et il ne va pas s'arrêter en chemin.

Pensez vous réellement que ce soit l'énergie de l'avenir même si des améliorations techniques se font jour? Et l'hydrogène ce vecteur d'énergie que l'on nous propose comme une voie intéressante viendrait d'où si ce n'est d'énergie nucléaire? (1) Ce surplus d'énergie ne pourra être absorbé que par des centrales. Toutes énergies non renouvelables confondues (nucléaire, gaz, pétrole, charbon) au rythme de la conso actuelle il n'y aura plus aucune réserve en 2100 (source JM Jancovici).

Nous voyons bien que le débat est ailleurs. Il s'agit de réduire notre gabegie énergétique. Trouvera t'on normal dans 10 ou 15 ans qu'une personne de 70 kg roule dans une voiture d'une tonne? Que son adsl consomme plus d'électricité en veille qu'en fonctionnement? Que sa TV engloutisse d'avantage de kwh que son ancien TV cathodique?

Le débat n'est pas pour ou contre l'éolienne. Ou pour ou contre le nucléaire. L'avenir lui même nous contraint à de la sobriété et de la modération. Le seul débat est: quels moyens nous donnons nous pour réduire notre gabegie , réformer nos politiques de ville, industrielles et notre mode de consommation?

(1) Il faut en effet la puissance d'une centrale nucléaire pour amorcer la fusion nucléaire de l'hydrogène.

Source : http://www.enerzine.com

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

uraniumA lire absolument : Réflexion faite : la fin programmée de la civilisation du gâchis de Michel Walter

 

 

Merci de diffuser largement le lien https://www.terresacree.org/ressources.htm  auprès des personnes figurant dans votre carnet d'adresses, ainsi qu'aux élus et journalistes de votre connaissance. Le changement viendra de l'évolution des mentalités, c'est pourquoi il faut que ce genre d'info circule le plus largement possible, afin que les gens prennent conscience et fassent pression. Cela ne "coute rien" si ce n'est quelques minutes de temps et le résultat peut être conséquent.

 

uraniumMenace climatique, crise énergétique et illusions de la relance du nucléaire : http://france.attac.org/

 

nucléaire  

 

uraniumLes émissions cachées du nucléaire

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'énergie nucléaire n'est pas neutre pour le climat. Une étude estime que la filière émet en moyenne 66 grammes de C02/kWh. L'énergie nucléaire est une source de production d'électricité qui n'émet pas de CO2. " Ce leitmotiv de l'industrie nucléaire et de ses défenseurs tente de conforter l'image, ces dernières années, d'une filière de production d'électricité propre et neutre au plan des émissions de CO2. Et donc favorable à la lutte contre le réchauffement climatique... De l'autre côté du fleuve, ses opposants ne cessent de clamer que le nucléaire produit beaucoup de CO2 si l'on tient compte de l'ensemble du cycle de vie de l'atome, de l'extraction de l'uranium au démantèlement des centrales. Ainsi, le groupe de recherche d'Oxford n'hésite pas à projeter que si elle se maintient dans une proportion similaire, la filière nucléaire émettra en 2050 autant de gaz à effet de serre que les centrales au gaz les plus performantes en raison de la difficulté croissante d'extraire de l'uranium...Face à ces arguments polarisés, Benjamin Sovacool, chercheur à l'université de Singapour, s'est penché sur les 103 études publiées sur la question à ce jour (1). Ne retenant que les publications versées dans le domaine public et récentes, Benjamin Sovacool a dû éliminer pas moins de 81 % des recherches en raison de leur faiblesse méthodologique et de l'absence de critères reproductibles pour l'industrie.

Lire l'article en entier

 

 

Bombe atomique

 

 

S. M., le 23 janvier 2007

 

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperet

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

uraniumL'Inde pourrait alimenter ses centrales au Thorium

uraniumGraphique cliquable inédit

 uraniumNucléaire : Mise au point pour ceux qui doutent

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreEnergies propres, énergies sales

uranium Dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreEt pour ceux qui veulent en savoir plus, l'excellent site de SORTIR DU NUCLEAIRE

uraniumEn 2025, dans 17 ans déjà : la fin du zinc et de l'acier galvanisé

Fil d'info RSS           uraniumJardin

Retour au sommet de la page

Valid XHTML 1.0 Transitional    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  







Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme
 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme