21 août 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.
Tout en bas!

avant la fin du charbon !            

  environnement, nature, écologique, bioDernières nouvelles du réchauffement climatique        Sommaire de la page


Sommaire Août 2013 : Les fuites de méthane en Sibérie pourraient coûter cher



Note importante : Depuis 2012, les news les plus récentes concernant le rechauffement climatique sont à ce lien

(Dossier actualisé quotidiennement par l'équipe des lanceurs d'alerte)

Taper "réchauffement" ou "climatique" ou encore "climat" dans le champ du moteur de recherche du module


Sommaire de la page :
Méthane : la bombe à retardement - Le réchauffement climatique est la conséquence de notre insouciance! Pas la cause du dérèglement général - L'Irlande veut taxer ses pets de vache - Un gaz à effet de serre : le CO2 - La menace du méthane arctique sur le futur climatique - Obscurcissement de la planète et réchauffement climatique - Les scientifiques prévoient une augmentation de six degrés d'ici à 2100 - 23 février 2010 : L'acidification des océans, du jamais vu depuis les dinosaures - Aujourd'hui qu'en est-il de l'activité solaire?La géo-ingénierie : notre planète n'est pas un laboratoire (PDF) - Et Olala! les coquillages n'arriveront plus à fabriquer leurs coquilles en carbonate de calcium et, chimie du carbone 12 oblige, l'acidité de l'eau attaquera le calcaire des plateaux océaniques, ce qui libèrera -eh oui!- du CO2!!! Toujours du CO2!!! De ça on ne nous en parle pas encore!

     

Ecran suivant

Fonte des glaces : l'iceberg, d'une surface équivalente à deux fois celle de Paris



nature, environnement, biologique, écologie4 mars 2010 : ça commence! Grosse fuite de méthane dans l'atmosphère depuis l'Arctique


Le fond de l'océan Arctique libère du méthane, un puissant gaz à effet de serre, à un rythme plus élevé que ne le pensaient les experts, ce qui pourrait aggraver le réchauffement climatique, selon une étude publiée jeudi dans la revue Science.

Les scientifiques ont en effet longtemps considéré que le permafrost situé sous l'océan Arctique constituait une barrière infranchissable pour le méthane, un gaz dont l'effet de serre est trente fois supérieur à celui du CO2. Mais les observations de l'équipe de l'université de Fairbanks montrent que le permafrost sous-marin est perforé et laisse échapper de grandes quantités de méthane.

(...)


«La libération dans l'atmosphère de seulement un pour cent du méthane que l'on suppose stocké dans les dépôts d'hydrate de faible profondeur pourrait multiplier l'effet actuel du méthane atmosphérique par trois ou quatre», ajoute-t-elle. «Les conséquences climatiques d'un tel événement sont difficiles à prévoir.»

(...)


nature, environnement, biologique, écologiePrendre conscience des risques climatiques majeurs


nature, environnement, biologique, écologie12 décembre 2009 : La conférence de Copenhague sur le climat est un échec catastrophique!


nature, environnement, biologique, écologieEmissions de CO2 par ordre alphabétique des pays (2010)


 

 



Petite synthèse pour y voir clair, comprendre les enjeux et agir en toute lucidité

Savoir pour enrayer le processus mortifère


Comprendre les enjeuxLe réchauffement planétaire est la conséquence de notre insouciance et du manque d'information!

Pas la cause primitive du dérèglement constaté



Allégorie de la grenouille et du réchauffement


Constaté par l'ensemble des satellites et autres sondages de la communauté scientifique internationale, le réchauffement planétaire actuel n'est pas du tout naturel.

Ce n'est pas non plus un complot judéo-maçonnique comme se plaisent à le dénoncer certains sites web négationnistes;o)


Ni un scénario monté de toutes pièces par des hommes d'affaires avides de richesses...



Chiffres ConsoGlobe




Le Soleil est une naine jaune ordinaire au milieu de sa vie, en parfaite santé et d'une stabilité nucléaire exemplaire.

Ses cycles sont connus et d'extrêmement faible amplitude depuis l'apparition du vivant terrestre.

Dans l'ensemble, on pense que les minimums et les maximums solaires ne produisent pas plus de 0,1°C de rafraîchissement ou de réchauffement.

L'orbite de la Terre autour de notre étoile est, quant à lui, réglé comme du papier musique.


L'activité solaire et les infimes fluctuations d'orbite de la Terre n'ont en résumé pas d'effets notoires sur le climat planétaire.



Oui donc, le réchauffement en cours depuis le début de l'ère industrielle est bien dû aux gaz à effet de serre émis par notre civilisation technologique dont la prédation excessive est nuisible à l'ensemble des écosystèmes, qui n'en peuvent plus et dont nous dépendons.


Son ampleur programmée est sans précédent dans l'histoire des espèces évoluées telles que les primates, et surtout extrêmement rapide.
 

95% des mammifères ne sauront pas s'y adapter.


Demandez aux ours polaires ou aux esquimaux s'ils nient le réchauffement climatique


Ce réchauffement planétaire en train de naître est dû à 5 causes principales :



- 150 ans de pollution industrielle par les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz, bois mal exploité, déchets) provoquant la libération artificielle d'un surplus de carbone sous forme de CO2 dans notre atmosphère, pourtant régulée en partie, jusque là, par l'absorption océanique.


- La circulation des véhicules thermiques, terrestres, aériens et nautiques.


- La production de l'électricité et du chauffage.


- Les rots et pets de nos troupeaux de bovins. (D'après les estimations de la FAO, la production déjà excessive de viande devrait plus que doubler, passant de 229 millions de tonnes en 2001, engendrant 18% des rejets de gaz à effet de serre, à 465 millions de tonnes en 2050 et environ le tiers des rejets! Un luxe qu'on ne peut plus se permettre dans de telles proportions! Les animaux de rente représentent désormais environ 20% de toute la biomasse animale terrestre, ajoute la FAO).  Lien avec détails




- Les engrais synthétiques et autres pesticides qui libèrent du protoxyde d'azote, quatrième gaz à effet de serre, 298 fois plus puissant que le CO2.


Camembert des émissions de gaz à effet de serre


Ces 5 causes entraînent 5 conséquences à effet exponentiel :


- Les océans, saturés et acides, ne pourront plus absorber l'excédent de gaz carbonique (1) comme cela s'est fait depuis le début de l'ère industrielle. Ce qui signifie que l'élévation des températures globales due au CO2 va être désormais extrêmement plus rapide. Et -Olala!- les coquillages n'arriveront plus à fabriquer leurs coquilles de carbonate de calcium et, chimie du carbone 12 oblige, l'acidité de l'eau attaquera le calcaire des plateaux océaniques, ce qui libèrera -eh oui!- du CO2!!! Toujours du CO2!!! De ça on ne nous en parle pas encore!


- Les forêts restantes, style boule à zéro, ne joueront plus, entre autres, leur rôle de puits de carbone.


- 25 fois plus nocif que le CO2, le méthane gisant, comme une bombe à retardement, dans le permafrost des cercles polaires et dans les océans, sera libéré dans l'air de façon massive, comme cela s'est déjà produit voici 260 millions d'années, entraînant alors une élévation énorme des températures et la disparition de 95% des espèces. Les premiers rots de méthane océanique ont déjà fait leur apparition avec moins d'un petit degré de réchauffement moyen.


- L'albédo terrestre sera modifié (la glace ne sera plus là pour réfléchir la lumière solaire et renvoyer sa chaleur dans l'espace)


- Cerise sur le gâteau : L'élévation du point de saturation formant la précipitation de la vapeur d'eau atmosphérique qui est, rappelons-le, le premier gaz à effet de serre, sans lequel il ferait en moyenne -15°c sur l'ensemble du globe. La cause à tout effet de serre additionnel par la vapeur d'eau est déduite de la relation de Clausius-Clayperton que ce dernier attribue à la température.



L'avenir est entre nos mains!

Résultat : C'est l'effet boule de neige (si l'on peut dire!)

L'emballement exponentiel!

Un réchauffement fatal de 6 à 10 °C à l'horizon des deux ou trois prochains siècles.



Si nous ne faisons rien!



Une fourchette qui illustre notre ignorance quant aux quantités d'hydrates de carbone hibernant dans les fonds océaniques!


Les premiers rots de méthane océanique


De quoi anéantir la biodiversité végétale et animale qui aura échappé à la main de l'homme. Et forcément -les uns n'allant pas sans les autres- de quoi réduire l'humanité à des hordes éparses arpentant le brûlant désert géant.

Notre civilisation technologique n'aura alors plus d'énergies fossiles (ouf!), plus de métaux, plus de phosphates, pas assez d'eau potable pour tout le monde, trop de sols épuisés, pas assez de terres fertiles et non sujettes à l'érosion, bref pas de quoi nourrir les milliards d'êtres humains en train de naitre!

Que fera alors l'homme perché sur l'arbre mort?Surtout si leurs voitures -devenues intelligentes?- s'approprient leur blédine, comme cela a déjà commencé sur les chapeaux de roues avec la bénédiction des pouvoirs publics et l'exonération de taxe sur les agro-carburants...


Bref, plus de quoi faire mumuse!


Que fera alors l'homme, perché sur l'arbre mort?



Ciel! Pourquoi continuer à dévaster le jardin?

C'est aujourd'hui que l'avenir de nos enfants est entre nos mains, demain il sera trop tard!




Michel le 16 janvier 2010




(1) L’acidification des océans (OA), c’est-à-dire la diminution de pH dans l’eau due à l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère, est considérée comme une question majeure des recherches sur le changement climatique. L’océan Arctique est une des régions où ce problème devient probablement le plus sensible, car il sera proche de la saturation en ce qui concerne le carbonate de calcium dès 2014.




