Yvan Marzin que nous remercions du fond du coeur pour son excellent travail bénévole (juillet 2002).

 

 Stopper le massacre

La déforestation de l'Amazonie

TOUT EN BAS! Ascenseur express

 

 

 

Format Word disponible pour impression (1647 Ko)

 

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

 

Nous avons reçu le 12 mars 2006 le mail suivant :

bonjour,

chose promise, chose du, je vous envois notre TPE + le diaporama ( que j'envoie dans un autre mail) sur la déforestation de la forêt amazonienne, j'espère que cela pourra aider à quelque chose !!

bonne continuation,

Amicalement

anne-S.

TPE de Anne-S. Malatesta
Suzon Tavernier
et Valène Tuilleras

leepton06@netcourrier.com

________________________

 

INTRODUCTION

Le mot forêt possède plusieurs sens. En effet, tous les peuples l'utilisent mais chacun avec une image différente.

Notre terre porte un grand nombre de forêts différentes. Chacune d'entre elle est une communauté complexe d'espèces animales et végétales, dans laquelle se déroulera toutes sortes de processus physico-chimiques et biologiques. Avant l'extension de la race humaine, les forêts recouvraient presque la totalité des continents.

Nous allons étudier la forêt Amazonienne, pour nous cette forêt représente le poumon de la Terre, ce problème nous touche car cette forêt est immense, elle recouvre 7 millions de Km² soit 13 fois la France, et c'est une des plus grandes forêts mondiales de plus elle est très exploitée.

Cette forêt disparaît chaque jour au profit des hommes. Elle est déboisée pour différentes raisons.

D'une part les paysans pauvres défrichent les terres, car ils ont été expulsés de leurs terres par de gros propriétaires, la surpopulation ou l'expansion des villes. Ils sont obligés d'émigrer vers d'autres sols qui eux s'épuisent très vite. Ils doivent donc aller exploiter de nouveaux terrains pour gagner de la superficie, pour faire d'avantage d'élevage et de culture et donc gagner de l'argent pour survivre. Les firmes multinationales forestières des pays développés ou en voies de développement expulsent les petits agriculteurs de leurs terres pour utiliser leurs terrains, qui leurs serviront de pâturages pour les élevages industriels dont les produits seront destinés à l'exportation.

D'autre part les arbres sont coupés pour une utilisation industrielle (meubles, bois de chauffage, matériaux comme le contre-plaqués, ...), et  pour la fabrication de papier (glacé, photo, ...).

Puis pour accéder aux métaux qui sont dans le sol, les hommes coupent les arbres pour installer des bâtiments, des mines qui permettront de favoriser l'accès aux métaux. Mais pour arriver à extraire ou à transporter les métaux, les hommes construisent en plus des voies de communications (routes, chemin de fer, ...).

De même pour le pétrole et les gaz, les industries défrichent pour implanter les infrastructures nécessaires, les pipelines. En Amérique du sud : l'Equateur, la Colombie et le Venezuela par exemple sont menacés par ces extractions. De plus ces extractions empoissonnent la terre et l'eau à cause des fuites qui provoquent des marées noires. Elles circulent lentement à l'aide de l'eau dans toute la forêt, ce qui empoisonne la faune et la flore. Par exemple l'entreprise Texaco a déboisé plus d'un million d'hectare rien qu'en Amazonie équatorienne!

Enfin les hommes détruisent des hectares de forêts en construisant des barrages hydroélectriques, car l'eau retenue par ces barrages inonde la forêt qu'il y a à proximité, en sortant de son lit naturel. Ces barrages inondent des milliers d'hectares de forêt surtout au Brésil.

L'homme, par ses activités, blesse la forêt tropicale Amazonienne d'une profonde cicatrice. Quels problèmes graves ou irréversibles entraînent ce déboisement intensif ?

Les hommes ne se rendent pas compte de la gravité de leurs actes, la déforestation entraîne des conséquences graves sur le climat, la faune, la flore et la survie des ethnies locales.

 

LES CONSEQUENCES

 

Tout d'abord, rappelons que la forêt nous rend d'importants services :

·        Elle empêche l'érosion causée par le vent et par l'eau

·        Elle régularise le débit des rivières et des ruisseaux

·        Elle renouvelle l'air que nous respirons

·        Elle abrite la majeure partie des plantes et des animaux du monde

·        Elle a une influence sur le climat local aussi bien que mondial

 

Mais malheureusement, l'homme ne prête pas attention aux bienfaits de la forêt.

