27août 2006 : Un travail bénévole de S. que nous remercions vivement.

Tout en bas!

Espèces menacées

 

sauver la vie, sauver la planète Dernières nouvelles de l'érosion de la biodiversité

 

Au niveau mondial, un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit, un tiers des amphibiens et 70% des plantes sont aujourd'hui menacés.

On sait par le travail des paléontologues que, depuis soixante-cinq millions d’années, une espèce sur 1 000 disparaît tous les mille ans.

Aujourd’hui, une espèce sur 1 000 s’éteint tous les ans. Promesse avait été faite lors du sommet de la Terre de Johannesburg, en 2002, de freiner l’érosion de la biodiversité d’ici à 2010. L’Europe avait même promis de l’arrêter.

Depuis, le monde a continué à ronronner et le rythme d’extinction des espèces à s’emballer. En continuant sur cette lancée, le taux de disparition ne sera plus 1 000 fois, mais 10000 fois supérieur au rythme naturel attendu.

On peut perdre la moitié des espèces vivantes d’ici à la fin du siècle. Notre cri d’alarme, il est là.

Gilles Boeuf, président du Muséum national d’histoire naturelle

Source

 

sauver la vie, sauver la planète 11 mai 2010 : Cri d'alarme de l'ONU

 

 

sauver la vie, sauver la planète 5 janvier 2010 : L'homme est responsable de la sixième extinction des espèces

 

Jean-Christophe Vié, directeur adjoint du programme sur les espèces de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature, principale association mondiale de protection de l'environnement).

Les lombrics et autres vers de terre ne sont pas en voie de disparition

Ce n'est pas le titre d'un scénario catastrophe mais méditez plutôt les quelques chiffres qui suivent.

Sur un hectare de sol de forêt, on trouve de 1 à 2 millions de lombrics. Les vers de terre sont la plus grosse masse de protéines du globe et représentent 80 % poids global des animaux terrestres.

Le poids total des lombrics de France serait de 100 à 200 millions de tonnes, soit 33 à 66 fois le poids total des Français évalué à 3 millions de tonnes. Imaginez le résultat si les lombrics décidaient de se réunir pour défiler dans la rue !

Source : http://www.cal-lorraine.com/

 

Il reste 3200 tigres sauvages!

Il ne reste que 3200 tigres sauvages dans le monde!

 

 

nature, environnement, écologie, bio, vert14 août 2009 : Peux-t-on encore les sauver?

 

 

nature, environnement, écologie, bio, vertTitanic apicole (vidéo à ne pas zapper)

Superbe reportage sur le monde agricole; les multinationales nous empoisonnent; la corruption est en activité les pions sont en place. Voila!

Disparition des abeilles

 

nature, environnement, écologie, bio, vertLa biodiversité gravement menacée : http://www.developpementdurable.com

 

"On pourrait faire tenir dans un stade de football tous les membres survivants des 25 espèces de primates les plus menacées d'extinction."

 

nature, environnement, écologie, bio, vertOrdre des primates : ceux que nous sommes en train de perdre (leurs photos)

nature, environnement, écologie, bio, vertExtinction des primates: rapport alarmant

 

Un lémurien en voie de disparition à Madagascar

 

Un quart des mammifères menacé

6 octobre 2008 :La dernière étude de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN) montre qu'un quart des mammifères de la planète est en danger d'extinction. Menée par 1700 chercheurs, cette étude révèle que la population de la moitié des 5487 espèces de mammifères recensées dans le monde est en déclin. Les espèces les plus menacées sont les mammifères terrestres d'Asie, où des animaux comme l'Oran-outang souffrent de la déforestation. Près de 80% des primates de la région sont en danger. Depuis 1500, au moins 76 mammifères ont disparu du globe. Les raisons principales sont les diverses menaces liées à l'Homme, comme la chasse et la destruction de l'habitat.

 

 

ESTIMATIONS DU TAUX ET DE L'EXTENSION DE L'EXTINCTION DES ESPECES VIVANTES

Robert May, Oxford University et président de la Royal Society, dans un discours, en novembre 2001, à la conférence annuelle de la Society for Conservation Biology : " Le taux d'extinction des espèces s'est accéléré pendant les cent dernières années, pour atteindre à peu près mille fois ce qu'il était avant l'arrivée des humains."

E. O Wilson, Harward University (un des plus éminents biologistes de notre époque), dans The Diversity of Life : "On estime aujourd'hui que entre 1 et 10% des espèces sont éliminés à chaque décennie, soit environ 27 000 chaque année."

Michael Novacek, American Museum of Natural History de New York : "Il n'est pas irréaliste de prévoir que nous aurons exterminé la moitié de toutes les espèces vivantes au milieu du XXIème siècle."

Source Hubert Reeves Mal de Terre.

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre Réchauffement: la moitié des batraciens disparaîtront d'ici 2050

 

 

nature, environnement, écologie, bio, vertSURPECHE : Poissons à rechercher et à éviter

 

nature, environnement, écologie, bio, vertA ce rythme, plus aucun poisson dans les océans d'ici 2050, d'après l'ONU

Poissons en voie de disparition

 

Extinction : triplement du nombre d'espèces menacées au Brésil

6 novembre 2008,  par Jean Etienne, Futura-Sciences

627 espèces animales sont en voie de disparition au Brésil, soit trois fois plus qu'il y a quinze ans, selon une étude publiée dans le Livre rouge et présentée par Carlos Minc, le ministre de l'environnement.

Le nombre fait frémir. " Notre faune est tellement menacée que les chiffres ont triplé ", s'alarme le ministre brésilien de l'environnement Carlos Minc, tout en présentant le Livre Rouge de la faune brésilienne menacée de disparition, un document officiel qui détaille les espèces désormais menacées sur le territoire de ce vaste pays d'Amérique du Sud.

Le ministre dénonce aussi les causes de cette catastrophe écologique, qu'il attribue à la déforestation, dues aux incendies, à la transformation des forêts natives en culture de soja ou en pâturages, mais aussi aux invasions sauvages de terre dans les parcs, au trafic d'animaux sauvages, aux pesticides qui affectent toute la chaine alimentaire et à la pêche excessive.

" Aucun arbre de la forêt ne sera coupé dans le but de produire du biocarburant durant mon mandat ", promet le ministre, ciblant la déforestation, une des principales causes du désastre.

60% de ces espèces menaçant de disparaitre complètement proviennent de la forêt atlantique, qui jadis recouvrait la totalité du littoral du pays et dont il ne reste, aujourd'hui que 27%. 57 espèces sont en voie de disparition en Amazonie, soit 9,1%, et 30 (4,7%) dans la région marécageuse du Pantanal.

Parmi toutes ces 627 espèces, on dénombre 69 mammifères, 160 oiseaux, 20 reptiles, 16 amphibiens, 154 poissons et 208 invertébrés.

Le précédent recensement, en 1989, dénombrait 218 espèces menacées. Si, de 1989 à 2004 79 animaux ont pu être sauvegardés et cesser d'être en danger, comme l'épervier royal, 418 autres ont fait leur apparition dans la liste.

Pour mieux appréhender l'ampleur de ces chiffres, il suffit de se dire que le Brésil, avec ses 8,2 millions de km², possède avec l'Indonésie la plus grande biodiversité du monde et abrite, à lui seul, 10% des mammifères et 13% des amphibiens. On y dénombre au total 530 espèces de mammifères, 1.800 d'oiseaux, 680 de reptiles, 800 d'amphibiens et 3.000 de poissons.

http://www.futura-sciences.com
/

 

Le Douc en voie de disparition au centre du Viêt-nam au centre-est du Cambodge.

 

"La biodiversité est en danger, et l'on se trouve dans une crise sans précédent." Ce cri d'alarme ne vient pas d'associations écologistes, mais de scientifiques du monde entier.

 

Un mammifère sur quatre est menacé d'extinction
 

En 2004, pas moins de 3 330 espèces animales et végétales menacées d'extinction ont été ajoutées à la liste rouge de l'Union mondiale pour la nature (UICN), soit un mammifère sur quatre, un amphibien sur trois, un oiseau sur huit... Il y a urgence, ont rappelé un millier de scientifiques lors de la Conférence scientifique internationale sur la biodiversité qui s'est tenue à l'Unesco, à Paris, en janvier 2005. D'ici à moins d'un demi-siècle, de 15 à 50 % des espèces animales et végétales pourraient avoir disparu de la surface de la Terre. Le déclin de la biodiversité est tel que les scientifiques parlent de la sixième grande crise d'extinction des espèces depuis que la vie est apparue sur notre planète. L'homme est le premier responsable de ces disparitions. à grands coups de déforestation, de mise en culture, d'implantation d'industries polluantes, il a déstabilisé de nombreux systèmes écologiques et bouleversé le climat, au point de compromettre les capacités de nombre d'espèces à se reproduire.