La Vie? Est-ce une émission de variété?

Est-ce la vérité non dissimulée ou une émission de variétés?





17 août 2009 :


250 suintements de méthane découverts en Arctique : un risque pour le climat ?


Information sélectionnée par Jean-Marc, qui se demande pourquoi il y a un point d'interrogation dans le titre


Les preuves montrant que les gisements de méthane sous forme de clathrates en Arctique sont en train de se déstabiliser se multiplient. Une récente campagne océanographique a découvert pas moins de 250 suintements de méthane dans cette région du globe. La menace d'une accélération brutale du réchauffement climatique se précise donc.

Cela fait des dizaines d'années que les géologues et les océanographes savent qu'il existe en bordure des continents de gigantesques zones où s'accumulent des clathrates. Il s'agit de glaces contenant, en plus de l'eau habituelle, des quantités non négligeables de méthane. Ce dernier est un puissant gaz à effet de serre puisqu'un seul kilogramme de CH4 équivaut à 25 kilogrammes de CO2 dans l'atmosphère.

Or, si le méthane piégé dans les clathrates est stable dans des conditions de température et de pression données, il suffit que les océans se réchauffent un peu pour qu'il se libère. On comprend aisément, vu le pouvoir d'amplification de l'effet de serre du méthane, que le processus pourrait s'emballer avec libération de plus en plus massive de ce gaz, au fur et à mesure que la température de la planète augmenterait. Les prédictions les plus pessimistes du GIEC pourraient donc devenir non seulement une réalité mais être dépassées, en gravité mais aussi du point de vue de la chronologie.

Malheureusement, depuis quelques temps déjà, on a bel et bien détecté des suintements de méthane en Arctique et l'incertitude règne quant à savoir si ces derniers étaient déjà présents il y a des dizaines d'années ou pas et sur l'impact du phénomène sur le climat. En effet, une bonne partie de ce méthane se dissout dans l'eau de mer et ne rentre donc pas massivement dans l'atmosphère. Il n'en reste pas moins qu'une évaluation et une surveillance du phénomène est nécessaire pour mieux en comprendre les implications sur le climat de notre planète à court terme.

Dans le cadre des recherches sur cet important problème, des scientifiques du National Oceanography Centre Southampton, des Universités de Birmingham et de Royal Holloway (Londres) ont effectué une campagne océanographique en Arctique avec le RRS James Clark Ross. Avec leurs collègues allemands du IFM-Geomar, les océanographes britanniques ont découvert pas moins de 250 panaches de bulles de méthane s'élevant de la marge continentale du Spitzberg occidental.

Les suintements de méthane détectés sont répartis dans des zones dont les profondeurs sont comprises entre 150 et 400 mètres. Il y a 30 ans, un courant arctique dans la région a commencé à ce réchauffer et aujourd'hui sa température a augmenté de 1°C, ce faisant, il accélère le taux de libération du méthane piégé dans les clathrates. Alors que ces derniers étaient parfaitement stables à une profondeur de 360 mètres il faut désormais descendre à 400 mètres pour retrouver une stabilité. Un article sur la découverte vient d'être publié dans Geophysical Research Letters.

Espérons malgré tout que nous ne sommes pas en présence d'une véritable bombe à retardement climatique.


Source :
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/250-suintements-de-methane-decouverts-en-arctique-un-risque-pour-le-climat_20197/#xtor=RSS-8


Note de JM : je crois que si, et qu'elle est en train d'exploser (lentement, mais ça va s'accélérer)



Le réchauffement climatique est la conséquence de notre insouciance!



Août 2009 : La fonte de la banquise de l'océan arctique s'accélère. En juillet
dernier, la couche de glace a rétréci chaque jour d'une surface moyenne
équivalente à 2 fois et demi la Suisse! Une telle rapidité de fonte
avait déjà été mesurée en 2006 et 2007. Du coup les scientifiques
estiment que la banquise arctique aura totalement disparu dans 30 ans
déjà. Par Silvio Dolzan.

ECOUTER LE DOCUMENT SONORE ...
http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=5001&broadcastId=686183&bcItemId=11069401




Le web un outil pour sauver le monde?



sauver la vie, sauver la planète
Arctique: Dégel du sous-sol?


22 mai 2009 : Une hausse des concentrations de méthane - gaz à fort effet de serre - au-dessus de l'Arctique, après une décennie de stabilité, ravive les craintes d'un possible début de dégel des importants stocks de ce gaz contenus dans le pergélisol - ou permafrost, le sous-sol gelé en permanence dans le Grand Nord -, ont déclaré des spécialistes de l'environnement. La concentration de méthane dans l'atmosphère a augmenté de 0,6% en 2008, selon les premières données transmises par une station Zeppelin sur une île de l'Arctique. Un dégel du pergélisol risquerait de libérer dans l'atmosphère d'importants volumes de gaz à effet de serre enfermés dans la terre et d'accélérer le réchauffement de la planète.




Le web un outil pour sauver le monde?




L'atmosphère de la Terre se réchauffe à grande vitesse. La fièvre monte, monte, monte. Comme chez un organisme vivant, c'est là le signe d'une maladie grave.

Oui, la planète est malade et c'est la faute de notre civilisation industrielle irrespectueuse qui rejette dans l'air des gaz à effet de serre.

En quelques décennies, c'est tout le charbon, tout le pétrole, accumulés avec intelligence par la nature pendant des millions d'années, qui sont largués ainsi sans scrupules dans l'atmosphère.

Le seul remède consiste en une prise de conscience immédiate de toutes les nations. La mise en oeuvre à l'échelle mondiale de technologies moins polluantes (et elles existent!) s'avère obligatoire.

Il est encore temps d'enrayer ce dérèglement catastrophique, mais il faut faire vite!

 

nature, environnementUne vidéo avant qu'il ne soit trop tard : http://www.youtube.com/watch?v=Ru2XzsWaE1E&NR=1 

 

 

Le web un outil pour sauver le monde?

 

La menace du méthane arctique sur le futur climatique

28 avril 2009 : Un avertissement venu du passé vient de paraître dans la revue Science (1). Une équipe internationale (Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Danemark) a découvert d'où provenait l'essentiel du méthane atmosphérique qui, il y a 11 600 ans, a provoqué une brusque poussée de chaleur planétaire.

Provenait-il des océans, des continents ? Mystère résolu avec l'analyse isotopique du méthane contenu dans une centaine de tonnes de glace du Groenland. Ce sont les terres humides (marais, toundra), réchauffées, qui ont laissé échapper ce gaz à fort effet de serre.

Jérôme Chappelaz, du laboratoire de glaciologie à Grenoble, CNRS (LGGE), avertit qu'un phénomène similaire, avec le réchauffement des toundras de Sibérie et du Canada, aurait des «conséquences sévères pour l'humanité».

(1) Vasilii V. Petrenko et al., Science du 23 avril 2009.



Source :
http://www.liberation.fr/sciences

 

 

environnement, nature, écologique, bioOù est passé le carbone des 70% de CO2 de l'atmosphère originelle, alors qu'il n'en reste que 0,039%?

C'est une sorte de glace étrange, constituée d'un agencement de molécules d'eau qui emprisonnent des molécules de gaz, par exemple du méthane, ou encore du propane. Les chimistes parlent d'«hydrates de gaz» ou, mieux, de «clathrates», et ces produits ont longtemps été considérés comme des curiosités de laboratoire. Des curiosités amusantes ou dangereuses, car les clathrates de méthane, en dehors de leurs conditions de stabilité (très basses températures, très fortes pressions), se décomposent instantanément. Sitôt extraits de leur frigo pressurisé, ces cristaux capricieux se mettent à fulminer. Ils se désagrègent, explosent spontanément, s'enflamment en libérant leur contenu d'hydrocarbures



 

environnement, nature, écologique, bioLes océans intoxiqués par le gaz carbonique : http://www.lefigaro.fr/vert/

nature, environnement, biologique, écologieDans une étude parue dans la revue Science datée du 9 janvier 2009, des scientifiques américains indiquent que le réchauffement du climat risque de précipiter la moitié de la population mondiale dans une crise alimentaire d'ici la fin de ce siècle. Il est donc urgent de prendre des mesures d'adaptation pour en minimiser la sévérité.

La suite : http://www.catnat.net/actualites/





AUJOURD'HUI, QU'EN EST-IL DE NOTRE ACTIVITÉ SOLAIRE ?



Calme plat chez le SoleilAux négationnistes de la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique actuel. Qui disait que le réchauffement climatique n'était qu'un mythe ?
Et qui disait aussi que s'il n'était pas un mythe c'était à cause du soleil qui était "plus intense que jamais" ?"



Depuis le début de cette année - 2010 -, la surface du Soleil est restée totalement dépourvue de taches 80 % du temps.

De ce point de vue, cette période a été la plus calme depuis 75 ans !

Voir notamment mon article Service minimum du 1er janvier 2010, où j'écrivais notamment :

« Le soleil en service minimum ? Ben oui... et depuis des années déjà!