 

 

I. Construction de barrages, de mines et de routes.

La forêt Amazonienne joue un rôle vital en protégeant les sols, elle régule leur alimentation en eau et empêche l'érosion.

Pourtant, l'homme construit des barrages pour obtenir l'énergie nécessaire au développement économique. Ces constructions entraînent l'engloutissement de Km² de forêt sous les eaux. Elles entraînent également la construction de routes. Ces routes et ces barrages exposent des zones forestières auparavant inaccessibles à un nombre élevé de bûcherons, de mineurs, d'éleveurs et de colons. Près des ¾ du déboisement de l'Amazonie se sont produits aux abords de routes bitumées.

Par exemple : moins de 25 années après le bitumage, en 1965 d'une petite route reliant Belèm à Brasilia, 58% des forêts situées aux abords de cette route ont été détruite sur 100Km à la ronde. La construction de barrages, de routes et de mines provoque un déboisement important comme nous l'avons remarqué, mais cette déforestation présente un fort danger pour l'environnement.

En effet dépouillés de leur couverture forestière, les sols sont rapidement lessivés par les pluies torrentielles fréquentes en régions tropicales. Une étude a montré que les sols  boisés absorbent 10 fois plus d'eau que les pâturages. En plus de cela, on observe des inondations massives. Les forêts retiennent et filtrent l'eau. Lorsqu'elles disparaissent, l'écoulement est plus rapide, l'eau de ruissellement érode plus aisément la terre et n'a plus le temps de s'infiltrer lentement vers les nappes phréatiques. Les flots accélérés provoquent des glissements de terrain et le plus souvent, les sols volés aux forêts primaires deviennent stériles.

Les mines appauvrissent également le sol et menace les forêts car il y a une exploitation de métaux et de minéraux précieux comme l'or, les diamants, le minerai de fer, l'étain, l'uranium, etc. Au Brésil, au début des années 1980, la mine à ciel ouvert de Serra dos Carajás, a causé la destruction de 150 000 Km² de forêt.

 

II. Changements climatiques locaux et mondiaux.

Les forêts ont un rôle essentiel de fabrication d'oxygène par photosynthèse. Elles séquestrent tous les ans environ 20% du CO2 produit par l'incinération de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). 

                  Photosynthèse : la synthèse de la nature organique réalisée par les plantes à partir de CO2 (dioxyde de carbone) et de H2O (eau).Cette synthèse se fait en utilisant la lumière comme source d'énergie. Une réaction se réalise ce qui produit un dégagement de O2 (dioxygène).

 

Schéma bilan de la photosynthèse

Mais également dans le stockage de gaz carbonique CO2 contenu dans l'atmosphère. Les forêts ont un rôle de régulation  de l'atmosphère de notre terre.

a)  Le climat propre à la forêt amazonienne.

La forêt tropicale humide régule en grande partie son propre climat. Les innombrables arbres évaporent des quantités incroyables d'eau, cette eau se condense en nuages et retombe à nouveau  sous forme de pluie.

Dans le bassin d'Amazonie, la moitié des précipitations sont issues de cette manière. La végétation absorbe de grandes quantités de lumière solaire et de chaleur. Lorsque la forêt disparaît, il n'y a plus d'énergie réfléchie vers l'atmosphère ce qui peut entraîner localement de grandes variations de températures : elle peut par exemple s'élever de 12°C  par rapport à une forêt humide normale, c'est-à-dire ce qu'elle est à l'origine.

 

La déforestation entraîne la désertification :

Dépourvu de couverture végétale, le sol est soumis à de nombreuses dégradations tel les inondations et les expositions au soleil tropical.

Beaucoup de plantes tropicales sont dites « ombrophiles ». Une fois que l'ombre protectrice des grands arbres a disparue après un défrichement, les plantes soumises au soleil et aux pluies torrentielles ne peuvent subsister : une régénération de la forêt est donc impossible.

Rien ne repousse sur ce sol acide, pollué de métal lourd et exposé au soleil brûlant des tropiques.

 

b) Le climat global.