Myriam Goldminc

 

Le Douc en voie de disparition au centre du Viêt-nam au centre-est du Cambodge.

 

11 septembre 2008 : Selon les estimations de la FAO, plus de 75 % de la diversité agricole qui existait au début du 20e siècle ont disparu à cause de la contamination de l'écosystème. Aujourd'hui, avec la disparition de 50 000 espèces par an, l'existence même de l'homme est menacée.

Comment en sommes-nous arrivés là et pourquoi ce constat si tardif à propos de cette épée de Damoclès suspendue sur notre planète ? Il est évident que le système de développement économique, focalisé sur la croissance à tout prix et l'accumulation de la richesse, a suscité une accélération del'exploitation des ressources de l'énergie fossile, première source de la dégradation de l'environnement.

Dr Diplal Maroam (guest)

 

Où en est le grand catalogue du vivant ?
: http://www.cite-sciences.fr

 

nature, environnement, écologie, bio, vertUne vidéo intéressante sur l'agriculture intensive : http://www.dailymotion.com:80/

 

Les bonobos, avec lesquels nous partageons 99,4% de notre patrimoine génétique, sont passés de 100 000 il y a 20 ans à 10 000 ou 20 000 aujourd'hui. En cause : les épidémies, la déforestation, le trafic et le braconnage. L'activité humaine, donc.

 

Le Bonobo en voie de disparition en Afrique

 

... Nous ne sommes qu'une espèce parmi tant d'autres, et, face aux disparitions dont nous sommes responsables, nous mériterions vraiment le qualificatif d'espèce nuisible à l'harmonie et à la préservation de la biodiversité.

(Hubert Reeves. Mal de Terre)

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre12 octobre 2006 : La semence, essence même de la vie, est aujourd'hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d'un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l'humanité. Cet héritage court aujourd'hui le risque d'être confisqué par une infime minorité.
 

Signez la pétition "libérons les semences" : http://www.univers-nature.com

 

Nous traversons une crise inquiétante : celle de la perte continue d'espèces végétales et animales dont on ignore à quel stade elle s'arrêtera, si elle s'arrête...

Deux solutions : ou nous nous mobilisons comme nous savons le faire pour résister à l'oppression, ou nous acceptons l'élimination espèce après espèce de tout ce qui vit...

Des citoyens de tous horizons, directement ou à travers une association, informés des risques liés à la perte de biodiversité - risques accrus par le réchauffement climatique -veulent que les pouvoirs publics prennent en compte ce problème et donc le sort réservé à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants.

Les échéances électorales de 2007 sont, plus que jamais, décisives si l'on veut inverser le cours des choses.

Choisir qui gérera ce futur inconnu nécessite en effet de connaître les propositions des candidats et de les confronter aux exigences de ce qu'il faut faire pour notre avenir.

Ce site est un "outil politique" au service de la démocratie participative pour enrichir la démocratie représentative.

Hubert Reeves et la Ligue Roc ont voulu ce site et vous invitent à l'explorer pour découvrir des pistes, pour en inventer d'autres...

...et choisir les meilleures possibles.

 

La suite sur : http://www.biodiversite2007.org/

 

environnement, nature, écologique, bioUne Arche de Noé végétale enfouie dans les glaciers de l'Arctique

 

 

" Si l'Abeille disparaissait de la surface du Globe, l'Homme n'aurait plus que quatre années à vivre : plus de pollinisation, plus d'herbe, plus d'animaux, plus d'hommes "
Albert Einstein

 

S. M.

 

Estimations du taux et de l'extention de l'extinction des espèces vivantes

Robert May, Oxford University et président de la Royal Society, dans un discours, en novembre 2001, à la conférence annuelle de la Society for Conservation Biology : "Le taux d'extinction des espèces s'est accéléré pendant les cent dernières années, pour atteindre à peu près mille fois ce qu'il était avant l'arrivée des humains."

E. O Wilson, Harvard University (un des plus éminents biologistes de notre époque), dans The Diversity of Life : "On estime aujourd'hui que entre 1 et 10% des espèces sont éliminés à chaque décennie, soit environ 27 000 chaque année."

Michael Novacek, American Museum of Natural History de New York : "Il n'est pas irréaliste de prévoir que nous aurons exterminé la moitié de toutes les espèces vivantes au milieu du XXIème siècle."

En 1998, une enquête parmi les biologistes a montré que 70% d'entre eux croient qu'une extinction massive est en cours. Un tiers s'attend à perdre de 10% à 50% des espèces dans les trente prochaines années.

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) : près de 25% des mammifères (1130 espèces) et 12% des espèces d'oiseaux sont menacés d'extinction. (Source : Scientific American, novembre 2001.)

Mal de Terre

 

S. M.

 

La Guyane française compte 5500 plantes différentes dont plus d'un millier d'arbres. Sur un seul hectare de forêt on trouve jusqu'à 300 essences différentes, plus que dans l'Europe toute entière. Devant une telle biodiversité, on comprend que ces forêts ne peuvent être exploitées comme le sont les autres forêts. Est-il raisonnable de détruire toute une forêt pour n'en extraire qu'un ou deux arbres intéressant les forestiers?

...L'outre-mer français recèle un trésor naturel : il abrite 10% des récifs coralliens et 20% des atolls de la planète. Ce précieux patrimoine confère à la France la responsabilité de protéger ces remarquables écosystèmes. Car si les massifs coralliens mondiaux couvrent moins de 1% des fonds marins, ils abritent 100 000 espèces végétales et animales, et plus de 1 million d'espèces pourraient encore y être identifiées.


(365 jours pour réfléchir à notre Terre de Yann Arthus-Bertrand, Editions de la Martinière)

 

S. M.

 

En trente ans, la planète a perdu 30% de sa biodiversité, les populations des forêts tempérées et tropicales ont décliné de 12%, les espèces marines de 35% et celles d'eau douce de plus de 50%.

Au total, sur les 40 000 espèces animales et végétales répertoriées par l'Union Mondiale pour la Nature (IUCN), 784 sont officiellement éteintes, 65 n'existent qu'en captivité ou en culture, et 16119 sont menacées d'extinction : un amphibien sur trois, un quart des conifères, un quart des mammifères et un oiseau sur huit. Pour 99% de ces espèces menacées, l'homme est l'unique prédateur.

(365 jours pour réfléchir à notre Terre de Yann Arthus-Bertrand, Editions de la Martinière)

 

S. M.

 

 

Erosion de la biodiversité

 

Dernières nouvelles

Note importante : Depuis 2012, les news les plus récentes concernant l'extinction des espèces et de la biodiversité sont à ce lien

(Dossier actualisé quotidiennement par l'équipe des lanceurs d'alerte)

Taper "extinction" ou "disparition" ou "espèces" ou encore "biodiversité" dans le champ du moteur de recherche du module



environnement, nature, écologique, bio17 mai 2010 : On peut perdre la moitié des espèces d'ici a la fin du siècle


Parmi les premiers à disparaitreOn sait par le travail des paléontologues que, depuis soixante-cinq millions d’années, une espèce sur 1 000 disparaît tous les mille ans.

Aujourd’hui, une espèce sur 1 000 s’éteint tous les ans. Promesse avait été faite lors du sommet de la Terre de Johannesburg, en 2002, de freiner l’érosion de la biodiversité d’ici à 2010. L’Europe avait même promis de l’arrêter.

Depuis, le monde a continué à ronronner et le rythme d’extinction des espèces à s’emballer. En continuant sur cette lancée, le taux de disparition ne sera plus 1 000 fois, mais 10 000 fois supérieur au rythme naturel attendu. On peut perdre la moitié des espèces vivantes d’ici à la fin du siècle. Notre cri d’alarme, il est là.






environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre Crèmes solaires et blanchiment des coraux

Chaque année ; de 4000 à 6000 tonnes de crème solaire se diluent dans la mer depuis la peau des baigneurs. Les produits chimiques contenus dans ces crèmes solaires sont particulièrement toxiques pour la vie marine et

notamment pour les coraux. Attaqués par le BP-3, (benzophenone-3), les coraux blanchissent puis meurent là où des touristes se baignent.

http://www.consoglobe.com/saviez-vous-ecologie/








environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreBill Gates, Rockefeller, Syngenta, Monsanto et le gouvernement norvégien  créent au pôle Nord une réserve de semences, appelée arche du jugement dernier

Bill Gates et Monsanto créent une arche de semences à l'autre bout du mondeAucun projet n'est plus intéressant pour le moment qu'un curieux projet dans l'un des endroits les plus reculés du monde, Svalbard. Bill Gates investit des millions dans une banque de semences sur la mer de Barents, près de l'océan Arctique, à quelque 1100 kilomètres du pôle Nord. Svalbard est un morceau de roche dénudée revendiqué par la Norvège et cédée en 1925 par un traité international.