"Deux longues années de sommeil.... 2008 et 2009, années marquées à plus de 70% par un disque solaire immaculé. Du jamais vu en pratiquement un siècle !"... Et dire qu'il y en a encore qui continuent à affirmer que si notre pauvre planète se réchauffe, c'est à cause d'un soleil qui serait "plus chaud que jamais" (!!!)... »

(Et là, dans mon article publié en 2007, on pouvait aussi lire : « Un réchauffement global dans tout le système solaire ? (...) Curieux, je bosse avec des docteurs en astrophysique, et aucun n'a entendu parler de ça ! (...) Le soleil est surveillé jour et nuit depuis des années... et son activité n'a pas augmenté, au contraire, nous sommes au minimum d'activité du soleil en ce moment ! »

Et dans la "version intégrale" - que l'on peut retrouver notamment ici :  on pouvait lire aussi :

« L'histoire climatique de la Terre a toujours connu des hauts et des bas, toujours.... mais jamais dans ces proportions-là et jamais sur une période de temps aussi courte ! La courbe du CO2 est similaire à celle de la température moyenne depuis les origines... et l'activité humaine a produit 400 fois plus de CO2 en 50 ans que notre planète l'aurait fait en 1000 ans... Et cela, notre belle étoile n'y est pour rien !!! »)


BREF RAPPEL HISTORIQUE DES ACTIVITÉS SOLAIRES :


- C'était le 13 novembre 2003 :

« Tout à fait ce à quoi on pouvait s'attendre dans cette phase du cycle solaire de 11 ans... Le dernier maximum a eu lieu en 2001, et depuis lors l'activité solaire a régulièrement décru... (Dixit David Hathaway, chercheur de la Nasa qui étudie le Soleil au centre spatial Marshall)

Si vous faites la moyenne des taches apparues sur plusieurs semaines, on s'aperçoit que l'on est bien dans une tendance générale à l'accalmie, conforme aux prévisions. On est toujours dans la perspective d'un minimum solaire pour 2006.... »

- Et là, le 13 mars 2006 :

« C'est officiel : le minimum solaire est arrivé.

Les taches solaires se sont évanouies. Les éruptions solaires sont inexistantes. Le Soleil est d'un calme plat.... »

- En mars 2008 :

« Quand on étudie - depuis 1995 - le nombre de taches observées sur le Soleil en fonction du temps...

2008 est clairement une année proche du minimum ! »

- Mars 2009 : Avec 78 jours sans taches sur 90 écoulés, l'année 2009 s'annonce elle aussi en service minimum !

« Le cycle de taches solaires se comporte un peu comme le marché boursier. Juste quand vous pensez qu'il a touché le fond, il va encore plus bas !

2008 avait déjà été une année rare :  il n'y avait eu aucune tache solaire observée sur 266 des 366 jours de l'année (73 %). Pour retrouver une année aussi pauvre en taches, il fallait remonter à 1913, qui avait compté 311 jours de Soleil vierge. Les observateurs pensaient que le cycle solaire avait atteint son plus bas niveau.

Ils en sont moins sûrs aujourd'hui : au 31 mars, on dénombrait 78 jours sans tache sur 90 écoulés (87 %). “C'est le soleil le plus calme que nous avons vu en presque un siècle,” confie l'astronome solaire David Hathaway.

Le cycle solaire découvert par l'astronome allemand Heinrich Schwabe au milieu des années 1800 nous a habitué à des périodes sans tache environ tous les
11 ans .

Mais cette période exceptionnellement calme que vit le Soleil actuellement est confirmée par les mesures faites par la sonde Ulysse qui révèlent que la pression du vent solaire a chuté de 20% depuis le milieu des années 1990, atteignant son niveau le plus bas depuis les premières mesures effectuées dans les années 1960. D'autres sondes ont montré que la luminosité du soleil a baissé de 0.02 % dans le rayonnement visible et de 6 % dans le domaine des UV depuis le minimum solaire de 1996.... » (Lien)


- Février 2010 : Le soleil est entré dans une longue léthargie comme il n'en avait pas connu depuis 1913 !!!

Comme on peut lire ici (avec deux belles photos édifiantes de notre astre de vie) :

« Pendant deux ans - 2008-2009 -, le soleil a affiché un calme inquiétant.

Les experts cherchent à comprendre pourquoi il est resté dans un « minimum profond » aussi longtemps et à savoir si cette léthargie a des conséquences directes sur la Terre. De telles périodes de repos ne sont pas inhabituelles. "Elles reviennent suivant un cycle bien connu, en moyenne tous les onze ans. Le Soleil donne alors l'impression de s'être assagi, puis les éruptions à sa surface reprennent et il projette à nouveau de grandes quantités de matière dans l'espace", explique le planétologue Jean-Loup Bertaux. Mais cette fois, rien.

Pendant 266 jours, notre étoile s'est même offert le luxe de rester vierge de taches noires, signe de reconnaissance d'une reprise d'activité.

Du jamais vu depuis le début du XXe siècle !

A l'automne, quelques soubresauts ont laissé croire à l'Agence spatiale américaine (Nasa) que notre astre avait décidé de sortir de sa torpeur.

Fausse alerte : il s'est rendormi aussitôt.

D'éminents spécialistes se sont alors alarmés : et si l'étoile, sans laquelle toute survie nous est impossible, ne retrouvait pas son intensité habituelle ? David Hathaway, du Marshall Space Flight Center de la Nasa, s'est inquiété d'une diminution du rayonnement depuis le dernier minimum d'activité, en 1996, et de graves perturbations du vent solaire. "Nous sommes à peu près sûrs que le prochain maximum d'activité solaire sera nettement plus faible que le précédent", ajoute Jean-Loup Bertaux. De leur côté, des climatologues ont constaté un ralentissement du réchauffement climatique et les météorologues enregistrent des records de mauvais temps en période hivernale.

C'est le cas en ce moment sur l'Europe. Ce le fut il y a quelques semaines en Chine et l'année dernière au Moyen-Orient et en Amérique du Sud...

Un tel phénomène n'est pas sans précédent. Le Soleil a eu un minimum d'activité similaire très prolongé entre 1912 et 1913, explique Guillaume Aulanier, astronome au laboratoire d'Etudes spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Lesia). En remontant encore dans le temps, c'est arrivé sous Louis XIV, pendant près de soixante ans (Plus précisément entre 1645 et 1715!).

Ce cycle est connu des astronomes sous le nom de minimum de Maunder et du grand public comme la "petite période glacière".... »



"ET POURTANT, PENDANT QUE NOTRE SOLEIL DORT PAISIBLEMENT...

... LA PLANÈTE ELLE CONTINUE DE SE RÉCHAUFFER !!!




Daneel Olivaw, le 30 avril 2010

Source





Les dessous cachés du réchauffement climatique


7 décembre 2008 :

De concert avec les pets de nos bestiaux, nos pots d'échappements, les réacteurs de nos  avions, nos cheminées d'habitations et d'usines, nos machines, engendrent des gaz à effet de serre qui sont, on le sait, à l'origine du réchauffement climatique.

...Mais aussi des particules de poussières qui assombrissent la luminosité du Soleil sur tous les continents. De plus de 30% dans certaines régions.

Deux phénomènes antagonistes pour une seule origine!

Malheureusement, l'un n'annihile pas l'autre. Ce serait trop beau. Le réchauffement est seulement freiné et, en réalité, beaucoup plus important que ce que l'on imaginait jusqu'à présent.

La situation climatique est donc bien plus complexe qu'elle n'y parait.

On attribue à cet obscurcissement de la planète des perturbations dans le cycle des moussons. Il serait même responsable, par exemple, des dernières grandes sécheresses en Ethiopie, qui ont causées tant de malheur pour les populations africaines.

L'obscurcissement diminue la photosynthèse et donc le taux d'absorption du gaz carbonique par les végétaux, ce qui participe à la montée générale des températures.

On parle maintenant de 10 degrés de plus pour la fin de ce siècle.


environnement, nature, écologique, bioTout savoir sur l'assombrissement de la planète

 

 

réchauffement climatique

 

 

"Aujourd'hui encore, ce sont 100 espèces animales et végétales qui ont disparu (de la planète), quelque 50 000 hectares de forêt tropicale humide qui ont été anéantis; les déserts se sont agrandis dans le monde de 20 000 nouveaux hectares; l'économie mondiale a consommé aujourd'hui l'équivalent de 22 millions de tonnes de pétrole et, par conséquent, nous aurons, durant ces mêmes 24 heures, collectivement relâché dans l'atmosphère 100 millions de tonnes de gaz à effet de serre de plus..."
 
Franz J. Broswimmer Ecocide

 

S. M.

 

 

Le transport aérien mondial émet davantage de gaz à effet de serre que l'ensemble des activités d'un pays comme la France. Par exemple, un aller-retour Paris-New-York émet près d'une tonne de CO2 par passager. Un voyageur en avion émet environ 140 g de CO2 au km, contre 100 g pour un automobiliste.

(365 jours pour réfléchir à notre Terre de Yann Arthus-Bertrand, Editions de la Martinière)

 

 

S. M.

 

 

10 septembre 2008 :
Manger moins de viande pour réduire notre impact sur le réchauffement climatique


Le président du Giec, Rajendra Pachauri, a déclaré à l'Observer daté de dimanche 7 septembre, « Il faut commencer par ne plus manger de viande un jour par semaine, puis baisser progressivement ». Et d'ajouter qu'il était plus facile de changer ses habitudes alimentaires que les habitudes de transport. Ceci alors que d'après la FAO (l'agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), un cinquième des émissions globales de gaz à effet de serre  proviennent de la production de viande.

Sans pour autant appeler la population à devenir végétarienne comme lui, Rajendra Pachauri a insisté sur le fait que l'alimentation est un domaine important puisqu'il est à l'origine d'importantes émissions de gaz à effet de serre. Le tube digestif des ruminants produit d'importantes émissions de méthane dans l'atmosphère. Or, le méthane réchauffe 23 fois plus le climat que le gaz carbonique. La FAO estime que la consommation de viande devrait doubler d'ici 2050.

http://www.ddmagazine.com

 

 

 

 

L'Irlande veut taxer ses pets de vache

Vache et réchauffement climatique13 mars 2009

Vous avez bien lu, les agriculteurs seraient taxés pour les gaz que leurs bovins rejettent dans l'atmosphère.