La coupe des forêts exerce ainsi une influence sur le climat global. Raser, brûler et dégrader les forêts libère des quantités phénoménales de CO2  soit 40% du carbone terrestre. De plus c'est un des gaz qui jouent un rôle fondamental dans l'effet de serre (avec le méthane et la vapeur d'eau).

 

                        L'effet de serre : La Terre absorbe des rayonnements solaires qu'elle transforme en chaleur. Cette chaleur est émise sous forme de rayonnements infrarouges. Mais l'atmosphère piège une partie des rayonnements ce qui participe a un échauffement de l'atmosphère. Les gaz à effet de serre augmentent ce piégeage. On peut donc dire qu'il s'agit d'un phénomène naturel amplifié par les activités humaines.

 

Nous savons que 880 milliards de tonnes sont stockés par la végétation et les sols des forêts terrestres, donc le déboisement représente une libération importante de carbone  ce qui est assez pour multiplier par deux le niveau de ce gaz. Cette libération provoque un apport de carbone pouvant s'élever à 1,7 milliards de tonnes, elle constitue la deuxième source d'émission de carbone issue des hommes sur Terre. De grandes superficies de terres arables ne sont plus disponibles pour l'agriculture et la désertification progresse.

Le réchauffement de la planète va provoquer la fonte des calottes glacières, et la montée du niveau de la mer peut avoir des conséquences catastrophiques pour les pays côtiers dont le relief est plat.

Pensons par exemple aux pays situés le long de la mer du nord...                                                    

 

III Pertes d'espèces animales et d'espèces de plantes

 

L'espace amazonien se fait piller, brûler et grignoter avec une rapidité impitoyable, repoussant les différentes ethnies. En occupant de plus en plus profondément la forêt les hommes détruisent progressivement la biodiversité, rappelons que la biodiversité est la multiplicité des espèces vivantes. Dans le cas de la forêt tropicale on parle de biodiversité spécifique car la variété des espèces est maximale. Sa destruction ravage également l'organisation de la biosphère. La biosphère est l'ensemble des écosystèmes de la planète comprenant tous les êtres vivants et leurs milieux. Et finalement, la destruction de la biodiversité déséquilibre la biocénose, c'est-à-dire la totalité des êtres vivants qui peuplent cet écosystème. La forêt tropicale humide est l'une des plus belles merveilles de la nature. Elle abrite un écosystème unique au monde comme quelques-uns des animaux les plus beaux qui soient jaguar, toucans, perroquets...

  

Tous ont fait de cette forêt leur habitat.

Des millions d'autres espèces n'ont pas encore été répertoriées, voire identifiées.

Par exemple, sur 8 Km² de forêt humide, on peut rencontrer 1 500 espèces de plantes à fleurs, 750 espèces d'arbres, 150 espèces de papillons, 125 espèces de mammifères, 400 espèces d'oiseaux, 100 espèces de reptiles et 60 espèces d'amphibiens. Concernant les insectes, on peut découvrir 50 espèces de fourmis différentes sur un seul mètre carré. On estime que le déboisement à lui seul est responsable de la perte de 3 espèces par heure, soit 72 par jour, soit 26 280 par an. De nombreuses espèces, comme l'Oran-outang de Bornéo et de Sumatra, sont en voie de disparition, leurs espèces sont presque éteintes.

 

D'après la WCU (World Conversation Union) si la déforestation continue au même rythme que pendant les années 90, ces forêts auront perdu un grand nombre de leurs espèces encore existantes d'ici la moitié du XXI ème siècle. Et le congrès de botanique lui estime que ces pertes pourront toucher jusqu'au deux tiers de toutes les espèces végétales et animales des tropiques.

Il est grand temps de réagir. Avec la perte des surfaces boisées est lié un déclin effrayant d'espèces animales et végétales.

Un exemple dramatique lié directement à la déforestation : la disparition de quelques 300 espèces d'arbres par an. A la disparition de ces arbres se rajoute la perte d'arthropodes, d'épiphytes (vit dans les arbres) et d'oiseaux, vu leurs symbioses certaines avec ces végétaux.

On compte une perte approximative de 180 000 espèces d'arthropodes par an.

            Le « National Science Board » aux U.S.A affirme que dans 20 ans, 25% de toutes les espèces auront cessé d'exister, la déforestation étant une des causes majeures.