Sur cette île oubliée de Dieu - Bill Gates investit des dizaines de ses millions avec la Fondation Rockefeller, Monsanto Corporation, Syngenta Foundation et le gouvernement de Norvège, entre autres, dans ce qui est appelé la « réserve de semences du jugement dernier ». Officiellement, le projet est appelé Svalbard Global Seed Vault (réserve mondiale de semences de Svalbard) sur l'île norvégienne de Spitsbergen, qui fait partie du groupe des îles de Svalbard.







environnement, nature, écologique, bioHuile de palme, déforestation, agro-carburants et Orang-Outans


L'Oran-outan est l'un des animaux les plus "intelligents" de la forêt, il est aussi l'un des plus proches cousins de l'Homme. Il ne vit, à l'état naturel, que dans les forêts de Bornéo et Sumatra, en Indonésie et Malaisie. L'Oran-outan est entièrement dépendant de la forêt, Espèce arboricole, toute sa vie se déroule dans les hauteurs. Il existe deux espèces d'Oran-outan : l'Oran-outan de Bornéo, classé comme une espèce «en danger» et l'Oran-outan de Sumatra, classé comme «en danger critique» d'extinction. (Liste Rouge de l'IUCN)


L'homme des bois




environnement, nature, écologique, bioL'Abeille disparaît à cause des pesticides, il est malhonnête de le contester


Et la situation continue à se dégrader.

Le Grenelle de l'environnement a viré en Grenelle de l'empoisonnement :

L'industrie agrochimique remplace les anciennes molécules moins rentables
par de nouvelles bien plus lucratives et d'une toxicité encore jamais vue.



Abeilles et pesticides, le cri d'un apiculteur




environnement, nature, écologique, bioMortalité des abeilles : une piste sérieuse

Disparition des abeilles16.02.2009 - La mortalité anormalement élevée des abeilles serait due à un pesticide utilisé depuis 2006 en Suisse pour protéger le maïs. Cette thèse, soutenue par une récente étude italienne, est une "piste sérieuse", selon le président de la Société romande d'apiculture. Interrogé par l'ATS, Willy Debély admet avoir ressenti un certain soulagement quand il a eu vent des conclusions de l'étude. "Depuis trois ou quatre ans, nous faisons face à des disparitions inexpliquées de colonies entières. Les abeilles quittent les ruches et ne rentrent pas. En 2007, nous avons perdu entre 30 et 50 % du cheptel", assure-t-il revenant sur une information du "SonntagsBlick". Selon des recherches menées par l'Université de Padoue (I), les plants de maïs traités à la clothiadine "transpirent" une eau qui contient des traces du pesticide. Les abeilles qui boivent ce liquide trépasseraient dans les cinq minutes. A l'Office fédéral de l'agriculture, Olivier Felix se montre dubitatif: "les champs de maïs sont traités contre les insectes dans le courant du mois de mai. Or les disparitions de colonies d'abeilles sont souvent constatées à la fin de l'hiver". 

Danielle BERTOLA REYMOND
République et canton de Genève - Département du territoire
Service de l'organisation et des systèmes d'information
Centre de compétences du SITG

Rue des Gazomètres 7 - CP 36 - CH 1211 Genève 8
Tél. 022 546 72 77

Le territoire en ligne:
http://www.sitg.ch

 


 

 

environnement, nature, écologique, bioChine: le gibbon de l'île de Hainan figure au 1er rang de la liste des 25 primates les plus menacés du monde

environnement, nature, écologie, biologiqueLe gibbon de Hainan, qui ne compte que 19 têtes dans le monde, a été déclaré lundi à Haikou, chef-lieu de la province insulaire de Hainan (sud), le primate le plus menacé du monde, arrivant en tête de la liste des 25 primates les plus menacés de la planète.

 

 

environnement, nature, écologique, bioOrdre des primates : ceux que nous sommes en train de perdre (leurs photos)

 

 

environnement, nature, écologique, bioExtinction des primates: rapport alarmant

Grand hapalémur, un lémurien de Madagascar.Près d'un tiers des gorilles, singes et autres primates sont menacés d'extinction en raison de la destruction de leur habitat tropical, du commerce de leur viande et du braconnage, avertit un rapport publié vendredi.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes bonobos, plus proches cousins de l'homme menacés d'extinction

environnement, nature, écologie, biologiqueFaites l'amour pas la guerre ! Cette maxime fleurant bon le flower power des années hippies pourrait bien avoir été inventée par les bonobos, si ceux-ci étaient dotés de la parole. Ces grands singes, proches de la famille des chimpanzés, sont en effet réputés pour une activité sexuelle débordante qui leur sert en partie à résoudre les conflits qui peuvent se produire au sein de communautés pouvant compter jusqu'à une centaine de membres.

 

 

environnement, nature, écologique, bioAu secours ! Les gorilles disparaissent !

environnement, nature, écologie, biologiqueC'est un cri d'alarme et un appel à l'aide que je lance aujourd'hui avec beaucoup d'émotion et d'angoisse pour l'une des grandes richesses de notre terre qui en train de disparaitre sous nos yeux : les gorilles. Nous ne pouvons pas permettre cette abomination. Notre richesse, ce ne sont pas nos propriétés et nos voitures, notre or et nos diamants, nos supermarchés et nos piscines, nos MP3 et nos grands écrans, notre richesse est là, cachée dans la forêt du Rwanda et du Congo, elle réside presque toute entière dans le regard si beau et si majestueux des derniers grands singes. Mes amis, les gorilles sont sur le point de disparaitre à tout jamais de notre planète. Il ne reste plus que 700 gorilles de montagne dans le monde. Il faut agir TOUT DE SUITE ! Car c'est notre part d'espoir et d'humanité qui s'en ira avec eux.

 

 

environnement, nature, écologique, bioIl ne reste que 750 gorilles des montagne. Diaporama : http://blog.choc.fr

 

environnement, nature, écologique, bioLe dauphin blanc de Chine s'est éteint

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreVoilà la Une du Independent du 8 août 2007 qui titre qu';une partie de l'âme chinoise s'en est allée;. Ainsi que l'explique le journaliste Clifford Coonan à Pékin, le dauphin blanc de Chine était surnommé "la Déesse du Yang-Ze;, parcourant pendant des millions d'années les eaux des plus longues rivières chinoises. Sa réputation vient de ce que l'on croyait que ce dauphin (;Baiji; en chinois) était une princesse ayant refusé de se marier à un homme qu'elle n'aimait pas, et fut donc exclue de la famille par son père...

 

 

environnement, nature, écologique, bioL'ocelot est en voie de disparition aux Etats-Unis

environnement, nature, écologie, biologiqueCe beau petit félin, très méconnu du public, et figurant parmi les espèces menacées, est localisé dans le sud des Etats-Unis, l'Amérique Centrale et l'Amérique du sud.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe WWF publie le Top 10 des espèces les plus menacées

Bonobo Quelques jours avant la plus grande conférence internationale sur le commerce d'espèces, la CITES* le WWF publie le Top 10 des espèces les plus menacées et pour lesquelles il faut agir sans plus attendre. La conférence regroupera 171 pays et se tiendra du 3 au 15 juin à Den Haag, aux Pays-Bas.

 

 

environnement, nature, écologique, bioUn lapin rare filmé dans les forêts en Indonésie

Un lapin faisant partie d'une des espèces les plus rares au monde a été filmé dans les forêts tropicales indonésiennes pour la troisième fois seulement de l'histoire, annonce un responsable d'une organisation de protection animale et de préservation de l'environnement.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes menaces d'effondrement de la biodiversité s'accumulent

environnement, nature, écologie, biologiqueDeux sénateurs de bords opposés, Pierre Laffite (UMP, Alpes-Maritimes) et Claude Saunier (PS, Côtes-d'Armor), ont lancé un cri d'alarme, mercredi 28 mars, au cours d'une journée d'audition publique au Sénat. "La prise de conscience des autorités et de la société a eu lieu sur les risques liés au changement climatique, mais pas sur les conséquences de l'effondrement de la biodiversité, estime M. Saunier.