Alors que les agriculteurs ont déjà du mal à boucler leur fin de mois, cette nouvelle taxe pourrait bien les mettre un peu plus dans les ennuis.

L'Irlande, mais aussi le Danemark réfléchissent à cette idée. Les états imposeraient une taxe de respectivement, 13 et 80 euros. Et ca non pas pour le cheptel entier, mais par animal.

80 euros par vache pour ses gaz... On imagine aisément que les agriculteurs ne vont pas apprécier !

L'explication des autorités est simple : les gaz émis par ces animaux, et notamment le méthane, contribuent au réchauffement climatique. Et ce dans la mesure où les flatulences et les renvois constituent des gaz à effet de serre.

Cette taxe devrait ainsi permettre d'investir dans la recherche de nouvelles technologies permettant de réduire les gaz à effet de serre. Le Danemark serait en fait un pionner en la matière. Il aurait trouvé un moyen de récupérer et de recycler les gaz émis par les cochons.

L'une des pistes évoquée par un porte parole de la Commission Européenne serait de développer une nouvelle alimentation pour les bête, pour qu'ils produisent moins de méthane.

http://www.rtlinfo.be/rtl/news/

 

 

 

 

S. M.

 

 

 

Les scientifiques prévoient une augmentation de six degrés d'ici à 2100

 

Avec un degré de plus, la face de la Terre changerait radicalement. La sécheresse toucherait certaines régions du globe quand d'autres seraient soumises à des inondations. Les zones les plus prospères des Etats-Unis se transformeraient en désert  vignes et oliviers de Toscane seraient exploités en Grande-Bretagne.

Avec deux degrés de plus, c'est tout le système marin qui serait perturbé. Le processus d'absorption du CO2 par les océans se ferait moins bien : l'eau deviendrait acide, provoquant la disparition des récifs coralliens tropicaux et, avec eux, de quelque 500 000 espèces essentielles au bon fonctionnement des océans et du monde.

Avec trois degrés de plus, la machine commence à s'emballer. La banquise et la neige ne seraient plus qu'un vieux souvenir, une savane aride remplacerait la forêt amazonienne, poumon de notre planète. A ce niveau, c'est tout le processus de photosynthèse qui serait perturbé : les plantes retiennent l'oxygène et rejettent du CO2, un phénomène constaté notamment lors de la canicule qui a touché l'Europe en 2003. Une libération de carbone qui provoquerait la hausse d'un degré supplémentaire et amplifierait des phénomènes comme El niño et son lot de tempêtes, d'ouragans et d'inondations.

 

Un scénario digne d'un film catastrophe

 

Avec quatre degrés de plus, l'équilibre naturel est menacé. A ce stade, les prévisions sont encore plus spéculatives et pessimistes. L'eau se ferait de plus en plus rare, les plus grands fleuves du monde s'assécheraient, rendant certaines régions inhospitalières et provoquant les migrations massives de réfugiés climatiques.

Avec cinq degrés de plus, la machine ne fonctionne plus. Les océans meurent, les déserts avancent inexorablement et les catastrophes naturelles se multiplient.

Avec six degrés de plus, le scénario devient apocalyptique et prévoit l'extinction de toutes les espèces vivantes.

Source : documentaire inédit intitulé Six degrés changeraient le monde diffusé sur France 5

 

 

 

S. M.

 

 

 

Températures globales moyennes de janvier 2007

 

 

 

Dans son bulletin mensuel du 15/02/07 [1], le National Climatic Data Center, indique que les résultats préliminaires montrent que le réchauffement planétaire a battu de nombreux records, en janvier 2007 :

 

1°) Température moyenne globale de la Planète

- La température moyenne globale de janvier 2007 (continents + océans), a dépassé de +0,85°C la moyenne des températures observées au 20ème siècle  (précédent record : janvier 2002, avec un réchauffement de +0,71°C).

- la température globale moyenne sur les continents a aussi battu un record, avec un réchauffement de + 1,89°C (précédent record : janvier 2002, avec un réchauffement de +1,44°C)

 

 

2°) Température moyenne globale dans l'Hémisphère Nord

- La température moyenne globale de janvier 2007 dans l'Hémisphère Nord (continents +océans), a dépassé de + 1,16°C la moyenne des températures observées au 20ème siècle, (précédent record : janvier 2002, avec un réchauffement de

+0,93° C). 

- La température globale moyenne sur les continents, a aussi battu un record, avec un réchauffement de + 2,28°C (précédent record : janvier 2002, avec un réchauffement de +1,87°C)

 

http://www.ncdc.noaa.gov

 

 

 

 

Sommaire de la page

 

 

 

 

Le saviez-vous ? Le pergélisol ou permafrost (sous-sol gelé en permanence) stockerait près de quatre fois le carbone contenu dans l'ensemble des réserves de pétrole, et pourrait être libéré en totalité en l'espace de 50 à 100 ans, ce qui inquiète fortement les scientifiques spécialistes du climat. (Juin 2008)

 

 

réchauffement climatique

 

 

3 mars 2007 : Le nouveau secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est engagé contre le réchauffement climatique, estimant que "cela présentait pour l'humanité une menace aussi grande que la guerre."

 

Selon Jean-Marc Jancovici, consultant français indépendant spécialisé dans les questions énergétiques, un kilo de boeuf, une fois arrivé dans l'assiette, correspond à 3,7 kilos de dioxyde de carbone.

 

 

Sommaire de la page

 

 

Un cristal qui absorbe le CO2

 

Des chercheurs américains de l'université de Californie, à Los Angeles, ont mis au point un cristal capable de retenir de manière sélective les molécules de CO2. Une innovation qui pourrait servir pour le stockage du CO2, et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.
Une équipe de chercheurs de l'université de Californie, à Los Angeles (UCLA), a synthétisé une structure cristalline poreuse baptisée ZIF (zeolitic imidazolate frameworks), capables de capturer le CO2. « Le défi technique de la capture sélective du CO2 a été surmonté » explique Omar M. Yaghi, professeur de Chimie à l'UCLA et directeur de l'équipe, « nous disposons aujourd'hui de structures taillées pour filtrer uniquement le CO2 et le contenir tel un réservoir, et ce sans aucune fuite". Ainsi un litre de ce matériau permettrait de capturer pas moins de 83 litres de CO2. Un procédé qui pourrait être utilisé tant à la sortie des centrales électriques fonctionnant aux combustibles fossiles qu'à la sortie des pots d'échappement des véhicules et constituer une solution durable pour la géo séquestration du CO2.

http://www.developpementdurablelejournal.com

 

 

Sommaire de la page

 

 

Il est temps d'agir pour entraver le réchauffement climatique

 

04/05/07 - Climat

Rien ne devrait empêcher les gouvernements de se mettre au travail pour entraver les conséquences néfastes du changement climatique. Le Groupement intergouvernemental sur l'Evolution du climat (GIEC) vient de publier son rapport reprenant différentes pistes pour réduire les émissions mondiales de CO2.


Le rapport du GIEC montre clairement qu'il est possible d'entraver le réchauffement climatique si les émissions mondiales commencent à diminuer avant 2015. Selon le résumé publié par les politiques aujourd'hui, les dangers du changement climatique pourront être évités si les émissions de CO2 sont réduites de 50 à 80% d'ici la moitié du siècle.

"Il est temps de se mettre au travail, finies les discussions polies," déclare Hans Verolme, directeur du programme Changement climatique du WWF. "Le GIEC nous a donné les pistes pour protéger notre planète. La balle est maintenant dans le camp des politiciens qui doivent fournir plus que des mots. Nous pouvons entraver le réchauffement climatique avant qu'il ne soit trop tard."

Le rapport du GIEC démontre que le réchauffement global peut être limité pour un coût équivalant à seulement 0.1% du Produit intérieur brut mondial annuel. Par contre, selon les dernières données scientifiques, le prix de l'inaction serait plus de 20 fois supérieur. De plus, les conséquences désastreuses pour les populations dépasseraient largement la sphère économique.

"Nous avons toutes les cartes en main, les technologies propres existantes doivent simplement sortir de leur niche et devenir monnaie courante," explique le Dr Stephan Singer, responsable du programme européen Climat et Energie du WWF. "Nous avons déjà perdu trop de temps. Les experts du GIEC démontrent que rien ne nous empêche de franchir le pas nécessaire à la sauvegarde de l'économie mondiale et de l'environnement."

Le troisième sommet a clairement montré que pour éviter les catastrophes dues au changement climatique, nous devons maintenir la hausse des températures sous la barre des 2°C. Le premier sommet du GIEC révélait que le monde faisait déjà face à une hausse d'au moins 1.3°C.

"Une responsabilité particulière pèse sur les nations les plus riches qui se rencontreront pour le sommet du G8 d'ici un mois," signale Hans Verolme, directeur du programme Changement climatique du WWF. "Les économies les plus puissantes du monde n'ont aucune excuse pour ne rien faire. Elles doivent travailler dur pour réduire leurs émissions et rendre les solutions pour des énergies les plus propres et les plus efficaces largement disponibles."

 

http://www.wwf.be

 

 

 

S. M.

 

 

Sommaire de la page

 

 

Nous sommes engagés dans une gigantesque expérimentation sur le climat à l'échelle de la planète. Nous en observons les effets déjà bien visibles et nous surveillons avec angoisse ceux qui vont survenir. Personne ne peut prévoir quand cette expérimentation s'arrêtera, ni comment la biosphère se présentera alors.

Contrairement à l'expérimentateur scientifique, nous ne pouvons pas simplement arrêter le déroulement de l'expérience au cas où elle tournerait mal. Ni même fermer le labo et rentrer chez nous. Nous sommes dans l'éprouvette. Non seulement nous, mais aussi nos enfants et nos petits-enfants.