Le nombre d'espèces disparues naturellement est insignifiant, sans l'intervention de l'homme, on compte approximativement entre 3 et 25 espèces disparues par an. L'intervention de l'homme accélère le processus du déclin des espèces d'un facteur 1 000 à 10 000.

 

                         Arthropode : animal invertébré, avec un squelette externe chitineux, dont le corps est segmenté et dont les membres ou appendices sont composés d'articles tel les insectes, les crustacés, les myriapodes, ou même les arachnides. La totalité des arthropodes représente 80% de toutes les espèces animales.

 

Mais la déforestation représente également la disparition de nombreuses plantes et aliments essentiels. Depuis toujours les plantes sylvicoles nous ont apporté nourriture et nous ont grandement aidé dans la recherche médicale dont nous nous servons aujourd'hui. En plus 70% des plantes qui sont utiles au traitement pour le cancer par le National Cancer Institute se trouvent uniquement dans les forêts humides. On utilise aussi les plantes des forêts humides pour soigner les maladies cardiaques, l'arthrite et la contraception à l'aide de médicaments. Mais aussi certains aliments comme des fruits (citron, banane), des légumes (haricots, okra), des noix (cajou, cacahuète), des condiments (vanille, sucre), des boissons (café, thé), des huiles (palme, noix de coco) et d'autres aliments comme les céréales sont originaires des forêts tropicales. Pour finir sachant que nous connaissons moins de 1% des espèces vivantes, leur perte est aussi la nôtre.

                                                                                      

            IV Les peuples et les petits agriculteurs sont contraints de fuir.

 

On abuse des droits des ethnies et la survie de leur culture est gravement menacée.

Dans la forêt tropicale, le déboisement menace la survie des milliers de population autochtones habitant la forêt. Des siècles durant, la forêt a fournit à ces peuples de la nourriture, des refuges, des combustibles, des vêtements et des médicaments. Elle a été le coeur de leurs cultures et de leurs religions. La déforestation n'est pas seulement un désastre écologique, elle constitue aussi une éradication pure et simple des fondements religieux et culturels de peuples millénaires. La malnutrition et l'introduction de nouvelles maladies par contacts plus fréquents avec des étrangers ont entraîné une forte croissance de la mortalité. Sur 9 millions d'autochtones peuplant l'Amazonie brésilienne en 1500, il en reste aujourd'hui moins de 350 000. Au cours du vingtième siècle, 90 tribus ont été éliminés.

            Le tissu social des groupes survivants est lui aussi anéanti. De nombreux peuples indigènes font l'expérience du déboisement comme un nettoyage ethnique. La condition des peuples au Brésil est très parlante. Ils ont été dépossédés de la quasi-totalité de leur forêt, en grande partie par des industriels tel des papeteries. Cette dépossession, pour les peuples, est vécu non seulement comme une agression contre leurs modes de vie, mais aussi comme une insulte à leurs religions selon lesquelles la terre est à l'origine de la vie. Ces peuples survivent aujourd'hui sur des minuscules parcelles de terre insuffisantes pour les faire vivre de leur chasse et de leur pêche. Ils ont envahis les élevages et les plantations qui emploient un grand nombre d'entre eux comme main-d'oeuvre bon marché. Beaucoup de ces gens deviennent dépressifs, en 14 ans, 320 indiens se sont suicidés, les tribus brésiliennes ont considérablement souffert de l'invasion de leur forêt par des chercheurs d'or, qui ont dévasté leurs villages, les ont exposés à des maladies immunitaires contres lesquelles ils n'étaient pas immunisés, ou ils en ont même assassinés.

            Les petits agriculteurs sont, eux aussi, responsables du déboisement pour leur survie, ils défrichent ou brûlent la forêt pour ensemencer de petites parcelles de terre agricoles ou ramasser du bois de chauffage. Les sols des régions tropicales, étant souvent pauvres, s'épuisent après deux ou trois années seulement d'exploitation. Les petits exploitants abandonnent alors ces terres pour reproduire la même chose un peu plus loin.

            Aussi un grand nombre de petits agriculteurs cultivant la terre pour leur propre subsistance alimentaire sont expulsés pour pouvoir créer de vastes plantations mécanisées nécessaires. Privées de leurs terres, ces populations migrent vers les endroits de la forêt qui leur paraissent des zones ouvertes à tous, vierges, où ils pourront reprendre leurs activités. Dans certains cas, ils y sont d'ailleurs fortement invités par les différents gouvernements.