 

 

énergies renouvelablesExtinction du dauphin de Chine dans l'indifférence générale

environnement, nature, écologie, biologiqueOn le savait menacé par la démographie métastasique de l'humanité, qui a conduit à l'édification du gigantesque barrage des Trois-Gorges sur son fleuve, l'immense Yang-Tsé-Kiang. Mais on espérait un petit répit, un sursaut, qui aurait conduit les autorités chinoises à tout faire pour sauver cet emblématique animal. En vain. Le dauphin de Chine, ou Baiji (son nom vernaculaire, qui n'aura guère eu le temps d'imprégner l'esprit des occidentaux) a officiellement été déclaré éteint en décembre 2006.

 

 

environnement, nature, écologique, bioKALAWEIT INFO : Gibbons and Siamang

natureLe 19 Février dernier, nous avons relâché une famille de Gibbons : Pio (le male), Jessy (la femelle)  et leur fils Esther. Une grande période de stress allait débuter pour eux, et pour nous ! La première nuit en forêt fut terrible...

 

 

énergies renouvelablesPNUE : la survie des Oran-outans est compromise par l'accélération de la déforestation en Asie

environnement, nature, écologie, biologique

Les forêts tropicales de l'Asie du Sud-est, dernier refuge des Orang-Outans, disparaissent beaucoup plus rapidement qu'initialement prévu par les experts, selon un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

 

 

énergies renouvelablesKokopelli condamnée en cour d'appel de Nîmes

environnement, nature, écologie, biologiqueL'association Kokopelli défend, promeut, conserve les semences de variétés anciennes depuis de nombreuses années. Forte de 5500 membres, l'association Alésienne cultive, par le biais d'une douzaine de producteurs et de ses membres, plus de 2.000 variétés de fleurs, céréales et légumes anciens ; ce qui fait d'elle le plus important réservoir génétique français qui soit accessible à tous. Sur ses fonds propres, Kokopelli collecte, conserve, multiplie, les semences, héritées de 10.000 ans de sélection familiale constituant le plus ancien et peut-être un des plus précieux des patrimoines communs à l'ensemble de l'humanité.

 

 

environnement, nature, écologique, bioY aura-t-il encore des poissons dans nos océans en 2050 ?

Il n'y aura peut-être plus de poisson sauvage dans les mers  à l'horizon  2050. La faute n'est pas seulement à rejeter sur la surpêche mais également à l'attaque généralisée de la santé des écosystèmes marins, par exemple par la pollution.

http://www.techno-science.net/

 

 

environnement, nature, écologique, bioLes changements climatiques affectent les troupeaux de caribous

environnement, nature, écologie, biologiqueLes chasseurs du Nord canadien songent à modifier certaines de leurs traditions anciennes, compte tenu de la diminution de la taille des troupeaux de caribous qui, dans certains cas, ont perdu plus des trois quarts de leurs bêtes.

 

 

environnement, nature, écologique, bioCYBER ACTION 147 : Massacres de dauphins c'est assez!

 

 

énergies renouvelablesAppel pour l'adoption de mesures de protection  en faveur de la Couleuvre de Montpellier

environnement, nature, écologie, biologiqueLa Couleuvre de Montpellier est un remarquable représentant de la faune reptilienne de nos régions méditerranéennes. Bien qu'officiellement protégée à l'égal des autres serpents (il est interdit en France de les capturer et de les tuer), les mâles de cette espèce sont bien trop souvent la victime du trafic routier.

 

 

énergies renouvelablesUne déclaration internationale pour aider les grands singes

environnement, nature, écologie, biologiqueLe projet des Nations Unies pour la survie des grands singes (GRASP) est parvenu à faire reconnaître à un niveau international et gouvernemental l'importance de la sauvegarde des chimpanzés, bonobos, gorilles et Orans-outans, et à impliquer dans cette action les pays qui hébergent ces grands singes mais aussi des pays donateurs. Plus d'une vingtaine de pays ont signé la Déclaration de Kinshasa à l'issue d'une réunion qui s'est tenue la semaine dernière en République Démocratique du Congo, sous l'égide du GRASP. D'autres signatures sont attendues.

 

 

énergies renouvelablesLes lions en voie de disparition?

environnement, nature, écologie, biologiqueIncroyable mais vrai: le lion, ce symbole par excellence de l'Afrique, serait lui aussi en voie de disparition, dans de larges portions du continent. C'est ce qui se dégage d'une enquête de l'Union mondiale pour la conservation de la nature, qui conclut qu'en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, il n'y a plus une seule population de lion qui soit assez grande pour être viable.

 

 

énergies renouvelablesGardons les baleines vivantes

environnement, nature, écologie, biologiqueJe souhaiterais tout d'abord vous faire part   d'un chiffre : 2 137.

Ce chiffre correspond au nombre de baleines qui pourraient être tuées   en 2005 si rien n'est fait contre cela. Ce chiffre augmentera si le  gouvernement coréen décide de rejoindre officiellement les pays recourant à la chasse à la baleine.

 

 

environnement, nature, écologique, bioNeuf populations de cétacés menacées de mort par les filets de pêche

Victor Cauduro RojasNeuf populations de dauphins et de marsouins sont menacées d'extinction à cause de l'utilisation de certains filets de pêche, a averti jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF), appelant à la mise en place rapide de mesures de protection.

 

 

environnement, nature, écologique, bioMenace d'extinction de nos proches parents !

Le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et l'Unesco estiment que les 350 000 grands singes qui restent sur la planète disparaîtront définitivement avant 2030 si rien n'est fait pour les sauver. Bonobos, gorilles, Oran-outans, chimpanzés, ils sont aujourd'hui environ 350 000 à peupler les grandes forêts d'Afrique et l'Indonésie.

Malheureusement les études indiquent que les grands singes seront privés de 90% de leur habitat avant 2030.

La suite : http://www.futura-sciences.com

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe Kakapo : il n'en reste qu'une cinquantaine d'individus

environnement, nature, écologie, biologiqueAppelé kakapo par les Maoris, ce grand perroquet terrestre abondait autrefois en Nouvelle-Zélande dans les forêts de hêtres et les prairies avoisinantes. Ne pouvant pratiquement pas voler, il était une proie facile, il y a 1 000 ans, pour les Polynésiens de l'âge de pierre. Finalement, avec l'établissement des Européens au XIXe siècle, vinrent le déboisement, l'introduction de prédateurs tels que l'hermine, et l'endommagement du reste de son habitat par le cerf qu'on y a introduit.

 

environnement, nature, écologique, bioL'agriculture, première cause de déclin de la biodiversité

Le 22 mai prochain, la journée internationale de la diversité biologique sera l'occasion pour la France de s'interroger sur la préservation de sa biodiversité, largement malmenée par l'agriculture intensive. Un constat alarmant qui a conduit la LPO à sceller un nouveau pacte avec les agriculteurs en lançant un programme d'action pour une agriculture plus respectueuse de l'environnement.

La suite : http://www.lpo.fr

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa moitié des plantes européennes menacées par le changement climatique (étude)

environnement, nature, écologie, biologiquePlus de la moitié des plantes d'Europe seraient "menacées" à cause des changements climatiques à l'horizon 2080, selon les critères de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), affirme une étude publiée lundi. Wilfried Thuiller, un chercheur français de l'Institut sud- africain pour la Biodiversité (SANBI) et ses collaborateurs, ont modélisé les déplacements de 1350 espèces végétales européennes à l'horizon 2080 par rapport au climat actuel.

 

 

environnement, nature, écologique, bioFuyant le réchauffement, les poissons de la mer du Nord s'en vont vers le froid

environnement, nature, écologie, biologiqueLe réchauffement climatique modifie déjà les habitudes de bon nombre d'espèces végétales et animales terrestres. Nombreuses sont celles qui se déplacent plus au nord, où la température est plus fraîche. Selon une étude publiée dans Science Express du 12 mai, les poissons de la mer du Nord n'échappent pas à la règle. Une équipe de biologistes britanniques, dirigée par Allison Perry et John Reynolds (université d'East Anglia, Norwich), vient en effet de mettre en évidence une migration de nombreuses espèces plus au nord de cette mer.

 

 

environnement, nature, écologique, bioJournée internationale de la biodiversité

environnement, nature, écologie, biologiqueLes Nations unies ont proclamé le 22 mai journée internationale de la biodiversité afin de sensibiliser le public aux problèmes de biodiversité. La biodiversité est une source essentielle de richesses et de services écologiques qui constituent une source de vie pour tous. Cette journée internationale est l'occasion pour tous de réfléchir aux responsabilités qui incombent à tous.