Hubert Reeves (Mal de Terre)

 

 

S. M.

 

 

Sommaire de la page

 

 

Un gaz à effet de serre : le CO2

 

En respirant, un être humain produit un kilo de CO2 par jour. Problème, depuis le début de l'ère industrielle, la présence du CO2 dans l'atmosphère a augmenté d'environ 20 %, ce qui conduit à un renforcement de l'effet de serre, avec pour conséquences un réchauffement planétaire et une modification du climat.

Des polluants automobiles : CO, HC, NOx,etc

Le CO ou monoxyde de carbone provoque migraines, vertiges, trouble de la vision et diminue l'oxygénation. À forte concentration, il est mortel, d'où le danger de laisser tourner un moteur au ralenti dans un garage clos. Le CO se dilue heureusement rapidement dans l'atmosphère. Les HC ou hydrocarbures imbrûlés génèrent des affections des voies respiratoires et des allergies. Ils contribuent aussi aux pluies acides et sont les principaux responsables de la formation de l'ozone qui, au-delà d'une certaine concentration, déclenche migraines et irritations. Les NOx ou oxydes d'azote, sont des gaz irritants. Ils diminuent les défenses immunitaires et altèrent les fonctions pulmonaires. Les particules (de suie), proviennent de la combustion incomplète du gazole des diesels. Des études épidémiologiques montrent qu'elles accroissent le risque de maladies respiratoires et probablement de cancer.

http://www.lefigaro.fr

 

 

nature, environnement, écologie, biologiqueProduire de la viande réchauffe la planète
Changez de mode de vie pour agir sur le climat :
http://www.onevoice-ear.org/campagnes/vegetarisme/rechauffe.html

 

 

Dernières nouvelles du réchauffement climatique:

 

Note importante : Depuis 2012, les news les plus récentes concernant le réchauffement climatique sont à ce lien

(Dossier actualisé quotidiennement par l'équipe des lanceurs d'alerte)

Taper "climat" ou "climatique" ou encore "réchauffement"dans le champ du moteur de recherche du module

 

réchauffement climatique Les quantités de méthane qui se dégagent du pergélisol sous-marin de l'océan Arctique dans l'atmosphère sont comparables à celles que l'on estime libérées par l'ensemble des océans annoncent des scientifiques

Des scientifiques américains, russes et suédois lancent un avertissement dans la revue Science : l'océan Arctique est en train de relarguer des quantités importantes de méthane à des niveaux insoupçonnés, ce qui pourrait aggraver le réchauffement climatique dans cette zone et créer ainsi une boucle de rétroaction positive avec un échappement encore plus important de méthane. Ce gaz provient du pergélisol marin, cette portion de sol qui n'a jamais dégelé depuis la dernière glaciation qui s'est terminée il y a 10 000 ans, et non terrestre qui est lui aussi une source de méthane.



Les ours polaires deviennent cannibales. Est-ce qui nous attend?
Flag : Ours polaire devenu cannibale à cause du réchauffement climatique






environnement, nature, écologique, bioCopenhague 2009 : Comment les représentants des nations ont tué nos enfants!

Réaction des ours polaires au sommet de CopenhagueOui oui, viennent de déclarer en coeur tous les chefs d'états de la planète : un astéroïde géo-croiseur de 10 kilomètres de diamètre se dirige bel et bien vers la Terre et va la percuter de plein fouet dans tant d'années.

Oui, oui! L'ensemble de la communauté scientifique est unanime : 95% des espèces vivantes vont disparaître, dont l'homme!

Oui, oui... mais nous n'enverrons jamais nos missiles balistiques vers ce projectile mortel venu de l'espace. Ni pour tenter d'infléchir sa trajectoire, ni pour le faire exploser dans le vide interplanétaire.

Nous les gardons tous, précieusement, pour la dissuasion nucléaire, afin de ne pas nous retrouver désarmés en cas de menace de guerre atomique...







environnement, nature, écologique, bioGreenpeace et une autre ONG innommable dénoncent un documentaire russe qui nie le réchauffement climatique

Comment les ours polaires vont-ils faire pour se nourrir sans plus de sol sous leurs pattes?
Attention HOAX grave créé par les magnats russes pour justifier l'extraction pétrolière à moindres coûts!

N'en croyez pas un mot!


A deux mois du sommet de Copenhague, un documentaire russe nie l'existence du réchauffement climatique.

L'organisation écologiste Greenpeace s'est mardi indignée par un documentaire russe qui nie le réchauffement climatique, et l'a assimilé à de la "falsification" et de la "propagande".

Le documentaire, intitulé Histoire d'une tromperie, ou le réchauffement climatique, a été diffusé lundi par la chaîne publique russe Pervy Kanal. Ses auteurs affirment que le réchauffement n'est qu'une "tromperie planétaire" et que la concentration des gaz à effet de serre n'influence pas les changements climatiques.

Les réactions ne se sont pas faites attendre. "Ce film est une pure falsification", a soutenu le WWF dans un communiqué publié sur son site russe. "Ce n'est tout simplement pas sérieux, c'est de la propagande à 100%", a déclaré Alexeï Kokorine, responsable du programme climat au WWF Russie.









environnement, nature, écologique, bioLe réchauffement climatique menace, Ban Ki-moon tire la sonnette d'alarme

La menace du réchauffement climatique et l'ONU"Nous devons empêcher que cela se poursuive" a déclaré le secrétaire général des Nations Unies à l'issue de sa visite dans l'Arctique. "Si nous ne combattons pas le changement climatique, si nous n'arrêtons pas cette tendance, nous subirons des conséquences dévastatrices pour l'humanité" a-t-il ajouté.






environnement, nature, écologique, bioC'est l'homme et non le Soleil qui est responsable du réchauffement climatique actuel


L'activité solaire est au plus bas depuis 50 ans et n'est donc pas responsable du réchauffement climatique actuel de notre planète Selon la NASA, en 2008 aucune tache solaire n'a été observée pendant 266 jours, un record inégalé depuis 50 ans. Il faut remonter à l'année 1913, avec 311 jours sans une tache solaire, pour trouver un minimum solaire si bas.
(...)

Actuellement, le Soleil se trouve dans une phase calme de son cycle. Cependant, cette phase marquée par l'absence de taches solaires est particulièrement remarquable.

Conséquences : le rayonnement solaire a diminué de 0,02% dans la lumière visible, de 6% dans certaines longueurs d'ondes. Avec 78 jours sans taches sur 90 écoulés, l'année 2009 s'annonce elle aussi en service minimum.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes rots de méthane océaniques 10 000 fois plus importants que prévus!

Les émanations de méthane océanique 10000 fois plus importants que prévu! Le méthane océanique contribue beaucoup plus à l'effet de serre que ce qu'imaginait le monde scientifique, affirme une étude. Bien que plus puissant que le dioxyde de carbone, ce gaz à effet de serre reste sous-estimé dans les prédictions climatiques actuelles.


 

 

environnement, nature, écologique, bioL'océan moins efficace pour absorber le CO2 émis par les activités humaines

L'océan moins apte à capter le CO2 Dans l'océan Indien Austral, le changement climatique se traduit par des vents plus forts qui brassent les eaux et entraînent une remontée de CO2 en surface depuis les profondeurs. C'est l'analyse des chercheurs qui ont travaillé sur les dernières mesures de terrain réalisées par l'INSU (1) du CNRS, l'IPEV (2) et l'IPSL (3). Résultat : l'océan Austral ne peut plus absorber autant de CO2 atmosphérique qu'auparavant. Son rôle de « puits de carbone » diminue. Il serait même dix fois plus faible que précédemment estimé. On observe la même tendance dans les hautes latitudes de l'Atlantique Nord.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe réchauffement climatique

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLe réchauffement climatique n'est pas obligatoirement une fatalité. Il n'est pas trop tard pour réagir. Dans un premier temps il me semble important que les citoyens sachent ce que signifient réellement le réchauffement planétaire et les principales causes de ce réchauffement. Il sera plus facile de savoir ce sur quoi nous pouvons agir.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioClimat : la bombe à retardement du méthane est enclenchée

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLes scientifiques ont découvert la preuve que les fonds marins de l'Arctique commencent à libérer dans l'atmosphère des millions de tonnes de méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Les chercheurs ont pu observer le bouillonnement provoqué par le gaz à la surface de la mer.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioClimat. Le feu à la banquise

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLes glaces de l'Arctique fondent plus vite que prévu. Pour la première fois, le pôle Nord n'est plus relié à la terre ferme.

 

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes glaciers disparaîtront d'ici 2100

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLa plupart des montagnes du monde entier risquent de perdre leurs glaciers d'ici la fin du siècle si le réchauffement climatique se poursuit au train actuel, selon un rapport de l'ONU...

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioDes solutions pour sauver la Planète : Reforestons la planète

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'idée de replanter les forêts du monde est en train de faire son chemin.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioRéchauffement climatique

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLa Terre se réchauffe, la Terre a la fièvre. Que faisons nous lorsque nous avons de la fièvre ? Nous prenons notre température, pour faire un diagnostic correct.

 

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe Prince Charles appelle à la révolution face au réchauffement climatique

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre« Le rôle de chacun de nous et de nous tous sera absolument crucial » pour relever le défi du changement climatique. Jeudi, le Prince Charles a prononcé un vibrant discours devant les députés européens, appelant de ses voeux une Europe leader en matière de lutte contre le réchauffement du climat et la déforestation. « Nous devons être courageux et révolutionnaires dans notre approche », a-t-il averti, car le « tic-tac fatal de l'horloge du changement climatique s'accélère ».

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioQu'est-ce que le progrès?