            En principe le territoire est protégé par la loi, mais il est très difficile de contrôler les bûcherons, les chercheurs d'or et les fermiers blancs qui ne respectent pas la loi.

 

CONCLUSION

 

            Comme nous l'avons vu l'exploitation forestière excessive est dangereuse pour notre environnement, les arbres mettent du temps à repousser. La déforestation a des effets néfastes sur les climats (locaux et mondiaux), sur les peuples locaux, les espèces animales et l'environnement.

            Il existe certaines solutions mais les pays riches comme les Etats-Unis et ceux de l'Europe ne se mobilisent pas assez.

Il existe plusieurs solutions que les pays pourraient appliquer :

·        Interdire les importations de bois provenant des forêts primaires.

·        Mettre en application une réforme garantissant une redistribution équitable des terres cultivables existantes.

·        Réorienter les sans terres vers des zones déjà déboisées.

·        Mettre en place un fond global destiné à subventionner les pays en développement pour qu'ils protègent leurs forêts originelles.

 

Mais il n'y a pas que les Etats qui doivent trouver des solutions, les entreprises le doivent aussi. Chaque individu doit faire des actions individuelles comme :

 

·        Réduire la consommation de papier et de produits jetables comme les serviettes, les gobelets, et les assiettes en papier.

·        Réduire sa consommation de bois et de produits à base de boeuf.

·        Encourager les associations.

·        Acheter des produits du commerce équitable comme le café ou les bananes.

 

Il n'est pas trop tard pour sauver les dernières forêts primaires encore existantes. Elles doivent être protégées comme des ressources vitales, offrant des services écologiques inépuisables. Elles ne peuvent plus être sacrifiées pour alimenter notre demande en papier toilette, en prospectus, en palettes de chargement ou d'autres tables en aggloméré, qui n'ont pour nous aucune valeur et qui finiront par nous coûter un prix écologique exorbitant.

La demande concernant tous les produits en provenance des forêts primaires doit être réduite.

L'énergie renouvelable peut remplacer le pétrole, le gaz et l'hydroélectricité. Les cultures commerciales et les élevages de viande bovine peuvent devenir une exploitation écologiquement responsable ne poussant pas à la destruction des forêts. Une expansion de forêts secondaires plantés d'espèces indigènes dans des zones socialement appropriées est également possible.

           

            Selon une étude publiée dans la revue Science, 42% de la forêt Amazonienne pourrait avoir quasiment disparu d'ici 2020. Or, on estime qu'il est vital qu'au moins 60% de l'Amazonie reste intacte si l'on veut espérer que son propre système climatique et hydrologique perdure. Au dessous de ce seuil, ce qu'il restera de la forêt se desséchera et mourra. En conséquence certains chercheurs avertissent qu'en l'absence de mesures immédiates, en ce qui concerne la survie de la forêt Amazonienne, le point non-retour pourrait être dépassé dans 10 à 20 ans. Si la déforestation se poursuit et si nous continuons à faire aussi peu pour empêcher le réchauffement de la planète, les effets combinés de ces deux risques majeurs s'avèreront catastrophiques pour une grande partie des forêts encore sur pied.

            En effet, le réchauffement de la planète augmente le nombre de sécheresses et donc la fréquence des incendies, le changement climatique est également responsable d'une forte augmentation des insectes ravageurs forestiers.

            Selon une étude d'un centre de scientifiques, d'ici 2050, les forêts tropicales vont commencer à dépérir, particulièrement en Amazonie en raison d'une diminution des pluies et d'une augmentation des températures de 7°C. Cette augmentation est la conséquence du changement climatique provoqué par les Hommes.

TPE de Anne-S. Malatesta
Suzon Tavernier
et Valène Tuilleras

 

 

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperet

environnement, nature, écologique, bio

  Abonnez-vous gratuitement à la liste d'information SOS-planete

http://terresacree.org   

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...sos-planete@terresacree.org

 

Forêts tropicales : le trésor dilapidé

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

Fil d'info RSS       b   nature, environnement, écologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

Entrez dans le jardin de la base

 
Aidez-nous dans ce combat pacifique pour la Vraie Vie!