 

 

environnement, nature, écologique, bioJournée internationale de la biodiversité : la planète vit au-dessus de ses moyens

...Certaines ressources sont menacées. Les stocks de poissons et la fourniture d'eau douce sont ainsi inférieurs aux besoins actuels, sans parler des besoins futurs. Or d'après les experts, la dégradation observée pour 15 des 24 services fournis par les écosystèmes étudiés est susceptible de provoquer des changements importants affectant directement le bien-être de l'homme. Exemple : l'apparition de nouvelles maladies, la dégradation de la qualité des eaux ou la destruction des zones de pêche. C'est d'autant plus inquiétant que le réchauffement de la planète - qui pourrait transformer en quelques décennies la région amazonienne en savane -, rendra difficile le rétablissement des équilibres rompus.

http://www.futura-sciences.com

 

 

environnement, nature, écologique, bioL'arche des possibles

environnement, nature, écologie, biologiqueDevons-nous considérer comme normal que la nature ait mis des milliards d'années à nous fignoler pour qu'en quelques décennies nous conduisions toutes ses autres créatures à leur perte, et nous avec?

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre"Laisser un coin de jardin en friche..."

Ce dimanche, la planète entière est censée célébrer la richesse de la nature à l'occasion de la Journée internationale de la biodiversité. "Une assurance vie pour un monde en changement", tel est le thème de cette année. Une énième journée internationale ? Pour quoi faire ? Arnaud Greth, fondateur de Noé Conservation, une association créée en 2001 pour contribuer à la sauvegarde de la biodiversité, explique pourquoi il est important d'alerter sans relâche l'opinion sur le sujet.

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLe thon rouge en grand danger de surexploitation

environnement, nature, écologie, biologiqueLes scientifiques s'inquiètent aujourd'hui de l'avenir du thon rouge (Thunnus thynnus). L'espèce est en danger de surexploitation, même si la pêche de ce grand prédateur, qui peut atteindre 3 m et peser 800 kg, ne représente qu'une petite partie 60 000 tonnes sur 3,5 millions de tonnes des captures mondiales de thonidés. Mais ces prélèvements importants, notamment en Méditerranée, font craindre une baisse importante de ses effectifs. D'ici quelques années, le "steak de la mer" pourrait bien n'être qu'un lointain souvenir, avertissent certains experts.

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLes anciennes souches de poules françaises volent au secours de la biodiversité

environnement, nature, écologie, biologiqueSur le thème : "Pour sauver la biodiversité, faites un geste simple : mangez aussi des oeufs à coquille blanche !", la fédération ProNaturA France, qui rassemble quelque 200 000 éleveurs et défenseurs des animaux et de la nature, entend frapper un grand coup lors de l'édition 2005 du Salon international de l'agriculture de Paris, où elle présentera pour la première fois un stand basse-cour. 

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreRéchauffemement climatique: ours et phoques polaires menacés d'extinction d'ici 20 ans

environnement, nature, écologie, biologiqueDe nombreux animaux arctiques, dont les ours polaires et certains types de phoques pourraient disparaitre au cours des vingt prochaines années en raison des effets du réchauffement climatique de la planète, a annoncé dimanche le World wild fund for nature (WWF).

 

 

environnement, nature, écologique, bioKALAWEIT EN DANGER! Que vont devenir les gibbons et siamangs de Kalaweit?

environnement, nature, écologie, biologiqueKalaweit, né officiellement en 1999 à Bornéo, était autrefois un petit projet, soutenu financièrement par quelques amoureux des gibbons. Les années ont passés, et Kalaweit est devenu le plus grand refuge pour gibbons au monde... Plus de 240 gibbons et siamangs orphelins sont devenus les protégés de Kalaweit à Bornéo et Sumatra !

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLa viande de brousse transmettrait une maladie nouvelle

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreUne étude menée par une équipe américano-camerounaise, publiée dans le "New Scientist", montre que des chasseurs, mais aussi des consommateurs de grands singes sont infectés par un virus de la même famille que celui du SIDA.


Lire la suite sur le site de Onevoice

 

 

environnement, nature, écologique, bioLe "Projet grands singes" : créer une communauté des égaux

environnement, nature, écologie, biologiqueLes chimpanzés, gorilles, bonobos et Orans-outans se verraient reconnaître des droits en commun avec les hommes. Une perspective qui s'appuie maintenant sur des certitudes scientifiques.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa sixième extinction de masse

environnement, nature, écologie, biologiqueL'histoire de la vie sur Terre témoigne de cinq extinctions de masse, résultats de calamités naturelles. Les biologistes évoquent à l'heure actuelle la survenue d'une sixième vague d'extinction, résultat de l'action humaine.

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa fin des bonobosSelon une étude récente effectuée par des chercheurs de l'institut congolais de conservation de la nature, les bonobos, qui vivent au coeur de l'Afrique équatoriale, dans la région du fleuve Congo, sont en voie de disparition", rapporte l'hebdomadaire britannique Nature. En effet, après avoir parcouru les 36 000 kilomètres carrés du parc national de Salonga, situé en république démocratique du Congo (RDC), les chercheurs n'ont pas rencontré un seul de ces singes que l'on surnomme chimpanzés pygmées en raison de leur taille.

 

environnement, nature, écologique, bioUn nouveau cousin chez les tigres

Tigre captif du zoo thaïlandais de Sriracha, où la grippe aviaire a fait des victimes parmi les félins. (AP)Ce n'est pas six mais sept sous-espèces de tigres qui doivent être protégées. Cela ne signifie pas qu'il y a plus de tigres qu'auparavant mais que le tigre qui vit dans la péninsule malaise est une sous-espèce, différente de son cousin des régions indochinoises. Des chercheurs proposent d'appeler le tigre de Malaisie Panthera tigris jacksoni, en hommage à Peter Jackson, défenseur des tigres, afin de le distinguer de Panthera tigris corbetti, la sous-espèce indochinoise.

 

environnement, nature, écologique, bioLe dernier poouli mâle est mort

environnement, nature, écologie, biologiqueL'un des derniers oiseaux, appartenant à l'une des espèces des plus menacée au monde, les pooulis [Melamprosops phaeosoma], est mort le vendredi 26 novembre dans un centre de conservation à Maui (Hawaï) où il était gardé en captivité", rapporte le Los Angeles Times. Ce spécimen mâle avait été capturé il y a moins de trois mois et il ne reste probablement plus que deux autres oiseaux de cet espèce, apparemment des femelles, encore en liberté dans la forêt tropicale de Maui. Les causes de sa mort, survenue soudainement, n'ont pas encore été déterminées. Agé de 8 ans, il a pu tout simplement mourir de vieillesse, précise le journal.


L'extinction des espèces ne connait pas la crise


20 mai 2009 :
L'UICN (Union mondiale pour la nature rassemblant plus de 1000 organisations à travers le monde) vient en effet de publier l'édition 2009 de sa liste rouge. Et les chiffres ainsi dévoilés sont tout sauf rassurant : 1 227 espèces sont globalement menacées d'extinction, soit 12% de la totalité des oiseaux dans le monde et 192 espèces d'oiseaux sont en danger critique d'extinction : le nombre le plus haut jamais enregistré à ce jour. L'Erione à gorge bleue (Eriocnemis isabellae) et l'Alouette d'Érard German (Heteromirafra sidamoensis) sont désormais épingler à ce triste tableau.

Autre motif de préoccupation pour l'UICN : le fait que 24 espèces sont encore plus menacées aujourd'hui qu'il y a un an malgré des plans d'action mis en place de part le monde pour lutter contre cette tendance. Autrement dit les actions engagées n'ont pas les résultats escomptés. Mais il y a encore plus inquiétant : la raréfaction des espèces dites communes. Pour L'UICN, non seulement les oiseaux rares deviennent plus rares mais encore les oiseaux communs sont moins nombreux. Le Martinet ramoneur pour ne parler que de lui a ainsi vu sa population baisser de 30 % ces dix dernières années...

© coquin

http://www.pro-environnement.com/



Biodiversité et réchauffement climatique: le WWF tire le signal d'alarme

Paru le 21 mars 2009

La savane africaine désertée par les éléphants, une banquise arctique sans ours polaires, des Orans-outans condamnés à vivre en captivité car leur milieu d'origine ne leur serait plus favorable... Tel pourrait être le monde de demain, décrit par un nouveau rapport publié par le WWF.

Ce document, consacré aux conséquences potentielles du changement climatique sur certains des animaux les plus emblématiques du bestiaire terrestre, s'appuie sur les travaux scientifiques les plus récents.

Sa lecture est troublante : on y apprend que 90 % de la grande barrière de corail australienne pourrait avoir disparu en 2050, tandis que les manchots Adélie peuplant l'Antarctique verraient leurs populations décroitre de 70 %.

Les ours polaires disparaîtraient totalement de leur milieu naturel d'ici la fin du siècle tandis que tigres, kangourous, grands singes, baleines et dauphins, tortues marines ou albatros subiraient un sort semblable : celui d'un effondrement de leurs populations et d'une érosion substantielle de la faune et de la flore qui peuplent leurs habitats.