Les chiffres montrent que ceci devrait être la vraie question des négociations de Bali.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioL'océan arctique s'est réchauffé par endroits de 5 ° à 7 °C

environnement, nature, écologie, biologiqueL'expédition russe Arktika-2007 est revenue de sa mission en Arctique. Les premiers résultats sont inquiétants puisque les chercheurs ont constaté de sérieux changements climatiques dans l'Arctique.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioEpargnons l'Arctique pour sauver l'espèce Humaine

environnement, nature, écologie, biologiqueEn quoi un Danois, un Canadien, un Russe, un Américain, a-t-il plus de légitimité qu'un Aborigène, un Péruvien, un Malien, un Malgache pour revendiquer des réserves accumulées sous l'océan Arctique à une époque où l'espèce humaine n'était encore qu'une improbable possibilité de l'évolution.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioEcolo ou mangeur de viande? Il faut choisir

environnement, nature, écologie, biologiqueVous vous croyez écologiquement impeccable parce que vous pédalez, achetez bio, et choisissez votre boucher avec soin? Raté ! Vous êtes plus dangereux pour la planète qu'un végétarien qui roule en 4 x4. Telle est la dernière antienne des environnementalistes américains.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioManger moins de viande pourrait faire ralentir le réchauffement climatique


environnement, nature, écologie, biologiqueManger moins de viande pourrait contribuer à ralentir le réchauffement de la planète, en entraînant la réduction du nombre de cheptels ovins et bovins et, du même coup, celle des rejets de méthane émanant des animaux, selon une étude publiée jeudi dans un numéro spécial du journal "The Lancet".

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioTerre : péril imminent

réchauffement climatiqueIl ne faudra rien moins qu'un sauvetage de la planète pour la préserver de la catastrophe environnementale provoquée par un changement climatique dangereux ». Il ne s'agit pas là d'un avertissement provenant d'écolos fondamentalistes, mais de scientifiques éminents, publiant dans une revue scientifique sérieuse.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioAgriculture Biologique et lutte contre le réchauffement climatique

environnement, nature, écologie, biologiqueLa FAO vient d'annoncer officiellement, lors de son dernier congrès, en début mai 2007, que l'Agriculture Biologique peut nourrir toute la planète! Selon la FAO, non seulement l'Agriculture Biologique peut-elle nourrir la planète entière mais en plus sans impact sur l'environnement et en limitant considérablement la problématique du réchauffement climatique.

 

 

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioG8+5: Ça va chauffer, agissez MAINTENANT! Pétition

environnement, nature, écologie, biologiqueLes changements climatiques sont dans les priorités à l'ordre du jour du Sommet du G8 mais le président Bush essaie de faire dérailler toute avancée sérieuse. Signez la pétition adressée aux dirigeants mondiaux. Nous pourrons ainsi être certains que les pays membres du G8 ne manqueront pas une occasion d'agir.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioRéchauffement climatique: les experts du Giec tirent la sonnette d'alarme

environnement, nature, écologie, biologiqueSelon le rapport publié ce vendredi par les experts du climat, le réchauffement de la planète aura des conséquences dramatiques sur les populations. Le rapport insiste sur la nécessité d'agir rapidement et appelle les gouvernements de la planète à tout mettre en oeuvre contre les impacts du réchauffement climatique.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioCapture et séquestration du CO2 : une solution qui pose beaucoup de questions

environnement, nature, écologie, biologique

A quelques semaines de la publication officielle du premier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur la capture et le stockage du gaz carbonique, l'Institut français du pétrole (IFP), le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) organisent, aujourd'hui et demain, le second grand colloque international français sur ce sujet. Encore objet de moult polémiques, la capture et la séquestration apparaissent désormais comme l'une des solutions pour atténuer l'impact climatique de nos sociétés. À condition de résoudre les nombreux problèmes qui se posent encore aux chercheurs et aux industriels. État des lieux.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioSolutions pour contrer l'augmentation de l'effet de serre

environnement, nature, écologie, biologiqueLa solution au problème de l'augmentation de l'effet de serre est loin d'être évidente. Il ne suffira pas d'arrêter de produire des gaz à effet de serre pour que le réchauffement de la planète cesse. Dans le meilleur des cas cela permettrait de le stabiliser ou de ralentir sa progression.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bio« Au secours!» : les scientifiques alertent énergiquement sur le réchauffement climatique sans précédent

environnement, nature, écologie, biologiqueL'inquiétude des experts internationaux est grandissante concernant le réchauffement climatique qui connaîtrait, selon leur rapport rendu le 2 février dernier à Paris, une ampleur sans précédent les incitant à lancer un avertissement sur les mesures à prendre de toute urgence.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa menace sur la planète est bien supérieure à celle du terrorisme

environnement, nature, écologie, biologiqueDans les vingt prochaines années, le changement climatique pourrait provoquer une grande catastrophe entraînant la perte de millions de vies au cours de désastres naturels et de guerres...

 

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioDur climat pour les pauvres

environnement, nature, écologie, biologiqueTous les économistes et les « responsables » politiques, ou presque, célèbrent le culte de la croissance, condition selon eux de la création d'emplois et de la satisfaction de besoins en expansion. À l'échelle mondiale, ils défendent, au moins en principe, les « objectifs du millénaire » des Nations Unies, visant à réduire fortement la pauvreté. Or ces objectifs ne seront pas atteints si les questions environnementales n'y sont pas intégrées en première ligne, et si la religion de la croissance n'est pas contestée. On se limitera au cas du réchauffement climatique, bien que d'autres voyants soient au rouge : polluants organiques persistants, biodiversité, épuisement des écosystèmes...

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioUne vérité qui dérange

environnement, nature, écologie, biologiqueAvec ce documentaire, le réalisateur Davis Guggenheim donne la parole à l'ancien vice-président des Etats-Unis et candidat malheureux à la Présidence en 2000 : Al Gore. Celui-ci s'est lancé depuis de nombreuses années dans une lutte sans merci contre le réchauffement de la planète et dans un plaidoyer pour l'adoption de technologies et ressources d'énergie alternatives.
 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioPetites nouvelles des grands changements climatiques

environnement, nature, écologie, biologiqueDeux études séparées de la NASA, utilisant différentes technologies de surveillance par satellite, montrent toutes deux une très grande accélération, depuis deux ans, de la disparition de la couche de glace arctique.La première étude, celle du Jet Propulsion Laboratory, en Californie, montre que les glaces éternelles de la banquise arctique, qui, normalement, survivent à la saison estivale des fontes et subsistent toute l'année, se sont réduites de 14% en seulement 12 mois, entre 2004 et 2005.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe climatologue James Hansen prédit un sombre avenir à la Terre

environnement, nature, écologie, biologiqueLe bilan est sombre. L'année 2005 est la plus chaude jamais enregistrée. La température moyenne de la Terre a augmenté de 0,8 ºC en un siècle. A elles seules, les trois dernières décennies ont vu une augmentation moyenne de
0,6 0C, ce qui traduit une inquiétante accélération du processus. L'analyse des sédiments marins du Pacifique équatorial et de l'océan Indien suggère, selon M. Hansen et ses collègues, que les températures actuelles sont dans la fourchette haute de celles qui prévalent depuis le début de l'Holocène, il y a 12 000 ans.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioRÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE •  Les plus grandes entreprises mondiales ne se soucient guère de l'environnement

environnement, nature, écologie, biologique"La plupart des 500 plus grandes entreprises mondiales n'ont aucun programme ni objectif pour réduire les gaz à effet de serre, en dépit des preuves de plus en plus nombreuses que la Terre court à la catastrophe"

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioJusqu'où pouvons nous supporter le réchauffement climatique?

environnement, nature, écologie, biologiqueLa Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) de 1992 a pour objectif ultime d'éviter une "perturbation dangereuse du climat" par les activités humaines. Une augmentation de la température moyenne globale de l'ordre de 1,2 à 1,3°C par rapport aux niveaux préindustriels est malheureusement déjà programmée. Bien que cette augmentation limitée mette tout de même des millions de personnes dans une situation difficile, c'est probablement la moins mauvaise situation à laquelle nous puissions encore parvenir (initialement publié sur le site de Greenpeace le 08 décembre 2004)

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioTEMPÉRATURE TERRESTRE : Une hausse de plus de 2°C pourrait avoir de terribles conséquences

Pendant que la communauté internationale avançait à petits pas vers l'après-Kyoto, hier, les scientifiques criaient à l'urgence. Les conséquences d'une hausse de plus de 2° C de la température terrestre pourraient être catastrophiques pour le monde, estiment-ils, particulièrement pour le Canada.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioJacques Chirac met en garde contre "la machine infernale du réchauffement climatique"

environnement, nature, écologie, biologique"Si l'entente internationale fait défaut, si les égoïsmes et l'irresponsabilité prennent le dessus, le monde ne parviendra pas à enrayer la machine infernale du réchauffement climatique", a mis en garde vendredi Jacques Chirac, dans un message lu à l'occasion du troisième Forum mondial du développement durable, au Sénat.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes océans montent de plus en plus vite, le CO2 est plus présent

environnement, nature, écologie, biologique

Le niveau des océans augmente plus rapidement que lors des siècles précédents et une partie de cette hausse liée au réchauffement climatique est imputable à l'homme, affirme un rapport publié par le journal Science.





 

environnement, nature, écologique, bioL'accumulation de vapeur d'eau amplifie le réchauffement

Le brusque réchauffement constaté en Europe serait bien dû aux émissions accrues de gaz à effet de serre. Mais, pour une équipe de géophysiciens suisses, ce n'est ni le CO2, ni le méthane, mais l'accumulation de vapeur d'eau qui contribue le plus à l'augmentation actuelle des températures. Les chercheurs du World Radiation Center de Davos (Suisse) ont analysé les variations d'humidité, de couverture nuageuse et de température relevées en Europe entre 1995 et 2002.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioCatastrophes naturelles : Ça n'arrive pas qu'aux autres!

environnement, nature, écologie, biologiqueCertains pays se considèrent moins vulnérables et croient que les catastrophes "ça n'arrive qu'aux autres". Détrompez-vous, tout le monde est concerné ; les catastrophes naturelles sont devenues de nos jours très fréquentes et touchent n'importe quel point de la Terre. La puissance d'un Etat ne peut rivaliser avec celle de la nature.
 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa "menace grandissante" des catastrophes naturelles

environnement, nature, écologie, biologiquePlus nombreuses du fait du réchauffement climatique, les catastrophes naturelles seront aussi de plus en plus meurtrières, avertit le Conseil international pour la science, qui regroupe des scientifiques du monde entier. La raison : la croissance démographique, qui concentre des populations toujours plus nombreuses dans des zones à risques.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioSécheresse exceptionnelle en Amazonie

Un bateau tente de passer sur les eaux basses de l'Amazone, près d'Uricurituba, au Brésil. (AP Photo/A Critica, Euzivaldo Queiroz)

Le nord du Brésil et l'Amazonie connaissent actuellement une sécheresse exceptionnelle. Plusieurs villes de la région ont déjà décrété l'état d'urgence et en appel à l'aide au gouvernement fédéral. De récentes études de la station de surveillance de la forêt amazonienne, installée à Santarém, rapportent que le fleuve Amazone a baissé de quinze mètres par rapport à son niveau habituel. Du jamais vu depuis 40 ans.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes centrales électriques les plus polluantes : Le WWF identifie les 30 centrales européennes qui émettent le plus de CO2

environnement, nature, écologie, biologiqueLe WWF a publié un classement des 30 centrales électriques les plus polluantes de l'Union européenne. La plupart d'entre elles sont situées en Allemagne (9 centrales), en Pologne (5 centrales), en Italie, en Espagne et en Grande-Bretagne (4 centrales dans chacun de ces pays). Le rapport souligne aussi que 27 sur les 30 fonctionnent au charbon.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe sol émet de plus en plus de gaz carbonique

Mardi 13 septembre 2005

Avec le réchauffement de la planète, l'accumulation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère pourrait s'accélérer de plus en plus. Une récente étude montre en effet qu'en Angleterre et au pays de Galles, les émissions de CO2 par le sol n'ont cessé d'augmenter depuis 1978. Guy Kirk et ses collègues de l'université de Cranfield (Royaume-Uni) ont analysé le sol de plus de 6 000 sites entre 1978 et 2003. Ils ont constaté que la teneur moyenne en carbone du sol avait diminué de 0,6 % par an.

On estime que le sol de la Terre contient environ 300 fois plus de carbone que nous n'en émettons chaque année en brûlant des combustibles fossiles. Ce carbone « stocké » sous terre est lentement libéré sous forme de CO2 après décomposition des plantes et autres déchets organiques par les bactéries du sol. Un phénomène qui semble donc s'accélérer avec l'augmentation des températures et qui pourrait ruiner les timides mesures de réductions des émissions humaines de gaz à effet de serre. Y. P.

Source : http://www.20minutes.fr/ 

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioQuand les vaches pètent, le climat trinque

environnement, nature, écologie, biologiqueUne étude d'Eurostat a évalué le rôle de l'agriculture dans l'émission de gaz à effets de serre, contribuant au changement climatique. En bonne place parmi les coupables désignés figurent... les vaches, accusées de perturber le climat par leurs pets intempestifs.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioChangement climatique : l'avertissement des Académies des science

Déclaration commune des Académies des sciences sur la réponse globale au changement climatique pour le Sommet du G8 de juillet 2005. Le changement climatique est une réalité.

Il y aura probablement toujours des incertitudes dans la compréhension d'un système aussi complexe que le climat à l'échelle mondiale. Toutefois, il est pratiquement sûr qu'un réchauffement global s'installe actuellement (1). En témoignent les mesures directes des températures de l'air au voisinage du sol et des températures de la couche superficielle des océans ainsi que des phénomènes tels que l'élévation de la moyenne du niveau des mers, la fonte des glaciers et des modifications de nombreux systèmes biologiques et physiques. Il est probable que la majeure partie du réchauffement des dernières décades est due à l'activité humaine (GIEC 2001) (2). Ce réchauffement a déjà conduit à un changement du climat de la Terre.

L'existence de gaz à effet de serre dans l'atmosphère est indispensable à la vie sur terre - en leur absence, les températures moyennes seraient d'environ 30 degrés centigrades plus basses.

La suite : http://www.notre-planete.info

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa moitié des plantes européennes menacées par le changement climatique (étude)

environnement, nature, écologie, biologiquePlus de la moitié des plantes d'Europe seraient "menacées" à cause des changements climatiques à l'horizon 2080, selon les critères de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), affirme une étude publiée lundi. Wilfried Thuiller, un chercheur français de l'Institut sud- africain pour la Biodiversité (SANBI) et ses collaborateurs, ont modélisé les déplacements de 1350 espèces végétales européennes à l'horizon 2080 par rapport au climat actuel.

 

 

 

Des chercheurs de la Nasa ont calculé que la Terre retenait un excédent de 0,85 watt/m2 d'énergie c'est-à-dire plus que jamais. Les océans qui accumulent la chaleur promettent un réchauffement de 0,6°C même si l'on stoppait les émissions de GES.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioRéchauffement climatique: un seuil à ne pas franchir

La température moyenne du globe ne doit pas grimper au-delà de 2°C de plus qu'avant la révolution industrielle (soit 1750), recommande un groupe de réflexion international sur le réchauffement climatique. Au-delà de ce point, les dégâts provoqués par le réchauffement climatiques prennent une ampleur catastrophique, explique le rapport dressé par trois grands centres de réflexion : The Institute for Public Policy Research (Grande-Bretagne), The Center for American Progress (USA) et The Australian Institute.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe réchauffement global approche le point de non-retour

Le réchauffement global approche le point de non-retour, avertit un expert climatologique éminent

Le réchauffement global a déjà atteint le point dangereux que les tentatives internationales pour le limiter ont été conçues pour éviter, d'après le premier organisme de surveillance du climat.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioDes scientifiques présentent un calendrier du réchauffement climatique

environnement, nature, écologie, biologiqueLe 2 février dernier, un scientifique de l'Institut allemand de recherche sur le changement climatique à Postdam - le plus grand institut de recherche allemand dans ce domaine - a présenté un calendrier détaillé des effets que le changement climatique est susceptible d'avoir sur la planète.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioRéchauffemement climatique: ours et phoques polaires menacés d'extinction d'ici 20 ans

environnement, nature, écologie, biologiqueDe nombreux animaux arctiques, dont les ours polaires et certains types de phoques pourraient disparaître au cours des vingt prochaines années en raison des effets du réchauffement climatique de la planète, a annoncé dimanche le World wild fund for nature (WWF).

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioIl reste moins de dix ans pour sauver la planète

environnement, nature, écologie, biologiqueIl reste moins d'une décennie pour éviter un dérèglement catastrophique du climat terrestre, affirme une vaste étude à paraître mardi.

Rédigée par un large panel de scientifiques, d'anciens hommes politiques et d'économistes, ce rapport, baptisé 'Meeting the Climate Change' fixe à dix ans, «voire peut-être moins », le point de non-retour climatique au-delà duquel les rejets de gaz à effet de serre vont entraîner un hausse de température désastreuse pour la planète.

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioL'année 2004 confirme le réchauffement climatique

environnement, nature, écologie, biologiqueL'organisation météorologique mondiale vient de publier un premier état du climat mondial pour l'année 2004, qui sera complété en mars 2005 lorsque les données de décembre seront connues.

Selon l'organisme international, le réchauffement de la planète se poursuit, car la température moyenne à la surface du globe a augmenté de 0,44 0C par rapport à une moyenne de 14 0C (déterminée entre 1961 et 1990). Ces caractéristiques font de 2004 la quatrième année la plus chaude depuis 1861, juste derrière 2003 (+ 0,49 0C).

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioATMOSPHÈRE : Les jours sombres de la planète Terre

environnement, nature, écologie, biologiqueLe rayonnement solaire qui atteint la surface de la Terre a diminué de 10 % en cinquante ans. Longtemps incrédules, les scientifiques prennent désormais la mesure du problème.

 

 

 

 

environnement, nature, écologie, biologiqueL'examen de très anciennes bulles d'air piégées dans la glace de l'Antarctique montre que l'activité humaine au temps de la préhistoire a commencé à changer le climat de la planète plusieurs milliers d'années avant la révolution industrielle, affirme une étude américaine publiée ce mois-ci dans la revue "Climatic Change".

 

 

 

réchauffement climatique

 

réchauffement climatique

 

 

Les savants jettent un froid

Avant de mourir l'hiver dernier à 95 ans, le physicien américain Edward Teller préconisait d'obscurcir le ciel avec de la poussière d'aluminium et de soufre. Selon ses calculs, 1 million de tonnes ferait chuter l'insolation terrestre de 1 %, contrebalançant ainsi l'effet de serre. Ne croyez pas que cette idée stupéfiante ait jailli d'un cerveau gâteux. Jusqu'à sa mort, Teller était considéré comme l'un des plus brillants savants d'Amérique. Ne fut-il pas le père de la bombe à hydrogène ? C'est lui qui inspira à Stanley Kubrick son « Docteur Folamour ».