Comme le rappelle le WWF dans un communiqué, "personne ne souhaite être témoin d'une hécatombe de cette ampleur". L'année 2009 s'achèvera en décembre à Copenhague sur la conclusion des négociations climatiques menées dans le cadre des Nations unies. Peut-être sera-t-elle l'année du changement de cap, celui-là même qui permettra de sauvegarder tous ces animaux emblématiques, pour ne citer qu'eux.

Source :  http://www.maxisciences.com/


____________


Selon la "liste rouge" de l'Union mondiale pour la nature (UICN) publiée le lundi 6 Octobre 2008, la moitié des espèces de mammifères est en déclin et probablement un cinquième est menacé d'extinction, soit 1 141 sur 5 487 recensées. Créée en 1963, cette liste fait apparaitre, dans sa version 2008, 188 mammifères "en danger critique", comme le lynx ibérique, le tigre de Sibérie, les grands singes, etc... Cette crise est considérée comme la sixième grande période d'extinction des espèces, la précédente ayant entraîné la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années.

Myriam Niéruchalski
Ingénieur biologiste

bénévole à Greenpeace




Le déclin des oiseaux européens: un indicateur pour mesurer l'érosion de la biodiversité

13 mars 2009 : Une nouvelle étude menée par l'université de Durham (Royaume-Uni) et financée en partie par l'Agence européenne de l'environnement (AEE) a mis au point un indicateur pour mesurer la sensibilité des oiseaux européens aux variations des températures. Sur 122 espèces d'oiseaux communs étudiées parmi les 526 espèces répertoriées en Europe, 75% subiraient un déclin de leurs effectifs du fait du réchauffement climatique.

On apprend ainsi que les bécasses, divers passereaux, les pinsons, les mésanges boréales ou encore les rossignols pourraient un jour quitter le territoire européen faute d'avoir pu s'accommoder de la transformation de leur environnement.

Les oiseaux étant considérés comme un bon marqueur de la biodiversité l'AEE a décidé d'intégrer ce nouvel indicateur aux indices déjà utilisés pour mesurer l'érosion de la biodiversité sur le continent.

http://www.gondwana

 

énergies renouvelablesPlus de 15 600 espèces menacées sur la Liste rouge 2004

environnement, nature, écologie, biologiqueDu puissant requin à l'humble grenouille, force est de constater que la diversité biologique de la planète s'appauvrit à un rythme sans précédent. Il incombera aux mille et quelque organisations membres de l'UICN participant au 3 ème Congrès mondial de la nature de l'UICN , qui débute aujourd'hui à Bangkok, de rechercher des moyens pour mettre un terme à cette crise grandissante de l'extinction.

 

 

environnement, nature, écologique, bioPOLLUTION : La planète va très mal nous coassent les grenouilles

environnement, nature, écologie, biologique"Déjà présents au temps des dinosaures, les amphibiens - grenouilles, crapauds, tritons, salamandres... - sont considérés comme les vertébrés les plus anciens de notre planète. Ils ont également assisté aux premiers pas des singes bipèdes. Or cette classe d'animaux est aujourd'hui menacée de disparition", constate The Independent.

 

 

environnement, nature, écologique, bioBienvenue dans la sixième extinction

Tigre blanc, espèce dont il ne reste que 210 individus la plupart en zoo. La planète vit une période d'extinction massive. La dégradation des habitats par l'homme est la première menace qui pèse sur les espèces. 

 

 

 

énergies renouvelablesPourquoi sauver la biodiversité sur la planète? de Hubert Reeves

Déclaration de Hubert Reeves dans le cadre de la campagne de France Nature Environnement "De l'éco-citoyen à l'éco-électeur"

 

 

environnement, nature, écologique, bioDeux OGM sur trois jugés nocifs pour la biodiversité

environnement, nature, écologie, biologiqueLes organismes génétiquement modifiés ne sont pas si " doux " pour l'environnement que ne le font croire leurs promoteurs. Publiés hier par la très sérieuse Royal society, les résultats d'une batterie de huit études issues d'expériences en plein air initiées depuis 1999 par le gouvernement anglais ont confirmé la teneur des fuites apparues dans " The Guardian ", voici quinze jours

 

 

environnement, nature, écologique, bioSentinelles du Vivant

 

environnement, nature, écologique, bioLe saviez-vous?

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioLa diversité génétique est nécessaire au fonctionnement performant d'un écosystème

Panda en voie de disparitionLa complexité d'un milieu et son équilibre optimal ne dépendent pas  seulement de la diversité des espèces, mais de la diversité génétique au  sein de chaque espèce. Deux chercheurs ont ainsi étudié des populations de chênes-buis, plus précisément le taux de carbone et de nitrogène dégagé par la décomposition du tapis feuillu. Or, ce taux est meilleur dans les tapis provenant d'individus différents que dans les plantations composées de clones d'une même souche. La réduction de la diversité végétale (premier capteur d'énergie sur Terre) peut donc avoir des effets à long terme totalement imprévisibles.

 

 

énergies renouvelablesReste 400 individus de ce gibbon H. moloch

environnement, nature, écologique, bioUne érosion accélérée du vivant

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLa sécurité par la diversité

 

environnement, nature, écologique, bioLa biodiversité doit sortir de sa réserve

 

environnement, nature, écologique, bioLa diversité du vivant menacée par la mondialisation

 

environnement, nature, écologique, bioQuelques photos d'espèces menacées

 

environnement, nature, écologique, bioEspèces animales protégées dans le monde

 

environnement, nature, écologique, bioLa liste rouge des espèces menacées

 

environnement, nature, écologique, bioLa Terre en voie de disparition

environnement, nature, écologie, biologiqueSi 10 espèces animales disparaissent, c'est tout l'équilibre écologique qui s'en trouve bouleversé : les plantes qu'ils mangeaient, les prédateurs qui les chassaient, et ainsi de suite.

 

 

 

 

énergies renouvelablesComment empêcher la disparition d'espèces?

Tigre des neiges en voie de disparitionL'approche du nouveau millénaire est un bon prétexte pour dresser un bilan global, et inviter l'humanité à se contempler dans le miroir de ses actions passées. Mais si nous pouvons être fiers de bon nombre de nos réalisations, nous avons aussi considérablement perturbé les équilibres biologiques.

 

 

 

 

environnement, nature, écologique, bioComment protéger la biodiversité?

environnement, nature, écologie, biologique" UNE TEMPêTE dans un verre d'eau "? Non, monsieur Glavany, c'est la pointe émergée de l'iceberg OGM ! L'affaire du colza " pollué " aux organismes génétiquement modifiés (OGM) constitue un tournant majeur de la saga des plantes transgéniques. Elle manifeste de manière exemplaire la validité des craintes exprimées de longue date par les environnementalistes et place au premier plan la question écologique que posent les OGM : la menace qu'elles représentent pour la biodiversité.

 

 

environnement, nature, écologique, bioRéflexions sur l'évolution

En voie de disparition au Bouthan(...) Sur le territoire dénommé "France métropolitaine" , c'est bien l'homme préhistorique, et non les 3 dernières glaciations très dures qui se sont succédées, qui ont détruit presque totalement dès la fin de la préhistoire, les millions d'herbivores

 

 

environnement, nature, écologique, bioExtinction des espèces

En voie de disparition au BouthanDeux chercheurs ont évalué le temps nécessaire à la restauration de la biodiversité. Les extinctions actuelles dues à l'activité des hommes vont diminuer la biodiversité pour des millions d'années à venir." Cette phrase accusatrice est de James Kirchner, géologue à Berkeley (Californie), et d'Anne Well, anthropologue à l'université Duke (Caroline du Nord). Publiée aujourd'hui dans la revue britannique Nature (1), elle prend place dans un article inquiétant sur la vitesse à laquelle la vie a retrouvé richesse et diversité après les cinq grandes extinctions de masse qu'elle a connues depuis 200 millions d'années.

 

 

environnement, nature, écologique, bioForêts vierges tropicales : le trésor dilapidé

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'homme et la biodiversité

 

environnement, nature, écologique, bioDauphins menacés

environnement, nature, écologie, biologiqueLe dauphin d'Hector, le plus rare et le plus petit de la planète est exclusivement présent dans les eaux néo-zélandaises. La centaine d'individus qui survit est quasiment condamnée à disparaitre sans la mise en place rapide d'un plan de sauvetage de l'espèce.

 

Une Arche de Noé végétale enfouie dans les glaciers de l'Arctique

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

Un souterrain creusé dans les glaciers, sur une île isolée au beau milieu de l'Arctique. Un mètre de béton armé et des grillages afin de protéger ses occupants d'un cataclysme sans précédent ou d'une catastrophe mondiale. Contrairement aux apparences, il ne s'agit pas de la dernière lubie d'un milliardaire soucieux de son avenir et de sa sécurité, mais d'une chambre forte censée préserver la diversité des espèces végétales peuplant notre planète...
 


Chambre cryogénique pour semences

La construction du complexe a débuté hier, à mille kilomètres du Pôle Nord, dans les îles norvégiennes de Svalbard. Pourquoi avoir choisi un tel lieu ? En raison de l'isolement géographique, qui le protégera à la fois des hommes et des forces de la nature, mais également en raison de la présence d'un "Pergélisol" - une surface gelée en permanence, qui stabilisera la température dans le souterrain en dessous de zéro, même en cas de défaillance du système de réfrigération.


En effet, bien que situé dans une zone où le froid se fait mordant, la température de l'entrepôt sera maintenue à une température de - 18 degrés Celsius, et ce afin de protéger ses occupants. Mais les hôtes qui prendront place dans cette " chambre cryogénique ", qui seront-ils ? Trois millions d'échantillons de graines qui seront récoltés dans les 1.400 banques de gènes existant déjà à travers le monde. Ainsi, des semences de pommes de terre, de blé, de céréales seront précautionneusement emballés, avant de prendre place sur les étals de cette "Arche de Noé" végétale.


Une banque mondiale enfouie sous la glace

Et cette appellation d'Arche de Noé est bien méritée, puisque l'objectif de ce projet lancé conjointement par les autorités norvégiennes et le Fonds Fiduciaire Mondial pour la Diversité des Cultures (FFMDC) est justement de garantir" la survie sur le long terme des cultures vivrières fondamentales ", et notamment de les préserver en cas de catastrophes majeures. Les guerres nucléaires, les désastres naturels et les réductions budgétaires figurent notamment sur la liste des "cataclysmes" à même de menacer les ressources génétiques végétales.

La Norvège prend en charge les trois millions d'euros nécessaires à la bonne marche du projet. Le premier coup de pioche a été donné hier, et les premiers occupants de ce bunker polaire devraient arriver en septembre 2007. Cette banque un peu spéciale aura un fonctionnement analogue à celles que nous avons l'habitude de fréquenter : le gouvernement norvégien possèdera les murs, tandis que les pays donateurs conserveront la propriété de leurs échantillons. Le FFMDC, quant à lui, assistera les pays en voie de développement dans la préparation de leurs envois de semences.

En enfouissant une Arche de Noé végétale dans la glace, la Norvège et le FFMDC comptent offrir aux générations futures la possibilité de réimplanter les cultures détruites par des catastrophes de premier ordre. Mais, pour ce faire, ne faudrait-il pas qu'une autre Arche de Noé, humaine celle-ci, soit bâtie?

 

La suite sur : http://www.futura-sciences.com/

 

énergies renouvelables

 

énergies renouvelables

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

Réchauffement: la moitié des batraciens disparaitra

 

Le Monde du 26.09.08 |

Plus de la moitié des batraciens d'Europe auront disparu d'ici 2050 sous l'effet du réchauffement climatique, de la destruction de leur habitat et des maladies, avertit la Société zoologique de Londres (ZSL).

Il existe plus de 80 espèces de batraciens en Europe, une large proportion d'entre elles étant réparties sur le pourtour méditerranéen. Ces espèces pourraient se retrouver isolées sur des îles ou des péninsules, leur habitat se modifiant sous l'impact du réchauffement de la planète, selon un rapport de la ZSL publié jeudi.

"La menace numéro un a été et sera la perte d'habitat, et il y a aussi des menaces dues à la pollution et à l'introduction de nouvelles espèces", a rapporté Trent Garner, membre de la ZSL, lors d'une conférence au zoo de Londres.

"Des preuves apparaissent maintenant que le changement climatique a, ou aura, un fort impact, alors qu'il y a aussi un problème avec les maladies infectieuses", a-t-il ajouté.

A titre d'exemple, Trent Garner a remarqué que le crapaud commun, l'un des plus répandus en Europe, était de plus en plus menacé dans le sud de l'Angleterre par les hivers doux, qui affectent son métabolisme pendant l'hibernation.

Avec des hivers moins froids, il puise plus de réserves de son organisme et ressort de sa période d'hibernation en piètre condition, a-t-il expliqué.

 

 

 

L'Ocelot en voie de disparition

L'Ocelot en voie de disparition aux Etats-Unis

 

 

 

 

 

L'Indri en voie de disparition à Madagascar

L'Indri en voie de disparition à Madagascar

 

 

 

 

 

Sifaka de verreaux, Propithécus Verreaux en voie de disparition à Madagascar

Le Sifaka de verreaux, Propithécus Verreaux, en voie de disparition à Madagascar

 

 

 

 

 

Le colobe roux de zanzibar Colobus badius kirkit en voie de disparition en Afrique

Le colobe roux de zanzibar, Colobus badius kirkit, en voie de disparition en Afrique

 

 

 

 

 

L'Orang-Outang en voie de disparition

L'Oran-Outang en voie de disparition à Bornéo et Sumatra

 

 

 

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

L'Aye - aye Daubentonia madagascariensis en voie de disparition à Madagascar

 

 

 

 

 

Le Medium Kakapo en voie de disparition

Le Medium Kakapo en voie de disparition en Nouvelle Zélande

 

 

 

 

 

Chimpanzé en voie de disparition

Le Chimpanzé en voie de disparition en Afrique

 

 

 

 

 

 

Le Panda géant en voie de disparition en Chine

Le Panda géant en voie de disparition en Chine

 

 

 

 

 

Le Koala en voie de disparition

Le Koala en voie de disparition en Australie

 

 

 

énergies renouvelables

 

La biodiversité est vraiment plus que menacée


La biodiversité est plus que menacée, elle est en voie de régression rapide. L'intervention des humains et de leurs moyens de production ainsi que de leurs réseaux de transport dans une grande partie des territoires facilement accessibles a bouleversé les équilibres écologiques existants. Les fluctuations climatiques naturelles ont toujours eu un impact sur la répartition des espèces, mais depuis l'ère industrielle les amplitudes de ces modifications et surtout leur rapidité, alors que la pollution et la fragmentation des écosystèmes augmentaient également rapidement a conduit à une situation sans équivalent dans le passé.

Ces dernières décennies, une érosion de la biodiversité a été observée presque partout, et plus de la moitié de la surface habitable de la planète a été modifiée de façon significative par l'espèce humaine. S'il y a désaccord sur les chiffres et les délais, la plupart des scientifiques pensent que le taux actuel d'extinction est plus élevé et rapide qu'il ne l'a jamais été dans les temps passés. La majorité des experts en écologie estiment même qu'une extinction massive est déjà en cours. Plusieurs études montrent qu'environ une espèce sur huit des plantes connues est menacée d'extinction. Chaque année, entre 17 000 et 100 000 espèces disparaissent de notre planète, et un cinquième de toutes les espèces vivantes pourrait disparaitre en 2030. Il y a consensus sur le fait que l'homme en soit la cause, en particulier par la fragmentation des habitats et/ou la destruction des écosystèmes abritant ces espèces. Sans négliger l'évolution même des espèces ni leur mise en place au cours du temps dans des espaces donnés, on ne peut que constater en termes de bilan que les pertes quantitatives et surtout qualitatives sont énormes, et qu'à l'échelle planétaire ces dernières s'effectuent de manière régulière et pernicieuse.
Le Gorille en voie de disparition en Afrique
Mers et océans : une étude statistique publiée en 2006 s'appuyant sur l'analyse durant quatre ans de données couvrant une période de mille ans, pour 48 zones de pêche dans le monde montre que les espèces actuellement pêchées (poissons et crustacés) pourraient quasiment toutes disparaitre en 2048 sans mesure supplémentaire de préservation. En 2006, 29% des espèces pêchées sont déjà sur le point de disparaitre, imposant un appel plus important aux piscicultures dont certaines dégradent l'environnement. La perte importante de biodiversité marine fragilise les écosystèmes marins et par voie de conséquence le climat et ceux de la planète entière, car les mers et océans sont essentiels aux cycles biogéochimiques, dont celui de l'oxygène.

Certains estiment que la conversion d'écosystèmes anciens (ou de substitution, tels que prairies, bocage...) en écosystèmes standardisés (e.g. par exemple, déforestation suivie de monoculture intensive) a des effets encore plus négatifs sur la biodiversité que la surexploitation d'espèces ou la dégradation d'écosystèmes primaires.