Lire l'article : http://www.lepoint.fr  

 

Climat : le GIEC confirme l'influence de l'homme
Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), parrainé par l'Onu, présentera le 2 février 2007 à Paris son nouveau rapport effectuant la synthèse des travaux de 2 500 chercheurs de plus de 130 pays. Sa rédaction a pris six ans.

Il en résulte " qu'en se poursuivant, le réchauffement climatique devrait provoquer au XXIe siècle davantage de sécheresses et d'inondations et une fonte de la calotte glacière et des glaciers. " Ce rapport sur le climat, confirme la responsabilité de l'homme dans cette évolution.

"Les émissions anthropiques (ndlr, d'origine humaine) de dioxyde de carbone au XXIe siècle vont contribuer au réchauffement et à l'élévation du niveau des mers pendant plus d'un millénaire, en raison des délais nécessaires à la dilution de ce gaz", est-il écrit dans le rapport, selon les mêmes sources scientifiques.

Il juge "très probable" - soit une probabilité de plus de 90% - que les activités humaines, notamment l'utilisation de combustibles fossiles, soient responsables du réchauffement observé depuis 1950.

 

 

réchauffement climatique

 

28 septembre 2005

CO2 atmosphérique : augmentation du forçage radiatif de 20 % entre 1990 et 2004

" Les gaz à effet de serre, dont le dioxyde de carbone (CO2), ont augmenté de 20 % entre 1990 et 2004 sur la planète, d'après un nouvel indice publié, mardi 27 septembre, par l'Agence fédérale américaine océanographique et atmosphérique (NOAA), à partir des travaux de son laboratoire de Boulder (Colorado) (...)

Monde 

NB - Article source : http://www.cmdl.noaa.gov/milestones/2005/ - 20% de hausse en 14 ans... Vite, arrêtons le massacre ! - O.D.

réchauffement climatique

 

Les savants nous annoncent que 1998 a été l'année la plus chaude depuis que l'on effectue des mesures, avec une élévation de 0,9° depuis 1910. Cette poussée de fièvre, subite à l'échelle de l'organisme Terre, est due essentiellement aux gaz d'échappement de nos bagnoles. En moins de 200 ans, on constate, en étudiant les banquises, une augmentation de 30% de la teneur en CO2 dans l'atmosphère.

Les chiffres ne sont peut-être pas très causants, mais l'accélération est brutale. Vooommm! WWWooommm!!! En 2050, l'élévation devrait être de 1,5 à 3°. La fièvre du malade  entraînera obligatoirement des phénomènes météorologiques, des désastres écologiques, d'un côté de grandes sécheresses avec des incendies de forêts, de l'autre des déluges diluviens.     Plus bas!

"Le réchauffement est inéluctable, écrit Anne Hauben dans le N° d'avril-mai 1999 de Science et Nature, mais son ampleur dépend de la capacité à stabiliser les émissions de gaz. Si rien n'est fait, dans deux générations tout au plus, les jeunes seront en droit d'exiger des comptes de la part des passagers de la planète qui l'ont mené dans le mur. Il leur sera difficile d'excuser le manque de courage politique et de conscience civique. Ils auront du mal à pardonner qu'on se soit complètement moqué d'eux."

 

Sommaire de la page

 

Le réchauffement  planétaire pire que prévu

http://www.cybersciences.com/cyber/3.0/N2094.as

 

Ours polaireEn 1995, les chercheurs mandatés par les Nations Unies ne croyaient pas que le réchauffement de la planète dépasserait 3 degrés d'ici 2100. Leur rapport révisé parle maintenant de 6 degrés un désastre!

Suisse 30/10/2000 - Au cours du prochain siècle, le réchauffement de la planète sera deux fois pire qu'on le pensait jusqu'ici. C'est du moins ce que croit le Panel intergouvernemental sur les changements climatiques, un groupe de centaines de chercheurs mandaté par les Nations Unies. Une version préliminaire de son rapport, qui doit être adopté en mai 2001, circule depuis la mi-octobre dans les divers gouvernements de la planète. La version précédente, en 1995, prévoyait une hausse de la température de 3 degrés d'ici 2100, ce qui était préoccupant. Les chiffres révisés estiment que la hausse pourrait atteindre 6 degrés un véritable désastre.

Les émissions de gaz carbonique liées à l'activité humaine atteignent actuellement 6,8 milliards de tonnes par année. En 2100, elles pourraient atteindre 29 milliards de tonnes, si elles continuent à progresser au rythme actuel. À ce niveau, il est probable que des forêts entières mourraient sur pied à cause des changements climatiques. Cette mort accélérée libérerait le gaz carbonique emprisonné par les plantes, portant les émissions annuelles au niveau fantastique de 35 à 40 milliards de tonnes. Il existe encore quelques incertitudes sur l'effet de tout ce gaz carbonique sur le climat. Après tout, une petite partie du réchauffement semble reliée

à des causes parfaitement naturelles. C'est pourquoi le niveau de
réchauffement d'ici 2100 n'est guère précis : de 1,5 à 6 degrés. Mais il est certain que toute augmentation significative de la température aurait des effets dramatiques : climat déréglé, récoltes perdues, forêts détruites, fonte d'une partie des glaces de l'Antarctique et inondation de régions côtières.

En 1997, la communauté internationale s'est entendue pour réduire de 5,2% (par rapport au niveau de 1990) ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2008 à 2012. Aucune nation industrialisé n'a encore ratifié cet accord et tout indique que ses objectifs ne seront pas atteints. Ils sont pourtant modestes. Le panel intergouvernemental estime qu'il faudrait réduire les émissions de 60% d'ici 2050 pour maintenir le réchauffement de la planète à un niveau acceptable. Nul doute que ce rapport viendra hanter les prochains pourparlers sur l'application de cet accord, qui doivent avoir lieu aux Pays-Bas dans un mois.

Philippe Gauthier

 

Le saviez-vous? La quasi-totalité du continent antarctique est recouverte d'une calotte glaciaire d'une épaisseur pouvant dépasser les 4.500 mètres. Elle constitue la plus grande réserve d'eau douce au monde, soit 90% des réserves mondiales. La disparition de cette dernière ferait monter le niveau des eaux de cinq mètres sur l'ensemble du globe.

 

Sommaire de la page

 

AIR (DU TEMPS !)

L'organisation météorologique mondiale vient de confirmer ce que tout le monde redoutait : la température du globe a augmenté de 0,6°C durant le siècle écoulé. La faute en incombe aux effets de serre (GES) et, indirectement, aux politiques qui n'ont pas réussi à s'entendre en novembre dernier au sommet de La Haye, pour diminuer l'émission de GES. Pour faire le point, la mission interministérielle met à disposition des citoyens ce site qui analyse le contexte mondial, présente les accords internationaux et détaille les actions entreprises en France?.

http://www.effet-de-serre.gouv.fr

(Source Eureka, mars 2001)

 

Liens climat

CNE
Climate Network Europe is coordinating office, based in Brussels, for environnemental groups in western Europe working on climate change issues
http://www.climnet.org

Mission Interministérielle de l'Effet de Serre
http://www.effet-de-serre.gouv.fr

Réseau Action Climat - France
Le réseau de lutte contre le changement climatique

http://www.rac-f.org

UNFCC
United Nations Framework Convention on Climate Change
http://www.unfccc.int/

 

Articles connexes (Science presse) :

 

  

réchauffement climatique

 

réchauffement climatique réchauffement climatique réchauffement climatique réchauffement climatique Energies propres; énergies sales

réchauffement climatique

 

En savoir plus
Dossier sur le changement climatique

Actualités connexes
09/05/2007 Bilan des changements climatiques : l'atténuation
12/04/2007 Bilan des changements climatiques : impacts, adaptation et vulnérabilité
06/02/2007 Principales conclusions du rapport du GIEC : il faut agir d'urgence
05/02/2007 La science comme fondement pour l'action contre le changement climatique
29/01/2007 Le 4 ème rapport du GIEC sur les changements climatiques sera bientôt rendu public
05/10/2006 La température de la Terre s'approche des records historiques
24/07/2006 Diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050 !
02/06/2006 "Le changement climatique, vous pouvez le maîtriser"
18/03/2006 Les concentrations en gaz à effet de serre ont atteint des records en 2004
16/02/2006 Premier anniversaire du protocole de Kyoto
29/11/2005 Les niveaux de CO2 n'ont pas d'équivalent depuis 650 000 ans
14/11/2005 Rendez Vous Climat 2005 : 1er bilan annuel du Plan Climat
04/10/2005 L'acidification des océans menace les organismes marins
08/10/2003 La science du changement climatique au service de la condition humaine
19/04/2002 Menace de crues glaciaires due au réchauffement planétaire
15/02/2002 Sombres perspectives climatiques pour l'Europe du Nord !
02/01/2002 Bilan climatique mondial de l'année 2001

réchauffement climatique

sauver la vie, sauver la planète Vos commentaires sur ce dossier brûlant : Vos commentaires sur ce dossier brûlant

Suitenature, environnement, biologique, écologieDramatique mise en garde de l'ONU sur le réchauffement de la planète

nature, environnement, biologique, écologieDroit des peuples à garder leurs cultures!

RETOUR A LA PORTE Que vaut la Vie s'il n'y a plus d'eau pure, de ciel limpide, plus de liens avec les ancêtres, plus de forêts sauvages...http://www.effet-de-serre.gouv.fr/ - Sommaire de la page

 

Comment va la Terre? - Dossiers brûlantsDOSSIERS BRULANTS!

Retour au sommet de la pageAprès Bush le déluge - http://terresacree.org - Porte - JardinMaison

 Entrez dans le jardin de la base



Aidez-nous dans ce combat pacifique pour la Vraie Vie!