D'autres pensent que c'est l'absence de droits de propriété ou de règles d'accès aux ressources qui ont conduit à l'exploitation anarchique des ressources naturelles.Parmi ces détracteurs, quelques-uns affirment que des extrapolations abusives sont faites et que le rythme actuel de disparition des espèces ou de destruction des forêts tropicales, des récifs coralliens ou des mangroves (trois sortes d'habitat riche en biodiversité) n'est pas suffisant pour parler d'extinction de masse. Ainsi, la majorité des extinctions ou les extinctions les plus importantes ont été observées sur des îles.

Néanmoins, outre que les théories de l'écologie du paysage prédisent que c'est effectivement d'abord sur les îles que les espèces doivent disparaitre, c'est justement un phénomène d'insularisation éco paysagère que les scientifiques observent sur les continents. De plus, les inventaires montrent pour une grande quantité d'espèces, que si celles-ci n'ont pas tout à fait disparu, elles ont souvent, en quelques décennies, vu fondre ou disparaitre leurs populations de l'essentiel de leur ancienne aire de répartition, ce qui a nécessairement réduit leurs diversités génétiques. Enfin, l'accélération de la quasi-disparition de ressources halieutiques autrefois communes est flagrante, avec par exemple la quasi-disparition de plus de 200 espèces de poissons dans le lac Victoria (à comparer à 129 espèces d'eau douce seulement pour toute l'Europe), suite à l'introduction de la perche du Nil en 1954) laisse craindre la possibilité, dans un temps bref, d'une extinction de masse d'origine humaine. Le film documentaire Le Cauchemar de Darwin (2005) illustre également cet aspect.

Outre la surpêche et la surexploitation des forêts, la déforestation et la destruction des forêts anciennes par la sylviculture, des phénomènes sociaux aussi divers la collection (d'animaux, de plantes, d'invertébrés, de coquilles, etc. ou l'élevage domestique d'espèces rares prélevées dans la nature, ou l'intérêt pour l'or (cf orpaillage destructeur en Amazonie par exemple), ou l'intérêt pour des sous-produits animaux rares (caviar, fourrure)[24], voire l'impact de certaines médecines traditionnelles prélevant leurs ressources dans la nature non-cultivée), du tourisme de nature ou encore de la pêche ou de la chasse de loisir... aggravent la situation.

Enfin, la vitesse et le taux de régression des espèces nocturnes sont mal suivis et peu étudiés, mais le phénomène dit de pollution lumineuse pourrait avoir été sous-estimé dans ses impacts en termes de fragmentation écologique de l'Environnement nocturne; or il est en progression constante et rapide depuis les années 1950. Les 4 derniers rhinocéros blancs de Sumatra ne sont pas menacés par la pollution, mais par la valeur que certains accordent à leurs cornes devenues rarissimes, ce qui montre que donner une valeur commerciale à une espèce ou un animal, ne suffit pas à le protéger.

Actions de gestion, restauration et protection de la biodiversité

La biodiversité est devenue un motif de préoccupation mondiale. Tout le monde n'est pas d'accord sur le fait qu'une extinction massive est ou non en cours, mais la plupart des observateurs admettent la disparition accélérée de nombreuses espèces, et considèrent essentiel que cette diversité soit préservée, selon le principe de précaution.

La présence de l'homme, mais surtout l'intensivité de ses actions perturbent les équilibres écologiques avec, notamment dans les plaines, une destruction et fragmentation croissante des habitats, devenus deux des principaux facteurs de la perte d'un haut niveau de richesse biologique, l'autre étant les invasions biologiques. Une grande partie des activités humaines semblent compatibles avec le maintien d'une biodiversité importante à condition que certaines règles de gestion et d'aménagement soient respectées. Certaines demandent de profonds changements, sociaux, politiques et économiques.Deux types d'options de conservation de la biodiversité émergent : la conservation in situ (dans le milieu naturel), et ex situ (hors du milieu naturel). La conservation in situ est souvent vue comme la stratégie idéale, mais est rarement possible. De nombreux cas de destruction d'habitats d'espèces rares ou d'espèces en voie de disparition requièrent la mise en place de stratégies de conservation ex situ. Certains estiment que les deux types de conservation sont complémentaires.

Un exemple de conservation in situ est la mise en place de zones de protection. La conservation de gènes dans des banques de semence est un exemple de conservation ex situ, laquelle permet la sauvegarde d'un grand nombre d'espèces avec un minimum d'érosion génétique.

De manière générale, la préservation de la biodiversité implique la préservation des grands équilibres écologiques, à quelque échelle que ce soit : habitat, forêt, région, monde... Équilibres qui, s'ils sont rompus, entraînent de graves dysfonctionnements biologiques aux conséquences souvent désastreuses, parfois imprévisibles, sur les sociétés humaines en général et leur fondement économique en particulier.

Dans le monde

L'évolution de la biodiversité était l'un des sujets les plus discutés lors du Sommet pour le développement durable, à Rio de Janeiro, dans l'espoir de la mise en place d'un fond de conservation global pour le maintien des espèces et des collections (conservatoires, banques de graines, etc.). C'est également lors de ce sommet que le 22 mai a été déclaré Journée internationale de la biodiversité.

La Convention sur la diversité biologique votée à Rio, avant d'être ratifiée par ses Parties-membres, engage les états signataires et l'Union Européenne à prendre des mesures de conservation et d'utilisation durable de la biodiversité ainsi qu'au partage équitable des bénéfices découlant de l'utilisation des ressources génétiques. Le partage des avantages découlant de l'exploitation des ressources génétiques est régit par des contrats privés. Mais il semble, que pour une application efficace de la Convention sur la diversité biologique, il faut aujourd'hui tenir compte des utilisateurs. La responsabilité de l'utilisateur peut permettre une réactualisation des problématiques ainsi que l'ouverture de nouveaux chantiers d'étude. Cette implication peut s'exercer sur différents domaines tels que: le transfert des technologies, la divulgation de l'origine des ressources génétiques ou l'accès à la justice en cas de différend.

La convention de 1972 de l'Unesco sera utilisée pour aboutir sur un accord juste sur le partage des bénéfices résultants. La bioprospection peut devenir ce qui a été appelé biopiraterie quand ces règles ne sont pas respectées.

La biodiversité urbaine, et celle de la nature banale sont aussi des préoccupations émergentes, avec quelques expérimentations d'intégration dans la gestion urbaine et l'architecture (Construction à biodiversité positive, quinzième cible HQE, etc.).

Perspectives pour une bonne gouvernance de la Biodiversité

L'ONU a mis en place la FAO pour répondre aux questions d'agriculture et d'élevage et l'OMS pour les questions de santé, mais il n'y a pas d'Agence mondiale pour la Biodiversité. Une démarche consultative de 2006 à 2008(IMoSEB qui signifie « International Mechanism Of Scientific Expertise on Biodiversity ») a défini les contours d'un organisme scientifique de type IPCC sur le thème de la biodiversité, en s'appuyant sur une série d'études et de consultations comme les recommandations d'un groupe de travail international (Leipzig workshop) sur les interfaces Science-Décideurs pour une bonne gouvernance de la biodiversité (International Science-Policy Interfaces for Biodiversity Governance). En février 2007 à Paris, le président Jacques Chirac a apporté le soutien de la France à l'idée de la création d'une Agence mondiale de l'Environnement. A la suite du processus IMoSEB et de la Stratégie de poursuite de l'Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, l'intiative IPBES (Intergovernmental Science Policy Platform on Biodiveristy and Ecosystem Services) a été lancée par l'UNEP pour l'établissement d'un tel mécanisme d'interface sur la biodiversité.

Article intéressant publié dans la rubrique de Wikipédia.


Source : http://yvesalavo.com/blog/2009/08/11/la-biodiversite-est-vraiment-menacee/


Parmi les premiers à disparaitre

 

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

PorteAgriculture biologique et protection de la biodiversité
L'association Intelligence Verte vous montre comment la redécouverte des plantes anciennes et l'agriculture biologique contribuent à la sauvegarde de la biodiversité

nature, environnement, écologie, bio, vertAnimaux martyrs

nature, environnement, écologie, bio, vertBiodiversité, peuples premiers

nature, environnement, écologie, bio, vertAu chevet des derniers peuples premiers

sauver la vie, sauver la planète Explosion de la biodiversité : http://www.ggl.ulaval.ca

sauver la vie, sauver la planète Une sixième extinction des espèces dont nous?

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreDates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète

Fil d'info RSS       nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

Maisonenvironnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aimé cette page. Partagez-là
avec vos ami(e)s sur les réseaux sociaux

Partager avec vos amis sur le réseau social Google Plus Partager avec vos amis sur le réseau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-mère de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  







Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer à l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme
 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit à la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre récolte d'infos vraies
(lesquelles seront vérifiées)
 


Cet annuaire est mis à jour régulièrement par Cédric, président de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme